Toucher les objets virtuels, ça marche comment ?

Category: 
Toucher les objets virtuels, ça marche comment ?
09 Juin, 2018

Pour manipuler facilement toute sorte d’image numérique ou des objets virtuels, des chercheurs allemands ont imaginé nous délivrer des chocs électriques. Même pas mal !

L’appareillage qui a été expérimenté par les scientifiques s’appuie sur le principe de l’électrostimulation des muscles, afin de procurer aux usagers de casques immersifs les sensations du toucher dans les environnements de la réalité augmentée.

 

Comment toucher des objets virtuels qui sont par définition impalpables. Comment les manipuler quand ils apparaissent sur les écrans de nos ordinateurs, tablettes, Smartphones et depuis peu les casques immersifs ou les lunettes connectées ?

La réponse est simple : en passant par des interfaces nommées « haptiques ». Le terme désigne la famille des périphériques informatiques qui simulent les sensations du toucher.

 

Certains de ces dispositifs ont fait le bonheur des utilisateurs de jeu vidéo, comme le volant d’une voiture virtuelle qui transmet l’état de la route fictive et les vibrations du véhicule imaginaire à son utilisateur. Bien d’autres systèmes, basés sur le même principe vous permettent de ressentir des sensations de poids, de pression ou de mouvement provenant d’un environnement de réalité virtuelle et augmentée.

 

En revanche, impossible sans voir ses mains d’utiliser une manette à retour de force pour ressentir physiquement des objets sans consistance sur l’écran d’un casque immersif. C'est la raison pour laquelle une équipe du laboratoire d'interaction Homme-machine de l'institut Hasso Plattner en Allemagne a développé un système d’électrostimulation qui délivre des impulsions électriques légères aux muscles des utilisateurs de casques d’immersion.

 

Impression de dureté

Ces chocs électriques sont synchronisés avec les images qui défilent à l’écran.

La première expérience consistait à manipuler un cube virtuel, un faible courant envoyé au niveau des triceps permettait de ressentir son poids, sur les muscles des épaules, il recréait l’impression de dureté de l'objet. En faisant varier l'intensité et la durée de l'impulsion électrique, les chercheurs ont réussi à stimuler quatre groupes musculaires différents. Leur dispositif reproduisait, par exemple, un contact avec un mur ou une sensation de pression quand on appuie sur un  bouton. « Un nouveau type d’interface homme-machine, qui nous permettra peut-être un jour de serrer la main d’un visiteur virtuel », espèrent les scientifiques.

 

On n’en est pas là ! L’appareillage reste pour l’instant compliqué à mettre en place, pour ne pas dire un peu lourdingue, avec une ribambelle de patchs qu’il faut se coller sur le corps et une multitude de capteurs de mouvements scotchés sur les mains. Aucun cobaye humain n’a été électrocuté, certifient les expérimentateurs. Le dispositif serait sans danger donc. Sauf, évidement en cas de court-circuit ou si vous avez les pieds dans l’eau.

A voir aussi

VRrOOm Wechat