L’AR tirera de l’oubli les soldats morts pour la France

Category: 
L’AR tirera de l’oubli les soldats morts pour la France
08 Juillet, 2017

Le travail a commencé il y aura un an au mois de novembre, et c’est à cette date-là que le Souvenir français espère avoir bouclé le dossier annaysien. La commune d’Annay sera alors la première du Pas-de-Calais à proposer la géolocalisation des tombes des soldats morts pour la France (tous conflits confondus). «  En novembre 2016, nous avons inauguré dans le cimetière une plaque avec dix-sept nouveaux noms de soldats morts pour la France avec l’association Mémoire et racines. En s’appuyant sur le travail qui avait été fait (et le livre), nous avons proposé au national de commencer par cette commune  », explique Alain Degorgue, délégué général adjoint du Souvenir français et Annaysien. D’autres communes vont suivre : Liévin, dont la municipalité a accepté de prendre à sa charge une partie des frais lors de son conseil municipal de vendredi dernier, et Hénin-Beaumont.

 

Après avoir téléchargé l’application (memoiredhomme) sur votre smartphone (un flashcode sera installé à l’entrée du cimetière pour vous guider), vous serez automatiquement guidé vers la tombe d’un soldat si tant est que vous soyez dans le cimetière. Là, vous verrez apparaître un portrait du soldat, son état civil et vous pourrez lire ou écouter une rapide biographie.

 

Grand travail de collecte

Si la technique n’est pas du ressort des délégués locaux (la géolocalisation est une volonté nationale), il n’empêche que c’est un grand travail de collecte et de persuasion qui les attend. Ils doivent d’abord convaincre les mairies du bien-fondé de leur action (et accessoirement de participer financièrement à 50/50 sachant que pour un cimetière c’est généralement autour des 8 000 €) ; convaincre aussi les familles de voir la photo et le nom de leur ancêtre apparaître dans l’appli. Il faut aussi, à chaque fois, retravailler les données disponibles sur les parcours des soldats

 

La géolocalisation étant virtuelle, il n’est pas prévu d’installer des marques sur les tombes des soldats référencées. L’application permettra aussi de visiter le cimetière en réalité augmentée.

A voir aussi

VRrOOm Wechat