Et si la VR était "LA" solution contre l'alcoolisme ?

Category: 
Et si la VR était "LA" solution contre l'alcoolisme ?
28 Novembre, 2016

L’alcoolisme est en constante diminution en France depuis 40 ans, pourtant il tue encore 50 000 personnes par an. Des chercheurs sud-coréens semblent avoir mis au point une nouvelle thérapie basée sur la réalité virtuelle, capable de soigner ce mal. 

 

Habituer le cerveau à modifier son fonctionnement

Des chercheurs de l’université de Chung-Ang à Séoul (Corée du Sud) auraient développé un nouveau traitement susceptible de changer, et d’améliorer la vie de millions de personnes alcooliques. Cette thérapie, se fondant sur la réalité virtuelle, pourrait habituer le cerveau a modifié son fonctionnement et à appréhender les situations à risque différemment. Cette étude a regroupé une douzaine de patients dans un état de sévère dépendance à l’alcool, qui ont tous dû suivre préalablement une semaine de désintoxication. Ils ont par la suite, été soumis à trois programmes de réalité virtuelle différents. Le tout sur un écran de télévision 3D, et ce deux fois par semaine pendant cinq semaines.

Des vidéos sur écran 3D ont été montrés aux patients, afin de recréer une situation de stress ou de relaxation.

Le premier scénario diffusait des images relaxantes, cela afin de détendre le patient.Le second déclenchait l’envie de boire, puisque le malade se retrouvait plongé au coeur d’un restaurant, où de nombreux clients consommaient de l’alcool. Et enfin le troisième, montrait au patient via notamment des odeurs et des sons, les effets néfastes d’une trop grande consommation d’alcool.

 

Résultat ?

Les patients ont tous effectué deux examens primordiaux, une tomographie qui permet de visualiser l’activité cérébrale, et une tomodensitométrie qui donne accès à la structure cérébrale (voir ici pour un petit aperçu)En analysant les examens d’avant, pendant et d’après les sessions, les scientifiques ont remarqué des changements dans le cerveau, notamment dans le système limbique du cerveau. Le système limbique est le « siège central » des émotions et du comportement, et chez une personne alcoolique, l’activité y est bien plus grande (la personne est beaucoup plus sensible au stimuli, comme l’alcool par exemple).  À la fin de la thérapie, le système des patients était revenu à une activité presque normale, preuve que la réalité virtuelle a été bénéfique ou du moins « qu’elle a pu freiner leur envie d’alcool », explique l’auteur principal de l’étude Doug Hyun Han.

Une thérapie plus prometteuse

Le résultat de cette étude a été publié dans The Journal of Studies on Alcohol Drugs.Même si ce traitement a été testé sur un petit groupe, elle semblerait plus prometteuse que les autres car « elle met les patients dans des situations similaires à celles auxquelles ils peuvent être confrontés dans la vraie vie et exige d’eux une participation active » explique monsieur Hyun Han. Autre point très positif, elle peut être adaptée sur mesure en fonction du patient et de la gravité de sa dépendance. Il faut maintenant attendre et voir si elle est aussi efficace sur le long terme, mais puisque la réalité virtuelle est désormais utilisée pour soigner des phobies, comme celle du vide ou des araignées alors pourquoi pas l’alcoolisme ?

A voir aussi

VRrOOm Wechat