Étude : pour les jeunes, la réalité est chiante

Category: 
Étude : pour les jeunes, la réalité est chiante
04 Octobre, 2017

Selon une récente étude de l’Institut pour la Famille « le taux de grossesses chez les adolescentes a atteint le niveau le plus bas jamais observé. Moins d’adolescents boivent de l’alcool, ont une vie sexuelle ou possèdent un travail à temps partiel. De plus, les adolescents d’aujourd’hui conduisent moins, ont moins de rendez-vous amoureux et sortent moins sans leurs parents que les adolescents d’il y a 10 ou 20 ans. »

 

L’auteur du rapport émet ensuite une hypothèse en conclusion. Les enfants mettent juste plus de temps à grandir aujourd’hui. Cette simple assertion peut avoir un impact fort sur notre culture. Plus les enfants mettent de temps à grandir, plus ils en mettent pour quitter leur domicile, construire une carrière et une famille.

 

D’une certaine manière, ces enfants ne font qu’imiter le comportement de leurs parents. Ce que l’auteur appelle une « stratégie de vie lente » est le résultat de parents ayant moins d’enfants et plus tard afin de pouvoir leur offrir un niveau de vie confortable. Mais il faut faire attention à ne pas rendre la vie de ces enfants si confortable au domicile de leurs parents qu’ils souhaiteront ne jamais le quitter.

 

Mais la manière de s’occuper des enfants ne fait pas tout. Afin de résoudre ce dilemme culturel, il est nécessaire de savoir pourquoi l’âge adulte a l’air si peu attirant que les jeunes font tout pour s’en tenir le plus éloignés possible.

 

Il n’y a pas si longtemps, les enfants ne pouvaient attendre d’être grands afin d’avoir une voiture, un appartement et même des factures à payer par eux-mêmes. Que s’est-il passé depuis ?

 

Les nouvelles technologies ont donné accès aux enfants à un savoir que leurs jeunes esprits ne sont pas prêts à comprendre. En savoir trop trop jeune peut causer une crainte de l’avenir. Les parents peuvent renforcer cette peur en coachant leurs enfants en permanence afin qu’ils soient les meilleurs partout. Si un enfant n’a jamais le droit d’être seul mais peut accéder en permanence à une actualité anxiogène, comment pourrait-il ne pas avoir peur ?

 

La sur -préoccupation des parents libèrent aussi l’enfant des tâches de la vie quotidienne. S’il n’a rien à faire à la maison, pourquoi ne pas se réfugier dans les nouvelles technologies ? 

 

L’étude a donc prouvé que moins d’adolescents buvaient et avaient une activité sexuelle. Une bonne chose ? D’une certaine manière oui mais d’une autre non. Ces deux activités requièrent en effet des interactions sociales avec d’autres êtres humains. La question se pose alors : si les adolescents actuels ne font plus ces actions, est-ce parce qu’ils savent qu’elles sont inappropriées ou juste parce que l’application permettant de boire une bière avec son téléphone n’a pas encore été créée ?

 

Le Japon doit déjà faire face à un sérieux problème, celui de jeunes adultes plus enclins à avoir un date avec des avatars qu’avec des humains. Cette étude pourrait-elle être la première du genre à pointer que les jeunes d’aujourd’hui préfèrent la réalité virtuelle à la vraie vie ?

A voir aussi

VRrOOm Wechat