La VR pour gérer la peur de la mort

Category: 
La VR pour gérer la peur de la mort
02 Février, 2017

Mel Slater en est convaincu, la réalité virtuelle peut parfaitement trouver sa place dans un cadre thérapeutique. Bien utilisée, elle pourrait en effet nous aider à mieux gérer la peur de la mort et, par extension, nos phobies.

Mel Slater travaille depuis plusieurs années pour l’Université de Barcelone. Passionné de nouvelles technologies, il est membre de l’ICREA et il dirige l’EventLab, un laboratoire spécialisé dans les études en lien avec la réalité virtuelle et les neurosciences.

Pour sa dernière expérience, il a choisi de se focaliser sur nos phobies et notamment sur notre peur de la mort. Il souhaitait en effet déterminer si une expérience virtuelle immersive pouvait nous aider à mieux gérer nos angoisses et nos peurs les plus primales.

Et si la réalité virtuelle nous aidait à nous débarrasser de nos phobies ?

En interrogeant des personnes confrontées à des expériences de mort imminente et/ou à des décorporations, le chercheur a réalisé qu’elles partageaient toutes un point commun : leur peur de la mort avait considérablement diminué suite à ces expériences.

Il a donc entrepris de reproduire cette sensation en s’appuyant sur des technologies de réalité virtuelle.

Comment ? Pour commencer, Mel Slater a réuni une équipe complète. Ensemble, ils ont sélectionné une trentaine de bénévoles et ils les ont installés chacun à leur tour dans une pièce équipée d’un fauteuil. Après les avoir équipés d’un casque à réalité virtuelle et de multiples capteurs situés sur les membres supérieurs et inférieurs, les scientifiques ont lancé une expérience virtuelle développée spécialement par leurs soins.

Dans cette expérience, les mouvements du corps des participants étaient synchronisés avec ceux d’un avatar virtuel soumis à une expérience de mort imminente factice.

Le concept n’est pas réellement nouveau. Il repose en réalité sur un concept assez proche de la fameuse « illusion de la main en caoutchouc » imaginée par Matthew Botvinick à la fin des années 90.

L’illusion de la main en caoutchouc

Si vous ne connaissez pas cette expérience, alors sachez qu’elle est assez simple à mettre en oeuvre et il est même possible de la reproduire chez soi sans trop de difficultés. Elle consiste ainsi à faire asseoir un volontaire à une table sur laquelle se trouvent un paravent et un bras en caoutchouc.

Le cobaye ne voit pas son véritable membre, uniquement la prothèse.

Là, un chercheur (ou un complice) doit caresser la main du volontaire et celle du bras en caoutchouc en simultanée à l’aide d’une plume, d’un pinceau ou de n’importe quel autre objet du même type. Au bout d’un moment, le candidat va avoir l’impression que le faux bras lui appartient. Il continuera donc à ressentir la caresse de la plume sur son faux membre, et ce même si le chercheur ou son ami arrête de lui caresser sa main.

L’idée était similaire ici, à ceci près que les candidats ont tous été confrontés à une expérience de mort imminente basée sur un processus de décorporation. Une fois l’expérience terminée, ils ont été invités à remplir un questionnaire portant sur leurs sentiments et notamment sur leur position à l’égard de la mort.

En compilant toutes leurs réponses, les chercheurs ont réalisé que tous ces volontaires avaient un peu moins peur de mourir suite à cette expérience.

Cela ne veut évidemment pas dire que la réalité virtuelle va nous permettre de nous débarrasser de nos pires phobies en un tour de main. Ceci étant, cette expérience prouve qu’elle peut aussi avoir un rôle thérapeutique.

A voir aussi

VRrOOm Wechat