Louis Cacciuttolo, fondateur et PDG de VRrOOm

Category: 
Louis Cacciuttolo, fondateur et PDG de VRrOOm
03 Décembre, 2016
Louis Cacciuttolo est le fondateur et PDG de VRrOOm, une entreprise ayant ses activités dans le domaine de la Réalité Virtuelle. Il a un parcours professionnel dans l’industrie de la communication et du cinéma, en Asie et en Chine (THX, Public Système, M&C Saatchi, OgilvyAction, …) Réalisateur de films et mécène d’art, M. Cacciuttolo est également propriétaire du Théâtre du Minotaure à Béziers, un petit théâtre à l’italienne du XIXe qui a accueilli dans ses murs, entre autres, Camille Saint-Saëns et Debussy. M. Cacciuttolo a tenu à utiliser ce lieu pour y installer les premières expériences en réalité virtuelle et augmentée du futur réseau de salles en VR (VRrOOm Sanctum), en témoignage de son engagement pour la création artistique par le biais de technologies nouvelles. Venez le rencontrer lors du lancement de la première salle VRrOOm Sanctum en France le 10 Décembre au Théâtre du Minotaure de Béziers

1. Quelques mots pour présenter votre projet VRrOOm

VRrOOm est la première plateforme media consacrée à la réalité virtuelle, augmentée et mixte qui s’adresse au grand public, et non pas uniquement aux professionnels ou aux gamers comme la plupart des autres éditeurs spécialisés.
Résolument orienté lifestyle, VRrOOm a pour but de démocratiser la VR au travers de publications de contenus d’information ainsi que de distribution d’expériences en réalité virtuelle sur ses canaux numériques (site web, media sociaux) ou physiques (réseau de salles de cinéma, etc)

2. Quels sont vos marchés cibles dans l’univers de la VR/AR ?

Edité en trois langues (Anglais/Français/Chinois) avec pour projet d’ajouter l’Espagnol en 2017, avec des équipes basées a Paris, Hong Kong, Shanghai, Pekin, Los Angeles et San Francisco, VRrOOm s’adresse aux marchés Europe, Afrique, Amérique du Nord et du Sud, et Asie (Chine, Inde, Australie, Singapour, Taiwan, Hong Kong et Macao).

3. Quel problème cherchez vous à résoudre avec votre projet ?

La démocratisation et l’adoption de la VR/AR par le grand public, ainsi qu’un lieu d’accueil à la créativité artistique au travers de ce nouveau media.

4. En France, quels sont les enjeux et challenges pour développer l’AR/VR ?

Ils sont multiples :
– Le prix d’accès a une expérience VR de qualité est prohibitif (VR-ready computers, équipements HTC Vive ou Oculus, etc)
– Il n’y a encore que très peu de contenu VR de qualité
– Les couts de production de ces contenus sont encore très élevés
– Le grand public est soit intimidé par la technologie, soit ne peut en tirer le plus grand profit car il ne sait pas vraiment s’en servir
– Les implications philosophiques / morales d’un monde ouvert a d’autres dimensions du réel font peur

5. Quels sont les différences du marché de l’AR/VR entre la France et la Chine et les USA ?

La Chine est de loin le marché le plus avancé, grâce à un public jeune et friand d’innovations technologiques, ainsi que des investissements très agressifs des infrastructures nécessaires a l’accueil et la dissémination du media à grande échelle.
Les USA viennent ensuite, avec un réseau professionnel et industriel très développé car les locomotives économiques du pays – et de la planète (Silicon Valley, Silicon Beach) ont été les pionniers de cette révolution technologique.
La France vient loin derrière, avec cependant un savoir-faire technologique, une grande originalité créative et une qualité d’exécution reconnue par ses pairs.

6. Quel sont à votre avis les clefs pour réussir la distribution de l’AR/VR ?

L’investissement sur le long terme, car en l’absence de modèle économique avéré il faut miser sur l’avenir et ne surtout pas s’attendre à un retour sur investissement rapide.
Les contraintes diverses à surmonter sont les problèmes logistiques et opérationnels liés a l’exploitation des plateformes de distribution physique, la fréquence et la qualité de la programmation (les deux font encore défaut du fait du manque de contenu) et aussi surtout l’éducation et l’information du public.

7. On peut imaginer plein de choses pour l’AR dans le tourisme. De la salle de cinéma à Shanghai qui fait découvrir en AR la destination Côte d’Azur, du Palace qui fait découvrir ses chambres et son restaurant gastronomique en AR lors d’un salon professionnel, à la compagnie aérienne qui nous immerge du poste de pilotage jusqu’au bar de son A380. Imaginez un autre usage ! « No limit » à votre imagination, on est en 3D / AR sur ce blog

Je vois clairement des opportunités pour visiter, depuis votre salon, des bars ou des salles de concert situés à l’autre bout du monde (des clubs de jazz de la Nouvelle-Orléans aux boites techno de Berlin en passant par Burning Man en Californie). Pouvoir y rencontrer des gens et interagir avec eux par le biais d’avatars, ou en live streaming.
Voir en exclusivité les trésors cachées des musées qui n’arrivent pas à exposer toutes leurs richesses.
Devenir Louis XIV au Château de Versailles ou la reine d’Angleterre a Buckingham, et vivre une journée de leur vie.
Voler comme un oiseau et survoler les sites les plus reculés de la planète.
Plonger dans les eaux transparentes de la Grande Barriere de Corail, caresser les coraux, nager avec les requins en Nouvelle-Calédonie.
Vivre avec les Indiens d’Amazonie et apprendre à chasser avec eux, avec les Papous de Nouvelle Guinée et comprendre comment réduire une tête humaine, s’initier à l’art des aborigènes d’Australie, etc.
La VR, en effet, n’a aucune limite.

8. C’est quoi le plus grand plaisir que vous procure votre projet pour vous et votre équipe ?

Lorsque notre public nous dit qu’il nous aime! – et qu’il aime ce que l’on fait.
Aussi, lorsque tous les jours nous constatons que notre audience s’agrandit.

9. Un conseil pour les apprentis de l’AR/VR qui voudrait se lancer ?

Si vous êtes un entrepreneur : n’imaginez pas pouvoir gagner de l’argent rapidement, donc il vous faudra des poches profondes et une dose certaine de passion, de patience et d’optimisme – sans doute même d’inconscience !
S’il s’agit pour vous de rejoindre une entreprise en tant que salarié : rappelez-vos toujours que la VR échappe à toutes les règles, et que cette liberté doit vous permettre de créer des modèles uniques, inédits, et surtout qui échappent totalement aux formats des media traditionnels. Il serait dommage de vouloir appliquer systématiquement au domaine de la réalité virtuelle ce qui existe déjà.
Enfin, s’il n’y avait qu’une seule question à vous poser lorsque vous travaillez sur un projet en réalité virtuelle, ce serait la suivante : quelle est la raison fondamentale qui fait que votre projet doive forcément être réalisé en Réalité Virtuelle ou Augmentée et ne prenne tout son sens que comme cela ?
Si vous parvenez à la conclusion que votre projet pourrait tout aussi bien être réalisé d’une autre manière ou par le biais d’un autre media, alors c’est que ce n’est pas un bon projet, ou tout du moins que ce n’est pas ce projet qui vous permettra de contribuer à ajouter une pierre à l’édifice.

10. Un souhait, un message à faire passer aux lecteurs du blog de Voyage en Multimédia, le salon du etourisme !

J’évoquais les Papous de Nouvelle Guinée, les tribus des Indiens d’Amazonie, la Grande Barriere de Corail un peu plus haut ; je souhaite que la réalité virtuelle nous permette à tous de découvrir les richesses naturelles et culturelles de notre planète dans les meilleures conditions et dans leur plus grande véracité, tout en les respectant et les préservant.
Adhérer à l’e-tourisme virtuel s’inscrit pour moi dans le cadre d’une action citoyenne de développement durable.

A voir aussi

VRrOOm Wechat