Alice, le drone du programme VR de Porsche

Category: 
Alice, le drone du programme VR de Porsche
28 Juin, 2018
© Porsche

 

La réalité virtuelle (VR) ouvre de nouvelles possibilités. Grâce à cette technologie futuriste, les collaborateurs Porsche du service après-vente du monde entier peuvent désormais plus facilement maîtriser des concepts techniques complexes. Le drone « Alice » présent dans la réalité virtuelle permet d’aider les tâches du service après-vente en centres Porsche.

 

Le terme «Power Wall» fait référence à une autre innovation numérique dans le domaine des ventes : les modèles 3D détaillés permettent d’intégrer les préoccupations du personnel d’après-vente dans le processus de développement du produit bien avant que les premières pièces prototypes soient fabriquées.

 

« Oups, on dirait qu’il y a une erreur dans le module numéro trois », dit Alice sans aucune trace d’émotion. Alice est un drone. Un drone très charmant, il faut le dire. Et l’authentique design Martini Racing qui orne son extérieur est un régal pour les yeux. Alice est aussi intelligente qu’utile. Pour ne citer qu’un exemple, elle peut guider les mécaniciens à travers les différentes étapes nécessaires à la réparation de la batterie haute tension de la Panamera 4 E-Hybrid. Avec Alice les supervisant à chaque étape, chaque mouvement individuel peut être pratiqué en toute sécurité. Cela est possible car la formation a lieu dans le monde virtuel. Alice ne peut être expérimenté que si vous portez des lunettes VR.

© Porsche

 

Super pouvoirs, vision aux rayons X et interaction avec Alice

Le service après-vente Porsche de Ludwigsburg tire parti des possibilités offertes par la réalité virtuelle pour se préparer à l’avenir. Les lunettes VR sont de plus en plus utilisées par les techniciens sur tous les marchés comme une toute nouvelle façon de se préparer à la formation plus avancée des instructeurs.

 

Les super pouvoirs, la vision aux rayons X et l’interaction avec Alice ne sont que quelques-unes des choses qui attendent ceux qui mettent les lunettes VR, ramassent le contrôleur et pénètrent dans l’un des espaces virtuels. Et ces caractéristiques permettent d’obtenir des résultats de formation très efficaces bien avant que de nouveaux véhicules arrivent sur le marché. « Nous avons programmé un drone parlant pour agir en tant qu’assistant personnel afin que les gens ne se sentent pas si seuls », explique Christian Binder, chef de projet pour New Qualification Media, présentant Alice.

 

La valeur de cette nouvelle technologie est évidente à partir d’un modèle 3D réaliste d’une Panamera 4 E-Hybrid qui se trouve au milieu d’un hall d’atelier virtuel (et autrement vide). Un clic du contrôleur fait disparaître la carrosserie comme par magie, et les câbles orange et les composants haute tension planent dans leurs emplacements d’installation. La première tâche consiste à prendre autant de temps que nécessaire pour avoir une idée de l’emplacement des différents modules du groupe motopropulseur électrifié. La grande batterie lithium-ion de 14,1 kWh à l’arrière du véhicule peut également être examinée sous tous les angles. Il ne faut pas longtemps pour s’habituer au contrôleur, tandis que les changements de la ligne de vision suivent les mouvements naturels de la tête de l’utilisateur.

 

Marc Wörsching, l’un des collègues de Binder, nous informe des derniers développements: « Tous les formateurs ont déjà testé le programme de VR, et nous avons apporté des changements en réponse à leurs commentaires. L’étape suivante consiste à piloter le programme dans nos centres de formation. » Un bon exemple de contenu couvert dans le programme VR est la procédure de réparation des batteries haute tension. Des sujets tels que ceux-ci sont les premiers candidats à une exposition précoce avant d’assister à un cours de formation dirigé par un instructeur.

 

Christian Binder souligne un autre avantage de la formation VR : « Le contenu que nous avons identifié comme le plus important peut être livré directement à nos techniciens exactement comme nous l’entendons, en évitant l’effet ‘chuchotements chinois’ que nous avons parfois rencontrés précédemment. Nous ne savions jamais si les destinataires voyaient et entendaient la bonne information ». En tant que chef de projet, il est très clair sur le groupe cible de base pour la formation en réalité virtuelle : « Environ 8 000 techniciens travaillent dans les centres Porsche du monde entier.

 

Ce sont les personnes que nous voulons atteindre avec notre nouveau programme de formation en réalité virtuelle. » Les obstacles techniques qui doivent être surmontés avant d’entrer dans le monde de la formation virtuelle sont relativement faibles : des lunettes VR et un ordinateur portable puissant pour que les graphiques haute résolution puissent être affichés en douceur.

© Porsche

 

Réduction des temps d’attente : le logiciel remplace le matériel

Maintenant, il est temps de changer à la fois le sujet et l’emplacement. Les lunettes spéciales – avec des graphiques animés – jouent un rôle clé ailleurs chez Porsche, à savoir le département après-vente, le service technique, l’ingénierie des produits que gère Jonas Wutgen. Avec une main posée sur sa souris d’ordinateur, il se concentre sur l’écran devant lui. Il attend le chargement des données. Un modèle en coupe colorée d’un Cayenne apparaît sur le mur numérique (Power Wall) en face de lui, qui mesure deux mètres sur trois.

 

Il est temps de commencer en enfilant des lunettes spéciales et en prenant le contrôleur. En quelques gestes, le chef de projet fait pivoter le modèle 3D pour que le côté du véhicule soit visible. « Chaque pièce est reproduite ici numériquement – jusqu’à des boulons individuels », explique Wutgen, soulignant le niveau de détail alors qu’il navigue prudemment vers le compartiment moteur. « Nous pouvons simplement sélectionner des composants particuliers et savoir s’ils peuvent être démontés ou si d’autres composants gênent ». Les techniciens peuvent utiliser le Cayenne virtuel pour vérifier s’il y aura de l’espace dans leur atelier réel pour retirer et installer les pièces en toute sécurité et pour manœuvrer les outils nécessaires.

 

Les tests de montage et de démontage avaient une chose en commun: ils impliquaient du matériel. Les employés du service après-vente ne pouvaient pratiquer que les séquences de mouvements dont ils auraient besoin pour les travaux de réparation lorsqu’un prototype devenait disponible. Et il y avait un problème : au fil des ans, le nombre de prototypes a chuté, et même ceux-ci n’étaient pas toujours disponibles au bon moment. « Nous passons actuellement du matériel au logiciel », explique Wutgen, et montre comment cela se passe sur le Power Wall. « Les réparations de composants de véhicules individuels peuvent désormais être réalisées à l’aide de données 3D, sans avoir besoin d’un prototype réel ».

 

Thomas Eckert, Responsable du service technique et de l’ingénierie produit, résume l’avantage clé de ce processus numérisé : « Les méthodes de simulation numérique mises à notre disposition avec le Power Wall nous permettent d’intervenir plus tôt dans le processus de développement du produit et, si nécessaire , nous travaillons ensemble avec nos collègues du développement pour apporter des changements. » Un autre avantage des prototypes numériques par rapport aux prototypes du passé est que tout est à seulement à quelques clics – pour n’importe quelle configuration d’équipement et n’importe quel moteur, que ce soit en conduite à droite ou à gauche.

© Porsche

 

Département des véhicules virtuels

Les simulations d’assemblage et de démontage virtuel sur le Power Wall ne sont qu’un aspect du travail avec les données 3D. Les collaborateurs en après-vente se réunissent régulièrement en «équipes tandem» pour discuter des concepts de réparation et des instructions de réparation en partie sur la base de ces concepts. Il est également prévu d’utiliser le Power Wall pour des études croisées entre groupes et marques croisées à l’avenir.

 

Les données très détaillées pour les modèles 3D sont fournies par le département des véhicules virtuels de Weissach. Depuis la fin de l’année 2017, les employés du département service après-vente pour l’ingénierie produit utilisent la technologie 3D à des fins commerciales – initialement dans un projet pilote, avant de devenir une caractéristique standard du processus de développement des futurs véhicules de série du second semestre 2018.

A voir aussi

VRrOOm Wechat