La VR remplacera la neige dans nos stations de ski

Category: 
La VR remplacera la neige dans nos stations de ski
25 Novembre, 2017

La baisse de l'enneigement, année après année, oblige désormais les stations de sports d'hiver à redéployer leurs activités pour pouvoir accueillir aussi des vacanciers l'été.

 

Ce sera bientôt le top départ pour la saison de ski. Cette année, comme tous les hivers, les professionnels croisent les doigts avec la même angoisse au ventre : y aura-t-il de la neige ? À cause du réchauffement climatique, 80 des 300 stations de ski françaises sont menacées de fermeture d'ici trente ans, selon les experts de l'OCDE. Depuis les années 1960, la neige est devenue l'or blanc des professionnels de la montagne. Le ski reste l'activité la plus rentable en montagne, quand on sait qu'il faut compter 40 euros par jour en moyenne pour un forfait. Dans les plus grosses stations, c'est un chiffre d'affaires qui se compte en dizaines de millions d'euros. Un tel jackpot qu'il est hors de question de sacrifier.

 

Une évolution des pratiques

Mais ce qui est sûr aujourd'hui, c'est que les professionnels doivent anticipent les prochaines décennies, et ne peuvent plus miser uniquement sur le ski. Les conditions d'enneigement sont devenues trop aléatoires. Et puis les habitudes des vacanciers ont également évolué. "Avant, un skieur passait au minimum cinq ou six heures sur les pistes, voire plus. C'était vraiment l'activité unique. On voit que depuis dix ans, les modes de vacances ont changé. On est passé à une clientèle avec une approche plus loisir, et qui dit loisir dit profiter d'autre chose que le ski en station", relève auprès d'Europe 1 Xavier Corne, directeur de la station des Orres dans les Alpes. On est en fin de cycle, et il faut à tout prix repenser la montagne de demain 

 

Une période charnière

Les stations ont donc tout intérêt à proposer autre chose que du ski à leurs clients. Et la reconversion a déjà un peu commencé. Certaines stations ont lancé le mouvement comme Chamrousse qui prévoit une gigantesque mutation. Le maire, Philippe Cordon, s'est donné dix ans pour parvenir à faire vivre sa station, sur quatre saisons. "On est en fin de cycle, et il faut à tout prix repenser la montagne de demain et la station du XXIe siècle", pointe-t-il. "On a pensé un centre balnéotonique, des zones de loisirs qui sortent de l'ordinaire avec des studios de réalité virtuelle, des zones de coworking, des zones de séminaires", détaille-t-il. "Ce ne sera plus une station de sport d'hiver mais ce sera une vraie station de montagne qui vit toute l'année". La station utilisera ainsi davantage ses capacités d'hébergement. Il y a 12.000 lits à Chamrousse pour 450 habitants.

 

Avoir "une activité multi-saison"

Faire venir des clients toute l'année, c'est le défi des stations, et particulièrement des plus petites. À Artouste, dans les Pyrénées, le maire Robert Casedebeig multiplie les allers-retours en Suisse pour y piocher des idées. "Ils ont su faire des choses merveilleuses, on a pu voir des organisations de repas dans les télécabines, il peut y avoir des barbecues pour que les gens viennent y passer la journée", explique-t-il. "On a vu des choses simple à faire, et qui peuvent permettre de s'orienter vers une activité multi-saisons", souligne encore l'édile, avec un exemple : développer le VTT.

 

Mais s'adapter pour survivre passe aussi par des transformations en matière de logement. Finies les années 1970, avec leurs micro-studios où les vacanciers s'entassaient à cinq ou six. Le parc immobilier de nombreuses stations doit être rénové, dans le respect de la montagne. Ce sera aussi l'un des grands enjeux des prochaines décennies.

A voir aussi

VRrOOm Wechat