Né dans un labo, ce bébé sait déjà jouer du piano

Category: 
Né dans un labo, ce bébé sait déjà jouer du piano
12 Septembre, 2017

À l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande, des chercheurs ont créé BabyX. Un bébé virtuel avec de bonnes joues roses, de grands yeux et plein de cheveux blonds sur la tête. Pour attirer son attention depuis l’ordinateur où elle est coincée, il suffit de l’appeler et de lui faire des signes. Une fois le contact établi, vous pouvez lui montrer un livre avec des mots tels que « pomme », « balle » ou des images représentant ces mêmes objets et BabyX les reconnaît. À chaque succès, un grand sourire apparaît sur son visage. 

 

Le plus étrange quand on la rencontre est le développement d’un sentiment paternel ou maternel à son égard. Soudainement, vous êtes fier quand elle réussit un exercice, fier de lui apprendre vos expressions et de nouveaux mots. C’est exactement ce que recherche Mark Sagar, le scientifique en chef. Il veut humaniser l’intelligence artificielle. 

 

Son approche ? Un mélange unique de compétences scientifiques et des derniers effets spéciaux d’Hollywood. Mais tout n’est pas dans la construction du délicat visage de BabyX. Si elle sourit c’est parce que son cerveau a réagi à un stimuli en relâchant un cocktail virtuel de dopamine, d’endorphines et de sérotonine dans son système.

 

Mark Sagar veut grâce à l’intelligence artificielle aller aux racines de l’émotion humaine et l’enseigner aux machines. Et il progresse étonnamment vite. Rien que depuis l’année dernière, BabyX a acquis un corps et la capacité de jouer du piano. 

 

Mais il est également possible d’enlever la peau de BabyX, ce qui découvre un organisme totalement semblable à celui d’un être humain. Toujours capable d’interagir avec les individus, les yeux et le cerveau dévoilés, BabyX réagit aux stimuli. Quand on lui demande de reconnaître un mot, les parties de son cerveau impliquées dans l’action se mettent à briller en violet.

 

Encore un clic de la souris et c’est le système neuronal qui s’étale devant nos yeux. Tout le corps humain est ici représenté dans ce qui est sans doute son imitation la plus détaillée au monde. Toutes les différentes parties travaillent ensemble grâce à un système appelé Brain Language, inventé par Mark Sagar et son équipe.

 

Dans 18 mois à peu près BabyX va être utilisé comme cobaye afin de faire progresser la recherche sur les enfants. L’infinité d’expériences possibles sur elle va permettre aux chercheurs de mieux aider les enfants peu doués pour l’interaction sociale. 

 

Il n’y a pas à être paranoïaque pour imaginer que BabyX pourrait nuire grandement aux humains. Le danger d’une expérience si semblable aux humains est évident.BabyX pourrait commencer à prendre des décisions par elle-même et des décisions au détriment de l’être humain. Mark Sagar refuse pourtant de reconnaître ce danger, avançant qu’il est à la recherche « de la base de la coopération humaine, ce qui est la chose la plus pacifique qui soit ».

A voir aussi

VRrOOm Wechat