Les japonais sont vraiment accros au sexe VR ...

Category: 
Les japonais sont vraiment accros au sexe VR ...
28 Novembre, 2016

Au Japon, le VR Porn est un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Cette technologie est perçue comme un moyen d’assouvir les fantasmes les plus secrets, et éventuellement de remédier à un problème de solitude. Cependant, certains craignent que la réalité virtuelle ne soit utilisée à mauvais escient. 

En juin dernier, des centaines de personnes se bousculaient dans le quartier Akihabara de Tokyo pour tenter d'assister au premier salon dédié au VR Porn. L’engouement fut tel que l’organisateur, Kento Yoshida, n’eut d’autre choix que d’annuler l’événement pour mettre fin à cette émeute de nippons libidineux.

Cette anecdote insolite témoigne du potentiel commercial de la pornographie en réalité virtuelle. De très nombreuses personnes sont intéressés par ce type de contenu, et seraient prêts à tout pour regarder du porno VR gratuitement, si possible dans des conditions optimales.

La réalité virtuelle démocratisée par le porno ?

Selon plusieurs magnats de l’industrie, le porno pourrait même être la clé pour démocratiser la réalité virtuelle. C’est d’ailleurs le X qui a jadis permis de rendre les VHS et internet populaires. Effectivement, la réalité virtuelle peut éventuellement permettre de s’adonner à des rapports sexuels réalistes avec un personnage numérique, mais aussi avec une personne réelle à distance.

Par ailleurs, cette technologie peut être utilisée pour assouvir les fantasmes les plus inavouables de l’utilisateur. D’après Yoshida, « les désirs anormaux ou illégaux peuvent être difficiles ou risqués à satisfaire », mais la réalité virtuelle ouvre de nouvelles possibilités. La VR peut aussi aider les personnes trop timides à exprimer leurs sentiments ou à entamer une relation.

Le phénomène VR Porn agite le Japon

Cependant, pour proposer une expérience sexuelle en VR véritablement convaincante, plusieurs obstacles devront être surmontés. L’absence de sensation physique reste le principal problème à résoudre. Certaines entreprises remédient déjà à ce souci, en proposant des accessoires et des combinaisons connectés permettant de ressentir les sensations éprouvées par son avatar.

 

Au Japon, le phénomène VR Porn est en plein essor, et le marché ne cesse de se développer. Depuis le 10 novembre, le site de streaming vidéo DMM.com propose plus de 146 vidéos X en réalité virtuelle, pouvant être visionnées à l’aide d’un smartphone et de n’importe quel casque VR.

 

De même, l’éditeur de jeux vidéo Illusion, basé à Kanagawa, prépare un jeu porno en réalité virtuelle pour l’année prochaine. Intitulé « VR Kanojo » (VR Girlfriend), le titre propose aux joueurs d’avoir un rapport sexuel avec une petite amie imaginaire, directement dans sa chambre. L’accent est mis sur le réalisme et la sensation de présence ressentie par l’utilisateur. 

Un risque d’aliénation pour les personnes les plus fragiles

 

Le General Producer d’Illusio, Naoyuki Otsuru, est persuadé que la pornographie permettra de démocratiser la réalité virtuelle, mais craint que ce type de contenu soit un peu trop médiatisé depuis quelque temps. De nombreuses personnes ont une certaine aversion à l’égard du contenu adulte, et cette couverture médiatique risque de nuire à l’image de la VR.

Aux yeux d’Otsuru, la réalité virtuelle a le potentiel d’étendre l’expérience sexuelle des êtres humains, mais le contenu doit être rigoureusement contrôlé. Il craint que ce contenu ne puisse finir entre de mauvaises mains. Par exemple, certaines personnes pourraient abandonner toute tentative d’avoir une relation réelle au profit d’une romance virtuelle.

Plus la technologie devient réaliste et immersive, plus il est important de se poser des questions d’éthique et de morale. Il est impossible de prohiber la pornographie indéfiniment, mais il faut donc penser à la façon dont nous devons l’utiliser. Malgré tout, la décision de s’engager dans une relation virtuelle ou une relation réelle devrait être laissée à chaque individu. La VR nous offre « une nouvelle option sexuelle », ce qui est positif en soi. 

A voir aussi

VRrOOm Wechat