Connaissez vous le paradoxe de Fermi ?

Category: 
Connaissez vous le paradoxe de Fermi ?
03 Janvier, 2017

Depuis des décennies, le Paradoxe de Fermi taraude les scientifiques. Pourquoi notre univers si vaste semble presque entièrement dépeuplé ? Pour John Smart, l’explication serait la réalité virtuelle et ses possibilités illimitées…

Selon la NASA, notre univers rassemble 500 milliards de milliards d’étoiles similaires à notre soleil, et 100 milliards de milliards de planètes semblables à la Terre. Autrement dit, il existe 100 planètes habitables pour chaque grain de sable sur la Terre, et des billions de possibilités que d’autres planètes aient vu apparaître la vie.

Même si 10% de ces planètes seulement abritaient des formes de vie, il existerait un million de planètes habitées dans la Voie Lactée. Il suffirait que quelques-unes de ces civilisations aliens aient avancé au-delà de notre niveau d’avancée technologique pour que l’humanité soit encerclée par des êtres venus d’ailleurs.

 

Un univers infiniment vaste, incroyablement dépeuplé

Pourtant, à l’aube de l’an 2017 après Jésus Christ, on ne relève toujours aucune trace de présence extraterrestre. Il existe un terme scientifique pour désigner la contradiction entre la haute probabilité qu’une forme de vie émerge dans l’univers et l’absence totale de preuve qu’une autre planète abrite la vie quelque part. C’est le Paradoxe de Fermi, souligné pour la première fois par le physicien italien Enrico Fermi.

De nombreuses théories tentent d’expliquer ce mystérieux paradoxe. Depuis peu, une nouvelle théorie se propage au sein de la communauté scientifique. Une théorie impliquant les technologies de la réalité virtuelle.

 

John Smart et l’hypothèse de la transcension face au paradoxe de Fermi

Cette théorie, développée par le John Smart, porte le nom d’hypothèse de la transcension. Elle suggère que le processus d’évolution de notre univers mène toutes les civilisations avancées de l’univers vers le même objectif final, celui de transcender notre dimension spatio-temporelle par le biais de monde virtuels créés par nos soins.

Selon Smart, à mesure qu’une espèce avance vers son stage de technologie avancé, elle développe des environnements virtuels au sein d’ordinateurs infiniment plus petits que ceux que nous utilisons aujourd’hui. Ainsi, les espèces avancées ne colonisent pas l’espace extérieur, car un tel procédé leur semble archaïque. Au contraire, elles tendent à coloniser l’espace intérieur.

Nos efforts actuels pour explorer le système solaire correspondent à l’adolescence technologique de notre jeune espèce. Les possibilités d’explorations de mondes créés par nous-mêmes sont infiniment plus vastes.

 

Une théorie appuyée par les progrès de la réalité virtuelle

Il y a 40 ans, les ordinateurs présentaient la même envergure que des immeubles. Aujourd’hui, des ordinateurs bien plus puissants peuvent tenir dans nos poches sous la forme de smartphones. Face à cette tendance, Smart est convaincu que nous créerons un jour des ordinateurs microscopiques, de la taille d’atomes. Ces ordinateurs abriteront des mondes virtuels bien plus vastes que notre planète, voire même notre univers. C’est ce que Smart nomme « l’ingénierie intérieure ».

 

Les mondes virtuels seront bientôt plus vastes que notre planète

L’hypothèse de la transcencion tire son crédit des récentes avancées dans le domaine de l’informatique, mais surtout des progrès effectués dans la réalité virtuelle. Dans un futur proche, il est bel et bien probable que les mondes virtuels deviennent impossibles à distinguer de notre réalité.

Le créateur de Second Life, Philip Rosedale, a récemment annoncé son intention de créer un univers virtuel aussi large que la planète terre. Ce monde virtuel présentera ses propres lois physiques, permettant d’engendrer la vie.

 

Les extraterrestres préfèrent vivre dans la VR

Cette théorie permet bel et bien d’expliquer le Paradoxe de Fermi. Nous n’avons jamais rencontré nos voisins extraterrestres, parce qu’ils ont abandonné la conquête spatiale au profit de la réalité virtuelle.

Si nous manquons encore de données pour affirmer la véracité de cette technologie, il est toutefois fascinant d’imaginer un futur où nous vivrons dans des mondes créés par nous-mêmes selon nos propres critères de perfection. Il est cependant possible que nous vivions déjà dans l’un de ces univers, si l’on en croit la fameuse théorie du simulateur. largement relayée par les géants de la Silicon Valley…

A voir aussi

VRrOOm Wechat