L'hypnose médicale en réalité virtuelle

Category: 
L'hypnose médicale en réalité virtuelle
21 Juillet, 2018

MÉDECINE DU FUTUR  

L'utilisation de la réalité virtuelle sort de plus en plus du divertissement pour investir les champs de la science et de la santé. Hypno VR, start-up strasbourgeoise, a ainsi développé un logiciel d'hypnose médicale. Une solution innovante pour alléger les doses d'anesthésie médicamenteuse.

 

Vous êtes dans une pièce blanche et pourtant un univers coloré vous entoure. Vous êtes immobiles mais vous découvrez des paysages inconnus en vous laissant porter par une musique qui vous transporte. La réalité virtuelle permet de se téléporter.

Mais ici, ce n’est ni un jeu ni un loisir, c’est de l’hypnose médicale ; utilisée avant une opération, source de stress, en post-opératoire, pour soulager la douleur, et même lors des interventions chirurgicales. Hypno VR est une solution logicielle qui associe le pouvoir des "suggestions hypnotiques" avec la technologie des casques de réalité virtuelle pour devenir une alternative à l’anesthésie médicamenteuse.

 

Denis Graff, médecin anesthésiste et hypnothérapeute, co-fondateur d’Hypno VR, décrit l’hypnose médicale comme "un état de conscience modifié, induit par un thérapeute, qui suggère au patient un état de confort, de détente, qui permet de focaliser son attention sur un souvenir agréable." L’hypnose permet ainsi de se rendre mentalement dans un lieu de sécurité, pour se soustraire à un environnement source de sentiments négatifs, par exemple une salle d’opération.

 

Denis Graff estime que "l’hypnose médicale est indiquée pour un grand nombre d’interventions chirurgicales.

Soit de façon isolée et indépendante de l’injection de produits pharmacologiques, donc pour des interventions plutôt légères.

Soit en association avec des produits antalgiques ou sédatifs, mais avec des doses considérablement réduites par rapport à ce qu’on utilise en anesthésie classique.

En effet, le docteur Graff avance que "bien que l’anesthésie soit une pratique sécurisée et effectuée par des professionnels formés et entraînés, elle implique, comme toute technique médicale, un risque résiduel." Certes faible, mais pas nul.

"Cela peut aller du risque allergique jusqu’au risque cardiaque pulmonaire. Et de façon beaucoup plus fréquente, on observe des effets indésirables et secondaires de nausée, de fatigue post-opératoire ou de malaises, qui sont une source d’inconfort pour les patients", explique-t-il.

A voir aussi

VRrOOm Wechat