Benoît Baume : 'la VR va impacter les scénaristes'

Category: 
Benoît Baume : 'la VR va impacter les scénaristes'
16 Juillet, 2018
The Dinner Party a remporté le coup de coeur du jury au festival VR Arles. © The Diner Party d'Angel Manuel Soto

 

L'Usine Nouvelle vous emmène dans les coulisses des grands évènements de l'été. Le VR Arles festival se tient du 2 juillet au 26 août dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles. Les visiteurs peuvent y voir des documentaires, films et projections  artistiques en réalité virtuelle. L’Usine Nouvelle a interrogé Benoît Baume, fondateur du festival, sur l’impact de cette technologie sur le cinéma.

 

C’est la troisième édition du festival VR Arles cette année. Comment a-t-il évolué depuis trois ans ?

Benoît Baume - La première année, il n’y avait qu’une seule semaine de festival, on expérimentait. Nous avions présenté une quinzaine de réalisations en réalité virtuelle de journalistes, réalisateurs et artistes, et on aurait eu du mal à en trouver plus. Cette année nous avons auditionné 120 projets pour en sélectionner 17 en compétition et quatre pour la sélection jeunes publics. Preuve que de plus en plus d’auteurs s’emparent de la réalité virtuelle.

 

La technologie a elle aussi évolué. Notamment la qualité des casques. 7 casques différents seront mis à disposition des visiteurs. La première année, seuls deux types de casque étaient disponibles et ils n’étaient pas très qualitatifs.

 

Quel est l’intérêt de la réalité virtuelle pour le réalisateur et le spectateur ?

La réalité virtuelle est un médium comme la vidéo ou la photographie. Le jury a été attentif à la manière dont les réalisateurs et artistes étaient capables de détourner ce médium. Le film Staphyloculus de Theo Triantafyllidis est par exemple très étonnant car le rapport entre le réel et le virtuel est brouillé. Le spectateur ne sait pas s’il est à l’intérieur ou l’extérieur du paysage.

 

Pour le spectateur, les films en réalité virtuelle font éprouver des choses que l’on ne ressent pas dans le cinéma classique. Quand les gens sortent des projections, ils mettent quelques instants à revenir à eux-mêmes. C’est une expérience physique.

En quoi le métier de cinéaste évolue-t-il avec cette technologie ?

Depuis plus d’un siècle, le cinéma et la photographie sont dans un cadre. La réalité virtuelle permet le hors champs. Le rapport à l’image est donc très différent. Mais pour moi, le métier qui va être le plus impacté par cette technologie est le métier de scénariste. Car lorsqu’on écrit un film en réalité virtuelle, il faut penser à la manière dont le spectateur circule dans le décor par exemple. Durant le festival, nous accueillerons d’ailleurs un atelier d’écriture dédié aux scénaristes pour les aider à penser directement en réalité virtuelle.

 

Le scénario du film "The Dinner Party" d’Angel Manuel Soto, qui a reçu le Coup de cœur du jury, est pensé pour la VR. C’est l’histoire d’un couple victime d’un enlèvement d’extraterrestres. Ils n’arrivent pas à parler de ce qu’ils ont vécu donc ils se rendent chez un médecin. Celui-ci les met sous hypnose. Il y a des ruptures temporelles dans leur récit qui n’auraient pas pu être aussi bien représentées en cinéma classique. Le cinéma classique est plutôt linéaire, même s’il est possible d’avoir recours au flashback, or la mémoire n’est pas un processus linéaire.

 

Pensez-vous que d’ici à quelques années, les séances de cinéma ne seront qu'en réalité virtuelle ?

Non, je n’y crois pas du tout. C’est sûr que le coût de la technologie va beaucoup baisser et sa qualité augmenter, donc la réalité virtuelle devrait se démocratiser. Mais les expériences en VR sont selon moi des expériences individuelles. Les gens préférèrent les vivrent chez eux, car ils ont besoin de se sentir en sécurité, sans être observés par d’autres personnes. Des expériences en VR collectives existent aussi, mais je les vois davantage sous forme d’installations dans des musées par exemple, plutôt que dans des salles de cinéma.

Le film "Treehugger: Wawona" du collectif Marshmallow Laser Feast a remporté le prix du Meilleur film 2018 au VR Arles Festival. 

A voir aussi

VRrOOm Wechat