Paris virtuel, pari visuel

Category: 
Paris virtuel, pari visuel
25 Avril, 2018
Réalité virtuelle au MK2 VR (Paris XIIIe). Credit Photo:HLenie

 

LE CONTREPOINT DE NICOLAS D'ESTIENNE D'ORVES - Pourquoi Paris ne serait-elle pas une cité de science-fiction, comme New York, Los Angeles ou Tokyo? Allez, les geeks: au boulot!

 

Il est toujours agaçant que le monopole des villes futuristes et des agglomérations dystopiques soit si répétitif. New York, Los Angeles, éventuellement Tokyo: voilà les villes qui kidnappent l'imaginaire visuel. Comme si l'enfer technologique urbain ne saurait s'accommoder que des gratte-ciel.

 

Avouons que les rares tentatives cinématographiques hexagonales ont toujours été pataudes. Mais à l'heure où Dans la brume est sur les écrans et où la réalité virtuelle s'impose si gaillardement à Paris, il est temps que les Français prennent leur courage à deux mains.

 

Pourquoi Paris ne serait-elle pas une cité de science-fiction, elle aussi? À l'aube du XXe siècle, notre capitale fut pourtant la cité de tous les possibles: voyez ces photos de l'Exposition universelle, où l'on rivalisait de folie architecturale.

 

Il faut retrouver (uniquement en images, bien sûr!) ces folies, cette créativité, ce déferlement. Les immeubles haussmanniens, les ruelles du Marais, les HBM des Maréchaux et même la Défense ne sont pas moins inspirants que le Chrysler Building, après tout. Le contraste serait même autrement grisant, autrement frappant: imaginez un Blade Runner qui délaisserait les rues de L.A. pour s'inviter à Belleville; imaginez King Kong accroché au faîte de la tour Eiffel; imaginez les populations affamées de Soleil vertentassées place de la République; imaginez Paris sous la glace, sous la Seine.

 

Nous sommes le pays de Jules Verne, de Maurice Renard, de Rosny aîné, de Pierre Boulle, pétard de bois! Comment se fait-il que personne n'ait jusqu'à présent tenté d'adapter l'admirable Ravages de Barjavel, qui décrit avec une intuition géniale une apocalypse parisienne? À quand une Planète des singes dans son pays d'origine, ou une adaptation de la fascinante Forêt d'Iscambe, de Christian Charrière? Avec ses deux mille ans d'histoire, Paris possède trop de fantômes pour ne pas les invoquer dans un grand sabbat visuel (et virtuel). Allez, les geeks: au boulot!

A voir aussi

VRrOOm Wechat