La VR pour l'entraînement des pompiers, médecins ou militaires

Category: 
La VR pour l'entraînement des pompiers, médecins ou militaires
12 Mars, 2017
Le projet Victeams a démarré dès 2013, mais les attentats du 13 novembre 2015 lui donnent d’autant plus de poids. Comment entraîner un médecin, militaire ou pompier, à gérer une équipe, confrontée à de multiples blessés par balles ? Eh bien, grâce à la réalité virtuelle.
Chercheuse en informatique, Domitile Lourdeaux s’y attelle dans les laboratoires de l’Université de technologie de Compiègne (UTC).
Une fois le masque bien en place sur les yeux, la personne entraînée se retrouve sous une tente, un blessé étendu face à elle.
L’immersion est saisissante. Une infirmière attend des ordres.
Le scénario : stabiliser le maximum de blessés dans ce poste de secours, avant de les évacuer vers un hôpital. L’apprenant intervient en utilisant des manettes. «  On ne teste pas des actes techniques médicaux, rappelle Domitile Lourdeaux, mais la capacité à diriger, la prise de décision, la gestion du stress… »
La difficulté de l’exercice peut être graduée.
L’infirmière, mue par une intelligence artificielle, se révèle ainsi plus ou moins coopérative et douée.
Les chercheurs travaillent sur les gestes des personnages et les expressions faciales des personnages.
Victeams devrait être achevé en 2019.
«  On nous demande notre avis au fur et à mesure des étapes », indique Stéphane Dubourdieu, qui s’occupe de la formation des équipes médicales à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. 
Les méthodes d’entraînement les plus abouties à l’heure actuelle sont coûteuses et contraignantes : «  Nous disposons de mannequins qui reproduisent un certain nombre de dysfonctionnalités, détaille Stéphane Dubourdieu.
On peut les faire convulser ou parler à distance, mais c’est un matériel qui coûte cher et très consommateur en ressources humaines. » Quant aux scénarios grandeur nature, «  ils mobilisent énormément de monde  ».
Et de conclure : « Victeams est un outil qu’on va utiliser plus fréquemment et qui va nous permettre de bien doser la difficulté de l’exercice. »
Victeams mobilise plusieurs partenaires : les sapeurs-pompiers de Paris, l’École du Val-de-Grâce, le Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur (LIMSI), le CEA-List (section de recherches du Commissariat pour l’énergie atomique), l’Institut de recherche biomédicale des armées et l’entreprise Reviatech qui travaille sur l’environnement virtuel.
Le budget est d’environ 3 millions d’euros pour quatre ans et demi de développement.
Le financement est assuré par l’Agence nationale de la recherche (ANR), la Direction générale de l’armement (DGA), la région Hauts-de-France et l’Europe.

A voir aussi

VRrOOm Wechat