Les expos VR ont-elles du succés?

Category: 
Les expos VR ont-elles du succés?
01 Juin, 2017
Partir à la rencontre de soldats en RD Congo, se balader dans la bibliothèque d'Alexandrie ou entrer dans l'univers de Björk...
Plusieurs expositions, comme à Paris, renouvellent le genre en emmenant le public dans des visites virtuelles grâce à un casque.
"Les jeunes sont plus à l'aise avec ces technologies qui font parties de leur environnement.
Mais la réalité virtuelle attire et intrigue toutes les générations", estime Marcella Lista, chef de service des nouveaux médias au musée national d'art moderne au Centre Pompidou, où on suit de près l'émergence de ces innovations.
Une exposition en lien avec la réalité virtuelle est prévue en 2018.
A la Bibliothèque nationale de France (BnF), l'exposition +La bibliothèque, la nuit+ (jusqu'au 13 août) offre un voyage saisissant de dix grandes bibliothèques, réelles ou imaginaires, comme la bibliothèque mythique d'Alexandrie ou celle installée dans le Nautilus par le capitaine Nemo.
Ici fini l'audioguide ou le cartel explicatif, le spectateur, sans quitter son fauteuil, les découvre au moyen de lunettes de réalité virtuelle exploitant une technologie d'immersion vidéo à 360°.
"The Ennemy", une installation présentée jusqu'à la fin de la semaine, en première mondiale, à l'Institut du monde arabe va plus loin encore dans le monde virtuel. L'installation, conçue par Karim Ben Khelifa, photo reporter de guerre belgo-tunisien depuis 15 ans, permet de rencontrer virtuellement de véritables combattants des conflits israélo-palestinien, de République démocratique du Congo et du Salvador.
 
 
 
Une personne porte un casque "VR Geeks" pour se déplacer dans un espace de "réalité virtuelle", le 07 avril 2011 lors du salon "Laval virtual" à Laval .
 
Équipé d'un casque, d'un sac à dos-PC, le visiteur s'engage pour une expérience évolutive de 50 minutes dans un espace de 300m², lui permettant d'entendre ces combattants décrire leur vie, dans leur propre langue sous-titrée.
"Il y a un côté très personnel où on est impliqué dans la démarche, c'est assez nouveau, même si ce côté immersif peut être assez déstabilisant", explique à l'AFP Aurélie Clémente, directrice du département des expositions.
 
Agir sur l'oeuvre
Succès garanti auprès de scolaires de la banlieue parisienne venus tester l'installation: "ils étaient turbulents.
Ils sont rentrés dedans, c'était un bonheur. Ils sont sortis, ils étaient dans l'écoute", se réjouit Karim Ben Khelifa.
Le dispositif, qui a nécessité trois ans de travail selon la société en charge de la partie réalité virtuelle, Emissive, intègre les dernières avancées de la recherche en neurosciences afin de personnaliser la visite et accroître l'interaction.
"On est plutôt favorable à s'ouvrir à ce type de projets, ça permet de toucher certains sujets d'actualité qu'il est difficile d'aborder autrement", ajoute Aurélie Clémente.
Ailleurs dans le monde, la chanteuse islandaise Björk propose une exposition immersive et itinérante intitulée +Björk Digital+, déjà montrée à Sydney, Tokyo ou Londres. Prochainement visible à Barcelone à partir du 14 juin, elle rassemble des expériences de réalité virtuelle, des projections vidéo et un espace éducatif interactif permettant de plonger dans l'univers de la star.
Pour Philippe Fuchs, professeur de réalité virtuelle à Mines ParisTech, la réalité virtuelle ne se réduit pas à l'utilisation d'un casque mais nécessite en plus une réelle interactivité.
De nombreuses expositions annoncent être en réalité virtuelle, alors qu'il s'agit simplement de vidéo à 360°, car "c'est plus à la mode, c'est plus vendeur", dit-il à l'AFP.
Lors de la visite d'une exposition classique,"on ne touche à rien, on ne fait qu'observer, regarder, admirer l'oeuvre", rappelle-t-il.
En revanche, lors d'une visite en réalité virtuelle, le public doit "interagir par rapport à l'oeuvre et l'oeuvre va se transformer, se modifier en fonction de son action.
Au lieu d'être spectateur, on est spec-acteur", conclut cet expert.

A voir aussi

VRrOOm Wechat