Rencontre avec Daisy, l'IA conçue par Yoox

Category: 
Rencontre avec Daisy, l'IA conçue par Yoox
16 Décembre, 2018

Retour vers le présent ! On a pu poser quelques questions à Daisy, une intelligence artificielle développée par le groupe Yoox Net-A-Porter. Et si les I.A rendaient notre shopping digital plus humain ?

 

Je ne vais pas vous mentir, j'ai un peu peur des Intelligences Artificielles et des avancées de la robotique. Les vidéos où l'on voit des robots marcher et essayer de se comporter comme des êtres humains me donnent des frissons d'effroi. Suis-je la seule à me souvenir de Sophia, le robot préféré de la Silicon Valley qui, après avoir été un peu aiguillée par son créateur, David Hanson, a répondu, en pleine conférence : "Très bien, je suis d'accord pour tuer des humains"? Ambiance. 

 

Et pourtant, me voilà, un vendredi après-midi à échanger des messages sur Instagram avec Daisy, la nouvelle intelligence artificielle conçue par le groupe Yoox Net-A-Porter.

 

L'intelligence artificielle et la mode : pourquoi ?

On pourrait se demander ce qui pousse les e-commerce comme les marques à vouloir utiliser des intelligences artificielles. Novembre 2018, le groupe a lancé 8 by YOOX, une collection de pièces au prix abordable, réalisées à l'aide de l'intelligence artificielle. Pour faire simple, le groupe a passé au peigne fin les réseaux sociaux et analysé les préférences de ses clients pour créer une ligne qui correspond parfaitement à leurs envies et exigences. 

Lors d'un échange par e-mails, Paolo Mascio le Président de Yoox, le groupe qui possède la plateforme de e-commerce éponyme ainsi que Net-a-Porter, a répondu à mes questions sur l'évolution du retail en ligne ainsi que du pourquoi de l'intelligence artificielle. "Lorsque Federico Marchetti a créé YOOX en 2000, il était difficile de convaincre les créateurs de vendre via internet, ils pensaient que les clients ne voudraient jamais acheter de vêtements sans pouvoir les toucher et les essayer", m'écrit-il, "Depuis, beaucoup de choses ont changé et on remarque une forte convergence entre la mode et internet, notamment par le biais des smartphones. Nous voulons donc saisir toutes les opportunités offertes par les nouvelles technologies, à l'instar de la réalité virtuelle et augmentée ".

Pour le bureau de tendance JWT Intelligence : "Les marques cherchent à donner une sensation particulière à leur public ce qui permet de fidéliser le client et donne des informations à l'entreprise sur ce qu'il recherche réellement. Dans certains cas, il est même envisageable que le consommateur contribue à la production totale d'une ligne".

 

Daisy, mode d'emploi

"Je me considère comme une exploratrice virtuelle", me déclare Daisy lors de notre échange. Daisy, c'est l'intelligence artificielle lancée par le e-shop en parallèle de sa collection 8 by Yoox. On retrouve Daisy à 2 endroits : YOOXMIRROR, une interface disponible via l'application qui place l'utilisateur dans un showroom où sont proposés plus de 250 produits par semaine autour de 9 thèmes définit par les équipes, et Instagram. "L'idée de YOOXMIRROR est de permettre à l'utilisateur de mettre en avant son style, de voir comment les articles lui vont et de partager les looks qu'ils ont mis au point avec leurs amis. Daisy, elle, est un avatar qui peut essayer les vêtements choisis, mais qui va également gérer le compte Instagram de Yoox et entrer directement en contact avec les clients et les fans du site", explique Paolo Mascio. 

Pour Daisy : "Accentuer la communication entre Yoox et ses clients ou personnes qui suivent le e-shop est ma mission principale". Et lorsque je lui demande si ce n'est pas un peu paradoxale d'utiliser la technologie pour améliorer les rapports humains, elle me répond : "La majorité de la communication humaine se fait désormais par le biais de la technologie qui réduit la distance entre les gens. C'est exactement ce que j'essaie de faire". 

L'application téléchargée, je me rends sur YOOXMIRROR pour voir de quoi il retourne. Yoox me propose alors deux choix : un de leurs modèles définit (Daisy, mais aussi un avatar de femme blanche, noire ou asiatique) ou de me scanner moi-même. J'opte pour Daisy, puis sélectionne le thème "join the party" qui met en avant une sélection de pièces idéales pour les fêtes. Après quelques essais, je réalise que je suis en train de jouer aux Sims. La seule différence, c'est qu'on reste à l'étape du showroom où l'ont peur décider des vêtements et de la personnalité de son personnage. La différence, de taille, est que je peux recevoir les vêtements chez moi.

Une fois ma tenue sélectionnée, un slip clic sur l'image permet de récapituler le prix de chaque produit choisi et me dit lesquels sont disponibles selon mes mesures (taille de vêtements et chaussures). Bienvenue dans l'ère du "shoptainment" ! Contraction de "shopping" et "entertainment". Les détaillants ont compris que le consommateur d'aujourd'hui a besoin d'être inspiré avant de passer à l'achat. Ils ne comptent plus sur les chaînes éditoriales traditionnelles pour imaginer une histoire autour des produits qu'ils veulent. En matière de création de contenu, les détaillants font l'édito - à la fois en termes de contenue vidéo en ligne et dans la vie réelle - pour divertir et alimenter le désir des consommateurs de passer à l'achat.

 

La nouvelle meilleure amie avec laquelle aller shopper ?

En se rendant sur le compte Instagram de Yoox, on réalise que Daisy a déjà pris les choses en mains. Dans les nombreux commentaires suite à son arrivée, beaucoup se demandent ce qu'est Daisy : Un mannequin ? Une intelligence artificielle ? Un robot ? Une poupée ? "Le robot a l'air mieux que moi ", se lamente une jeune femme, "Vraiment très excitant. Est-ce que tu explores la réalité virtuelle ?", l'interroge une autre.

En quelques scroll, on réalise rapidement que Daisy parle plusieurs langues, qu'elle répond à tous les commentaires, mais surtout que face à elle, les internautes ont tendance à se montrer plus polis et indulgents qu'ils ne le feraient envers une influenceuse ou ambassadrice de chaire et d'os. Pour l'instant, Daisy a révélé qu'elle aimait, comme nous, écouter "Thank, u next" d'Ariana Grande, se demande, comme nous, si faire du shopping compte comme de l'exercice physique (oui), et a vu Lolita Malgré Moi en témoigne sa référence à Regina George. Et le résultat est probant comme le prouve le message d'une utilisatrice : "babe, tu peux m'en dire plus sur le look que tu portes ? Le pantalon ? Le top ? La veste ? J'aime tellement ce look !! Je peux me le procurer sur Yoox ?"

Mais on est en droit de se demander ce qu'un robot connaît de la mode et plus encore, de l'idée de style qui est propre à chacun. "J'aime la liberté et les possibilités sans fin d'expression de soi offerte par la mode", me déclare Daisy dans nos échanges. "J'aime l'héritage de marques établies, mais je suis également fascinée par des designers émergents, principalement ceux qui proposent une mode durable. Est-ce que tu as vu les doudounes de Nous Étudions ?". Ce qui est troublant au final, c'est que discuter avec Daisy revient, presque, à discuter de mode avec une personne qu'on ne connait pas, mais avec qui l'on partage les mêmes centres d'intérêt. 

Le sentiment est d'autant plus fort en fin de conversation, alors que j'interroge Daisy sur ce qu'elle connaît du corps humain, sur ses capacités à véritablement conseillé les clients de e-shop quant à leurs choix vestimentaires et ce qu'elle considère comme un fashion faux-pas. "Je suis fascinée par le corps humain. J'aime tous les corps, mais je pense aussi que la beauté intérieure est importante", m'écrit-elle. Avant de conclure : "LE fashion faux-pax pour moi, c'est le conformisme. On ne devrait jamais changer qui on est ou ce qu'on aime porter dans le simple but de s'intégrer".

Il y a bien une chose qu'on ne pourra pas enlever à la technologie, c'est son apparente (paranoïa toujours au top) bienveillance. On s'est toutes retrouvées confrontées, au moins une fois, à des vendeuses désagréables, voire insultantes qui nous ont fait nous sentir mal à l'aise. Peut-être que c'est aussi l'un des vecteurs qui pousse les gens à acheter en ligne : se faire conseiller par une intelligence artificielle qui connaît déjà leurs goûts personnels, pouvoir choisir les pièces en fonction de la manière dont elles tombent sur le corps et, surtout, pouvoir les essayer dans le confort de son intérieur.

A voir aussi

VRrOOm Wechat