Comment repenser l'interface homme-machine ?

Category: 
Comment repenser l'interface homme-machine ?
22 Août, 2018

Aucun autre objet ne représente mieux l’esprit de la "génération internet" que le smartphone, à savoir la mobilité et une communication multicanale. Mais la croissance du marché du smartphone ne concerne pas uniquement les jeunes, il concerne toute la société. D’ici un an, on devrait compter plus de 2,5 milliards d’utilisateurs de smartphones dans le monde.

 

Les usages du smartphone sont également de plus en plus nombreux, avec l'explosion du nombre d'applications, aussi bien dans notre quotidien que dans le monde professionnel. L'utilisation de smartphones dans le monde du travail est en effet en constante augmentation, et désormais, les smartphones ne sont plus réservés à la direction ou aux équipes de vente. Ils permettent par exemple également aux directeurs de production et aux techniciens de pouvoir vérifier l'état des machines en temps réel, et ainsi réduire les temps d'arrêt machine et augmenter la productivité.

 

Mais ces nouveaux utilisateurs bénéficient-ils d'applications et de fonctionnalités aussi intuitives et ergonomiques que celles utilisées dans leur quotidien ? Et au-delà des applications, pourrait-on transposer l'interface que nous maitrisons désormais sur nos smartphones au monde des machines ?

 

L'enjeu : séduire la nouvelle génération dans un secteur régi par les normes

Malgré l'enthousiasme que peuvent susciter les possibilités offertes par les smartphones (autonomie, OS, performance du processeur, écran haute résolution) et son design attrayant, il est primordial qu'une utilisation industrielle soit garantie. Ce secteur est en effet régi par des standards européens en termes de contrôle (type, couleur, étiquetage) et de sécurité. Le moindre écart par rapport à ces réglementations peut avoir des conséquences considérables, pouvant entraîner des coûts de remise en conformité élevés, retarder un lancement commercial et générer des pertes financières.

 

Pourtant, tout en répondant à des normes d'affichage et de sécurité, les fabricants de machines doivent aujourd'hui se démarquer de la concurrence en ajoutant de la valeur à leurs appareils avec des concepts de commande et de visualisation modernes et intuitifs. Des interfaces tactiles, des symboles reconnus universellement plutôt que du texte, en sont des exemples. L'objectif est de séduire la nouvelle génération d'opérateurs et d'utilisateurs.

 

Des atouts multiples : réduire les risques d'erreur et favoriser l'adhésion

Même s'il n'est pas envisageable de remplacer l'ensemble des boutons poussoirs (arrêt d'urgence, bouton de réinitialisation, éléments de commande) pour des raisons pratiques (certaines conditions d'éclairage, travail avec des gants...), un design et une interface opérateur plus intuitive peuvent contribuer à réduire les risques d'erreur opérationnelle ou d'action involontaire.

 

Tout comme pour les smartphones, une interface simple, un écran tactile ou l'utilisation de matériaux qualitatifs sur le panneau de commande valorisent l'esthétique globale de la machine, permettent d'améliorer la "première impression" d'un équipement et y favorisent l'adhésion.

 

Enfin, les employés ont besoin de beaucoup moins de temps pour se familiariser avec les nouveaux systèmes, et les temps de projets peuvent être considérablement réduits.

 

Perspectives : cloud, internet des objets, réalité augmentée ?

En plus de l'interface machine, de nouvelles fonctionnalités ont déjà fait leur apparition. Les systèmes sont en effet désormais capables de communiquer avec les équipements de dernière génération ; et la connexion à l'infrastructure cloud ouvre la voie à un certain nombre de services et d'opérations supplémentaires. Elle permet, par exemple, d'accéder à des options d'affichage sur les smartphones ou tablettes.

 

L'électronique grand public fournira également à l'industrie des indices sur les tendances qui prévaudront ou non. Par exemple, l'utilisation de la réalité augmentée nous permet d'ouvrir un nouveau monde de possibilités quant au contrôle des machines et leur fonctionnement. On imagine déjà ce que cela peut apporter en matière de maintenance et d'entretien : en cas de produit défaillant, des images, diffusées directement depuis des lunettes connectées, pourraient être utilisées pour guider étape par étape les techniciens dans leur travail, et rendre possible le support technique à distance. De manière générale, le personnel sur place pourrait exécuter plus de tâches d'entretien et de maintenance qu'aujourd'hui.

 

Au-delà, l'analyse permanente de la performance des constituants de la machine au travers d'applications gérées depuis le Cloud permet de prédire les pannes ou ralentissements potentiels. En intervenant de manière ciblée sur les machines lors des maintenances programmées, le risque d'arrêt intempestif de chaînes de production est très fortement réduit.

 

Intégrer cette nouvelle interaction homme-machine dès la conception est primordial. Une interface intuitive facilitera l'adoption et l'utilisation des machines par les utilisateurs, mais augmentera aussi la sécurité. Les nouvelles technologies ont d'ores et déjà transformé notre manière de consommer et de vivre au quotidien ; ces avancées peuvent tout autant bénéficier au secteur de l'industrie !

A voir aussi

VRrOOm Wechat