Les gants de Minority Report auront-ils un jour un sens ?

Category: 
Les gants de Minority Report auront-ils un jour un sens ?
28 Décembre, 2016

Le périphérique Senso est un gant expérimental dont les mouvements des doigts jouent le même rôle qu'une manette de contrôle de réalité virtuelle, tout en offrant une rétroaction haptique comprenant des vibrations et des changements de température.

Pour connaître plus de détails techniques sur le Senso, je vous invite à visionner la vidéo qui suit.

 

Mais en fait, le but de cet article n'est pas de détailler en profondeur les caractéristiques de ces gants. Non. Le but est de vous faire part de notre intérêt pour ces périphériques mal connus du public que sont les gants haptiques.

À première vue, les gants semblent constituer un contrôleur simple et évident pour l'avenir: il s'agit d'un vêtement semi-ordinaire, pouvant simultanément suivre le mouvement des doigts naturels (contrairement à un contrôleur) et fournir une rétroaction tactile (contrairement aux caméras de style Kinect. ) C'est pourquoi il existe déjà de nombreuses versions existantes, bien que peu de personnes le sache.

Vous avez les fameux « Nintendo Power Glove » et sa déclinaison haut de gamme, le « VPL DataGlove », le « Control VR » ou encore le « Manus VR », sans compter une bonne demi-douzaine d'autres …........

Et puis il y a toutes les déclinaisons fictives, dont la plus célèbre est celle des élégants gants à trois doigts que porte Tom Cruise dans le film Minority report.

Malgré tous ces efforts, les gants dits « Motion-Tracking » (en français : de recherche de mouvement) ne font pas partie de l'éco-système de la réalité virtuelle ou de réalité augmentée. Parce que comme une moustache ostentatoire, les gants cybernétiques ne fonctionnent que pour un usage bien précis. Et mis à part cet usage, ils sont tout simplement inutiles et désagréables. Pourquoi? Laisse-moi vous expliquer ...

« ALLER COMME UN GANT » N'EST QU'UNE EXPRESSION

Tout d'abord, ces gants ne possèdent qu'une seule taille, grande, mais en tissu très moulant. Cela signifie que si vous n'êtes pas une personne de grande taille, la liberté de mouvement tant vantée sera gênée par des plis de tissu autour de vos doigts, tandis que des brèches d'air viendront contrarier la rétroaction haptique.

CE MATÉRIEL N'EST PAS ENCORE TOTALEMENT PERFORMANT

En comparaison avec les caméras qui suivent les mouvements des mains nues, les gants doivent donner l'indication de la position de vos doigts dans le monde réel. Et malheureusement, un ordinateur devra encore interpréter les mouvements de ces doigts pour savoir si vous voulez saisir un objet ou effectuer une action en réalité virtuelle, ou s'il s'agit d'un mouvement quelconque. Un système devra de plus s'assurer que les objets ne rebondissent pas sur vos doigts ou qu'il ne vous colle pas comme de la glue. Des entreprises comme Leap Motion ont dépenser des milliers d'heures de travail dans la conception de logiciels, et le produit n'est pas encore parfait.  

En fait, c'est de loin le plus grand avantage des contrôleurs classiques de type Rift ou Vive par rapport aux gants de motion-tracking ; il est vraiment, mais vraiment facile de savoir quand quelqu'un a appuyé sur la gâchette du contrôleur ...

LE RENDU HAPTIQUE NE SUFFIT PAS

La réalité virtuelle n'a pas besoin d'être réaliste pour être amusante. Mais si un dispositif revendique des qualités haptiques totales, alors de simples vibrations ou des modifications de température ne suffiront pas. Je veux saisir des objets virtuels et sentir réellement ma main se refermer autour d'eux, ce qui n'est possible que si quelque chose me touche physiquement les doigts.

Une main à retour de force en exosquelette serait la solution évidente, bien que cela aurait l'air terrifiant. Mais cela démontre en fait que les gants VR ne pourront être considérés comme un produit viable qu'à la condition qu'un ensemble de fonctionnalités y soit réuni - la reconnaissance des gestes, le rendu haptique, le confort. C'est la seule façon de pouvoir compenser le fait que, eh bien, les gants honnêtement ne sont pas beaucoup de plaisant à porter.

LES GANTS SONT BASIQUEMMENT SALES ET INCONFORTABLES

Savez-vous ce que vos mains touchent ? Tout. Et savez-vous de quoi ils sont enduits? D'huile et de sueur. Par conséquent, ils ramasseront constamment la saleté tant à l'intérieur et à l'extérieur. Ajoutez-y le désagrément du design, même légèrement mal ajusté, l'inconvénient d'avoir à porter une paire de gants même en été, et vous vous direz que finalement, l'idée n'est peut-être pas aussi bonne.

Un des grands points forts du Senso est que, contrairement à la caméra Kinect ou à un appareil similaire, vous n'avez pas besoin d'une caméra externe. Mais les caméras ne constituent pas en fait un gros problème s'ils vous permettent d'évoluer convenablement dans le monde virtuel. Les gants ont sans doute encore certains avantages, mais encore une fois, il ne suffit pas d'être « légèrement mieux » si on est « nettement moins pratique ».

QUOI D'AUTRE POURRIONS NOUS INVENTER ?

J'ai toujours aimé l'idée d'un système de contrôle VR naturel et avec des sensations de toucher. Les gants de motion-tracking offrent certains des avantages que les gants classiques possèdent, mais sans couvrir toute votre main. Les gants haptiques ne nécessitent pas obligatoirement un contact avec la peau entière de la main.  

Mais peut-être que quelqu'un finalement inventera une peau électronique élégante, auto-nettoyante, ultra-flexible qui m'iront comme des gants. À court terme, des produits comme le Senso sont une preuve de l'intérêt de ce concept amusante, mais le motion-tracking de la main par caméra et les contrôleurs manuels sont toujours les deux standards indétrônables de la VR. Pour que les gants aient leur place dans l'avenir de la réalité virtuelle, ils devront battre ces deux technologies tout en étant légitimement portables – ce qui n'est pas encore le cas.

A voir aussi

VRrOOm Wechat