En Occitanie, on apprend l’anglais avec la VR

Category: 
En Occitanie, on apprend l’anglais avec la VR
20 Décembre, 2017

Pour la première fois en France, des élèves vont apprendre l'anglais grâce à des outils numériques ultra-pointus. Cette expérimentation menée en Occitanie a pour but d'intéresser et de motiver les lycéens.

 

C'est une expérimentation unique en France. En Occitanie, dans les prochaines semaines, des lycéens vont commencer à apprendre l'anglais grâce à la réalité virtuelle. Ce procédé va permettre de plonger ces élèves dans un monde totalement artificiel, par l'intermédiaire d'outils numériques. 

 

Une motivation supplémentaire

Les jeunes pourront par exemple créer des projets en 3D, les partager et communiquer avec des correspondants étrangers qu'ils retrouveront dans ces espaces virtuels. Une classe d'élèves allemands expérimente la même chose, à Stuttgart. "Ces élèves vont avoir les mêmes activités que les nôtres en France, et la langue de communication entre les deux pays sera l'anglais", détaille Christophe Piombo, délégué académique au numérique.

 

Porté par l'académie de Toulouse et co-financé par le ministère de l'éducation nationale, le projet APLIM (pour APprentissage des Langues par IMmersion) a pour objectif de stimuler les élèves pour l'apprentissage des langues. "On sait que les jeunes d'aujourd'hui sont toujours en quête de nouveaux outils, donc cela créé un facteur 'motivation' supplémentaire, explique Sabine Aligé, inspectrice de l'éducation nationale en lettres-anglais, il y a aussi le facteur 'émotion'. Dans cet environnement virtuel, les élèves vont percevoir des sensations. C'est la base de la communication, on est davantage dans l'authentique, on parle anglais réellement pour communiquer."

 

15.000€ de matériel par lycée

Chaque établissement a reçu 12 casques de réalité virtuelle, un téléphone et des caméras ultra-performantes, soit environ 15.000 euros de dotation. Trois classes de lycées professionnels (lycée François Camel de Saint Girons dans l'Ariège, lycée du bâtiment de topographie de Beaumont de Lomagne dans le Tarn-et-Garonne et lycée Jean-Pierre Vernant de Pins-Justaret en Haute-Garonne) vont participer à ce test. 

 

"C'est super qu'on nous propose une autre façon d'enseigner, et particulièrement en lycée professionnel où les élèves ont souvent été démotivés par le collège, par un niveau qu'ils n'arrivaient pas à atteindre", réagit une professeur d'anglais. "En passant par les jeux, par le côté ludique, cela peut être un facteur de motivation pour eux", explique une autre. L'expérimentation doit durer trois ans. Elle fera l'objet d'une thèse de recherches afin d'évaluer les résultats sur l'apprentissage en langues des élèves. 

A voir aussi

VRrOOm Wechat