L’AR au service de l’agriculture

Category: 
L’AR au service de l’agriculture
22 Juillet, 2017

#DigitAg : sept ans pour accompagner le développement de l’agriculture numérique

Sécurité alimentaire, respect de l'environnement, gestion des risques sanitaires, amélioration des conditions de vie des agriculteurs et accès aux marchés.

Pour relever ces défis mondiaux, les technologies numériques sont devenues incontournables.

 

Plateformes collaboratives, applications mobiles, drones équipés de capteurs en tous genres , réalité augmentée, robotisation, intelligence artificielle… Les technologies numériques se développent dans tous les secteurs, y compris agricoles.

 

Pour accompagner ce développement, au Nord comme au Sud, l’institut de Convergence en Agriculture numérique #DigitAg va mobiliser, sur 7 ans, dix-sept acteurs français (*) de la recherche, de l’enseignement supérieur et du privé.

#DigitAg a été inauguré officiellement le 30 juin à Montpellier SupAgro. Un atelier spécifique sur les TIC et les services de conseil en agriculture en France et en Afrique est organisé en amont de l’inauguration.

 

 

Les acteurs de #DigitAg s’intéresseront à :

- l’impact des technologies de l’information et de la communication sur le monde rural (axe 1),

- aux innovations en agriculture numérique (axe 2),

- à l’acquisition et à la gestion des données (axe 3),

- aux systèmes d’information, au stockage et au transfert de données (axe 4),

- à la fouille de données massives en agriculture (Big Data agricole (axe 5),  

- à la modélisation et à la simulation des systèmes de production agricole (axe 6).

 

 

Définition et co-conception de services agricoles adaptés

Le Cirad apportera son expertise au Sud en termes de sciences agricoles et animales (Unités System, Selmet, Geco, Aïda, Hortsys), de modélisation de plantes (Unité Amap), de traitement de l’information spatiale (Unité Tetis), d’ingénierie des agropolymères (Unité Iate), et des sciences sociales, économiques et de gestion (Unités Innovation, Moisa, Green).

 

Co-animateur de l’axe 2 de #DigitAg, et leader d’un challenge dédié au Sud, le Cirad se focalisera sur les facteurs clés de succès de l’innovation en matière d’agriculture numérique , en particulier sur la façon dont les outils et services doivent être co-construits pour être utiles et utilisés en Afrique.

 

" En Afrique, de nouveaux services agricoles utilisant le numérique , pour la commercialisation de produits, le conseil, l’intelligence économique se développent très rapidement " , souligne Pascal Bonnet, représentant du Cirad pour #Digitag.(...)

 

 

L’accent sur l’interdisciplinarité et la formation, avec des outils pédagogiques innovants

Les recherches menées dans #DigitAg visent à répondre au double enjeu

- d’améliorer la production agricole à travers l’agro-écologie (1), le phénotypage rapide (2), la durabilité des productions végétales (3) et animales (4)

- de mieux intégrer l’agriculture dans la société  par les services de conseil agricole (5), la gestion des territoires ruraux (6), l’intégration de l’agriculture dans les chaînes de valeurs et filières (7).

Au total, ce sont huit challenges que s’apprêtent à relever les partenaires de #DigitAg. Le huitième est entièrement dédié au développement agricole au Sud et particulièrement en Afrique (8).

 

Pour ce faire, les échanges interdisciplinaires, l’enseignement et la formation par la recherche (master et thèses) tiendront une place importante, avec une Graduate School comprenant 24 Masters, dont 4 nouvellement créées, et des dispositifs pédagogiques innovants, tels que MOOC, écoles-chercheurs, hackathons…

 

Le lendemain de l’inauguration de #DigitAg a eu lieu le premier hackathon, #DigitAg Challenge, dans les locaux de la French Tech Montpellier. Les lauréats seront accompagnés pour le développement de leurs projets.

 

 

(*) #DigitAg, c’est :

- 4 organismes de recherche (Irstea, porteur du projet, Inra, Inria et Cirad)

- 3 établissements d’enseignement supérieur (Université de Montpellier, Montpellier SupAgro, AgroParis Tech)

- 2 structures de transfert-développement (Acta, SATT AxLR)

- 8 entreprises (SMAG, Fruition Sciences, IDATE, ITK, Pera-Pellenc, Agriscope, Terranis, Vivelys).

- 57 bourses de thèse, 18 années de post-doctorat, 150 bourses de masters, dont 45 masters « entreprises membres »

- Près de 10 millions d’euros provenant du Programme Investissements d’Avenir (appel à projet spécifique aux Instituts Convergences)

 

A voir aussi

VRrOOm Wechat