La VR pour des patients en phase terminale...

Category: 
La VR pour des patients en phase terminale...
03 Juin, 2017
Le Royal Trinity Hospice accueille depuis 1891 des patients en fin de vie.
Depuis quelque temps, l’établissement explore les possibilités offertes par la réalité virtuelle en matière de soins.
L’idée ? Aider les patients les plus souffrants à réaliser leurs rêves les plus fous sans quitter leur lit.
D’après le magazine Artsy, tout a commencé en 2016 lorsque Leon Ancliffe, de la boîte de production Flix Films, a rencontré une artiste mère de deux enfants, Sarah Ezekiel, paralysée depuis seize ans.
Lorsqu’il lui a demandé quel était son plus grand regret, elle lui a avoué avoir toujours voulu nager avec des dauphins.
Ému par son histoire, Leon Ancliffe s’est donné comme objectif de lui faire vivre son rêve.
Pour ce faire, il a tout de suite pensé à la réalité virtuelle.
Une fois les lunettes de VR placées sur la tête de Sarah, le résultat est allé au-delà des attentes de ce passionné de vidéo.
Ravie, elle a redécouvert la sensation de s’immerger l’eau et s’est émerveillée à la vue des cabrioles des mammifères marins.
L’expérience de Sarah a donné à Leon Ancliffe l’idée et l’envie de s’associer à un hospice afin d’améliorer la qualité de vie des patients en phase terminale.
La réalité virtuelle serait-elle devenue une nouvelle forme de soin ? Cela reste à être confirmé, mais Leon Ancliffe veut y croire.
Le processus est simple : les patients évoquent un à un leurs rêves et leurs meilleurs souvenirs.
L’équipe de Leon Ancliffe leur concocte alors une playlist visuelle sur mesure : surfer sur les vagues de Tahiti, skier dans les Alpes, voir les chutes du Niagara… Tout est possible pour aller au-delà des limites physiques du corps des patients, pour aider à soulager leur anxiété ou encore réduire leur fatigue et leur peine.
Une patiente nommée Susi, atteinte d’un cancer, estimait sa douleur à 7 sur une échelle allant jusqu’à 10, avant de faire l’expérience de la réalité virtuelle.
À la suite d’une ballade en VR aux Maldives, elle réévaluait sa douleur à 3. Tout à fait le genre de réaction attendu par l’hospice.
Les réunions de famille et bien d’autres événements de ce type ne seront bientôt plus qu’à deux battements de cils pour les gens les plus vulnérables.

A voir aussi

VRrOOm Wechat