Les chirurgiens se formeront bientôt en VR

Category: 
Les chirurgiens se formeront bientôt en VR
04 Septembre, 2018
Image d'illustration qui place le chirurgien dans la scène virtuelle qu'il visualise via le casque VR.© Osso VR

 

Les solutions d'apprentissage en réalité virtuelle se multiplient à travers le monde pour répondre au besoin pressant des chirurgiens en la matière. La start-up américaine Osso VR développe l'une d'entre elles, et a déjà huit partenariats avec des écoles de médecine aux Etats-Unis.

 

L'immersion que procure la réalité virtuelle en fait une technologie idéale pour la formation aux métiers manuels. L'un de ces métiers n'est pas forcément le premier auquel on pense : chirurgien. Pourtant, la chirurgie est à la fois longue et complexe à apprendre et hautement sensible à pratiquer car elle touche à la vie humaine. Cela explique pourquoi les solutions de formation VR à destination des chirurgiens fleurissent depuis deux ans. L'une d'entre elle est Osso VR, développée par la start-up américaine du même nom.

 

La jeune pousse a été fondée en 2016 et se focalise pour l'instant sur la chirurgie orthopédique (d'où son nom). Elle entend se diversifier par la suite. Elle compte déjà des partenariats avec de prestigieuses écoles de médecine aux Etats-Unis, dont Vanderbilt University School of Medicine, Long Island Jewish Medical Center, Columbia University, David Geffen School of Medicine at UCLA, Harvard Medical School, Hospital for Special Surgery. Ces dernières l'utilisent lors du clinicat des médecins fraîchement diplômés.

 

UN APPRENTISSAGE PLUS FLEXIBLE, PLUS COMPLET ET PLUS STANDARDISÉ

Osso VR met en avant plusieurs facteurs pour justifier l'intérêt de la réalité virtuelle dans cet apprentissage si particulier. Le premier est le constat que l'expérience est un meilleur mode d'apprentissage que l'observation. La formation VR permet un apprentissage par la pratique avec notamment la répétition des gestes et le strict respect des procédures, étape par étape. En inculquant tôt les bonnes pratiques, on réduit le risque de complications.

 

Ces simulations facilement accessibles réduisent également le facteur arbitraire de savoir si l'hôpital dans lequel le chirurgien opère va traiter tel ou tel cas de figure avec une fréquence suffisante pour bien le former. La VR permet aux apprenants de se familiariser plus amplement avec les opérations avant de se retrouver en situation réelle. Elle permet par ailleurs à chacun d'apprendre à son rythme, puisque les sessions peuvent être effectuées indéfiniment, sans contrainte logistique ni financière. L'idée n'est évidemment pas de remplacer complètement l'entraînement sur de vrais corps ou sur des mannequins, mais de le compléter.

L'évaluation de l'apprentissage est aussi un usage potentiel de la VR. Elle pourrait remplacer ou intervenir en complément des tests écrits et des appréciations des mentors. Osso VR a déclaré à Forbes dans un article datant de juin que les personnes formées en VR ont des résultats deux fois meilleurs que celles qui ne l'ont pas été. Si la généralisation de l'apprentissage en réalité virtuelle pour la chirurgie semble presque acquise aujourd'hui, reste encore à savoir quelle solution l'emportera sur le marché. Osso VR trouve notamment face à elle deux français : SimforHealth et VirtualiSurg.

A voir aussi

VRrOOm Wechat