Bruxelles ambitionne de devenir un hub tech

Category: 
Bruxelles ambitionne de devenir un hub tech
05 Décembre, 2017
Les jeux vidéos sont une des possibilités de développement de la réalité virtuelle. - Bruno D’Alimonte.

 

Les nouvelles technologies représentent un potentiel économique très important. Le gouvernement belge aimerait d’ailleurs que la capitale devienne incontournable.

 

Imaginez. Vous avez sur les yeux un casque de réalité virtuelle. C’est l’architecte que vous avez engagé qui vous présente votre future maison. Grâce à cette technologie, vous pouvez vous promener dans chaque pièce, y voir votre mobilier, monter à l’étage. Vous êtes déjà chez vous grâce à la réalité virtuelle.

 

Autre cas de figure : vous êtes au cinéma mais en même temps vous êtes dans le film grâce à la 3D cinematic VR. Elle est devenue un art cinématographique distinct qui permet de plonger le spectateur dans un environnement réel filmé à 360º. Le spectateur choisit où il veut regarder.

 

Évidemment, ces techniques évoluent très rapidement. Chaque année est organisé le salon Stereopsia. Cette manifestation réunit des professionnels de la 3D et de la réalité virtuelle du monde entier. Depuis 8 ans, elle se déroulait à Liège mais, pour la première fois, elle se passera à Bruxelles, entre le 11 et le 13 décembre.

 

« Nous avons dans la capitale plus de 2.000 entreprises actives dans le secteur de l’audiovisuel et le numérique, explique Cécile Jodogne (Défi), secrétaire d’État en charge du Commerce extérieur. Nous pensons que Bruxelles a la capacité de devenir un véritable carrefour pour les nouvelles technologies. Le marché du digital grandit rapidement et étend largement son champ d’activité avec la réalité virtuelle, augmentée et mixte. Stereopsia est un point d’intérêt évident pour ce secteur et entre en parfaite adéquation avec la stratégie régionale pour le développement de l’industrie digitale et des médias à Bruxelles. »

 

Un secteur d’emploi

En attirant ce salon, la secrétaire d’État espère aussi attirer les investissements étrangers et améliorer la visibilité des entreprises bruxelloises. C’est que, durant ces trois jours, ce ne sont pas moins de 80 experts qui se déplacent. Ils sont actifs dans le domaine du cinéma, de la recherche scientifique, du cinéma.

 

« Le potentiel est inimaginable mais nous savons déjà qu’aujourd’hui, 3 % des individus vivant sur cette planète, ont un contact régulier avec la réalité virtuelle, précise Jim Chabin, président de VR Society Hollywood. Pour la génération Z qui a pour le moment entre 16 et 19 ans, la réalité virtuelle fera partie de leur quotidien. La croissance de ce domaine est inéluctable que cela soit pour les loisirs, le marketing ou encore l’industrie. »

 

À Bruxelles, on estime que les industries technologiques emploient 31.578 personnes en 2016. Quelque 60 % sont dans l’informatique, 28 % dans les services et 12 % dans la maintenance. Le secteur numérique représente 7,6 % du PIB de la Région et dans les trois prochaines années, la Région souhaite investir 8 millions d’euros via son plan Digital.brussels.

 

« Ce plan, ce sont 20 mesures concrètes pour transformer la Région en un hub digital international, complète Cécile Jodogne. L’une d’entre elles consiste à faire de Bruxelles, la référence à l’échelle européenne. Il est aussi complété par les initiatives du fédéral comme le Tax shelter. »

 

Si le salon s’adresse principalement aux professionnels, les curieux peuvent tout de même s’y rendre pour tester la réalité virtuelle et la 3D.

 

Du 11 au 13 décembre à Bozar. www.stereopsia.com

A voir aussi

VRrOOm Wechat