ICM Soft crée des hologrammes pour les musées

Category: 
ICM Soft crée des hologrammes pour les musées
10 Juillet, 2017

ICM Soft travaille avec le Museum d’histoire naturelle de Paris.

Nouvelle pépite de l’écosystème local des nouvelles technologies, les « new tech » : ICM Soft. La start-up créée en 2015 par le Perpignanais Philippe Font développe des logiciels pour les musées, des logiciels sur mesure et réalise de la communication digitale en « frontal utilisateurs » autour de bornes interactives et de réalité augmentée. Dans le petit bureau de la pépinière de l’IDEM qui l’héberge au Soler, c’est déjà demain.

 

Testé à Harvard et au British Museum

Météorites, gemmes, minéraux, roches, carottes glaciaires et océaniques… ICM Soft est sollicité par les musées pour la gestion de collections. Le célèbre Museum d’histoire naturelle de Paris mais aussi l’École des Mines font partie des clients du Catalan. « Ils utilisent nos outils de gestion de collections et nous avons déjà traité plus de 200 000 échantillons pour eux, détaille Philippe Font. L’École des Mines dispose aussi de bornes interactives qui guident le visiteur et de la réalité augmentée interviendra, au cours de la visite, d’ici la fin de cette année ».

 

Les systèmes holographiques, déjà testés et utilisés pour un fabricant d’objets connectés, l’IDEM et bientôt un opérateur télécom, sont en cours de déploiement dans les musées. Car « les hologrammes permettent de présenter n’importe quel objet aux visiteurs ». Les possibilités sont infinies. Toutes ces solutions développées dans les Pyrénées-Orientales séduisent aussi hors des frontières. Outre-Manche, l’université d’Harvard et le célébrissime British Museum testent les logiciels de la start-up catalane. Des collectionneurs privés, notamment de météorites, utilisent aussi la version grand public des mêmes logiciels. ICM Soft, dans son activité de communication digitale propose également des écrans tactiles transparents multisupports. Grâce à eux, n’importe quelle surface plane devient un écran tactile animé. « Ça permet de présenter des choses qu’on ne peut pas toucher habituellement, comme des livres rares dont on peut alors tourner les pages », explique Philippe Font.

 

On imagine l’efficacité de ce dispositif sur un abribus ou, mieux, la vitrine d’un grand magasin, de prêt-à-porter. Il sera alors possible de consulter tous les produits disponibles (et pas que dans le magasin en question) et, bien sûr, de passer commande immédiatement. De quoi allonger les jours, ou plutôt les nuits de shopping.

A voir aussi

VRrOOm Wechat