La VR peut-elle guérir la toxicomanie?

Category: 
La VR peut-elle guérir la toxicomanie?
09 Juin, 2017
Un toxicomane en sevrage pénètre dans une pièce où la fête est en plein essor.
Les boissons coulent à flot, la musique est enivrante et des drogues sont consommées.
Une personne s’approche, proposant de la cocaïne.
C’est une situation chargée en déclencheurs pour le toxicomane.
C’est aussi une situation qui – cette fois – n’existe pas de façon réelle.
La salle, la fête et la cocaïne sont toutes simulées, et la personne qui offre la drogue est un avatar.
Tout a été créé par une équipe de spécialistes de la réalité virtuelle chargée de construire le pire scénario pour un toxicomane afin de déterminer si le traitement fonctionne bien.
Au cours des deux prochains mois, 60 étudiants inscrits à l’Académie John Volken de Surrey, un centre de traitement à long terme, seront plongés dans des situations virtuelles spécialement conçues par rapport à leurs expériences personnelles et leurs problèmes d’addiction.
 
Test à la rechute d’un toxicomane
Le programme de pointe est dirigé par la professeur Faranak Farzan et présidente des innovations technologiques pour la toxicomanie chez les jeunes.
Ils sont venus à l’Académie John Volken pour se remettre de leurs mauvaises habitudes mais après deux ans, ils doivent vivre leur vie », a déclaré Mme Farzan.
L’idée est d’utiliser la réalité virtuelle pour introduire lentement les indices environnementaux auxquels ils ont été exposés.
Néanmoins dans un environnement très sûr pour évaluer leur situation en termes de rechute ou de réduction de leurs impulsions.
Le projet est encore en phase de démarrage. Les chercheurs enquêtent sur les étudiants pour recueillir des informations afin de créer un environnement VR totalement personnalisé.
« Si quelqu’un prend des opioïdes pour la gestion de la douleur, par exemple, je suppose que l’environnement dans lequel il l’utilise est très différente de celui qui utilise de la cocaïne. Nous ne voulons pas les mettre dans le même contexte, cela ne fera pas sens « , a déclaré Mme Farzan.
« Nous devons trouver ce qu’ils sont susceptibles de les faire rechuter. Cela pourrait être une fête pour quelqu’un, ce pourrait être une cour d’école pour quelqu’un d’autre. Et cela pourrait être à la maison pour un autre individu ».
 
Un nouveau domaine d’étude
D’une part, la réalité virtuelle a longtemps été considérée comme potentiellement utile dans le traitement de la toxicomanie.
De plus, la technologie est acceptée récemment par l’opinion publique pour être considérée comme un outil sérieux.
D’autre part, le domaine d’étude est tellement nouveau que les chercheurs doivent encore répondre à ce que Mme Farzan décrit comme la «question à un million de dollars» dans l’application VR : le comportement d’un toxicomane dans le monde virtuel sera-t-il transféré à la vie réelle ?
« C’est ce que nous essayons de comprendre », a-t-elle dit
. « À l’heure actuelle, nous concevons ce qui a un sens intuitif. Mais à la fin de la journée, nous devons également effectuer des essais contrôlés aléatoires ».
John Volken s’est engagé cinq ans dans la recherche et espère étendre le programme VR à ses deux centres de traitement de toxicomanie aux États-Unis.
« Les étudiants en sont enthousiasmés parce qu’ils estiment qu’ils reçoivent une véritable aide professionnelle », a-t-il déclaré.
« La partie clé ici est que nous travaillons avec des personnes qui ont vécu une dépendance.
Nous ne sommes pas assis dans nos laboratoires de recherche en essayant de concevoir quelque chose en fonction simplement de ce que nous pensons » affirme Faranak Farzan.
Le jeu vidéo est le secteur qui utilise le plus la réalité virtuelle. Que pensez-vous des thérapies qui peuvent être mise en place via cette technologie ?

A voir aussi

VRrOOm Wechat