DJI Tello peut se piloter en mode VR

Category: 
DJI Tello peut se piloter en mode VR
30 Juillet, 2018

Aux côtés de célébrités comme le Mavic Pro ou le Spark, DJI a discrètement commercialisé le Tello. Ce mini-drone à moins de 100€ est passé entre nos mains durant plusieurs jours. Voici notre verdict.

 

Prix et caractéristiques

C’est sans conteste DJI qui détient le haut de gamme dans le marché des drones. Le milieu de gamme aussi il faut bien avouer… Jusqu’à présent il n’y a que l’entrée de gamme qui était vierge de la présence du célèbre constructeur chinois. C’est maintenant une époque révolue avec le Tello, un mini-drone commercialisé depuis début 2018.

 

Vendu officiellement à 109€, ce multirotor peut être acheté à moins de 100€ sur des sites comme Gearbest. Pour une telle somme, on ne doit clairement pas s’attendre à un bijou de technologie comme le Mavic Pro. Le DJI Tello, conçu en partenariat avec Ryze, dispose cependant que quelques arguments à faire valoir, à commencer par une caméra de 5 MP filmant en 720p. Sa batterie 2S de 1 100 mAh lui procure – en théorie – une autonomie de 13 minutes, ce qui est plutôt énorme dans cette gamme de prix.

Géré par un contrôleur de vol DJI à processeur Intel, Tello vole grâce à 4 moteurs brushed coreless. Et afin de faciliter les premiers pas, deux capteurs sous la coque permettent de réaliser des vols stationnaires. Une technologie similaire était utilisée sur le très fun Parrot Mambo. Le tout tient dans la main et ne pèse que 85 grammes (batterie incluse).

Le DJI Ryze Tello est donc plutôt prometteur. Reste à voir si la réalité est aussi accrocheuse.

Voir l’offre Gearbest

 

Prise en main

Compatibilité : Android 4.3+ et iOS 9.0+

Appareil de test : Xiaomi Mi6 sous Android 8.0 Oreo (MIUI 10)

 

Passons au choses sérieuses ! Si DJI a développé la partie physique du Tello, c’est Ryze qui s’est chargé du développement de l’application mobile. Cette dernière est obligatoire pour piloter le multirotor. Il est fourni sans manette et passe par le WiFi pour la liaison distante. La connexion avec le Tello est d’ailleurs très simple : il créé un point d’accès WiFi auquel il suffit de lier le smartphone. L’appairage se réalise en quelques secondes seulement, l’appareil est ensuite prêt à voler !

Conçu pour les débutants, le DJI Ryze Tello décolle et atterrit automatiquement. Tout comme le Parrot Mambo, il peut aussi se lancer depuis la main. Une fois en l’air, il s’avère très stable, gardant le stationnaire même avec un peu de vent pour le chahuter. L’application TELLO reste dans la simplicité, donnant sur l’écran un retour vidéo en temps réel. Les manettes virtuelles sont en mode 2 mais peuvent aussi se régler en mode 1. En revanche, oubliez les modes 3 et 4…

 

Plus intéressant, divers modes de prise de vue permettent de réaliser des vidéos en toute simplicité : 360°, rebond, éloignement… Pas besoin d’être un pro du pilotage, tout est automatisé ! Il n’y a pas de port micro-SD sur le drone, les vidéos sont transmises en WiFi et enregistrées dans la mémoire du smartphone. On peut aussi prendre des photos et même utiliser un mode “VR” avec un casque de réalité virtuelle et une manette compatible. Ce n’est pas une nouveauté, mais l’ensemble est plutôt complet.

 

Une application qui déçoit un peu

Si dans l’ensemble tout est fonctionnel pour faire voler le DJI Ryze Tello rapidement et facilement, on ne peut s’empêcher d’être un peu déçu par l’application. Certains mots ou même des phrases complètes sont manquants. L’interface elle-même n’est pas des plus accueillantes. Les réglages sont plutôt succincts… Bref, si vous cherchez une belle application, bien réalisée, voyez plutôt du côté de Parrot !

Autre défaut, inhérent à l’utilisation du WiFi : la transmission vidéo lag pas mal, avec parfois des coupures de plusieurs secondes. Si ce n’est pas bien grave en vol à vue, ça peut vite mal finir si vous choisissez le mode VR. On constate aussi un décalage parfois assez important entre l’entrée d’une commande et son exécution par le mini-drone.

 

Heureusement, le petit multirotor est plutôt costaud. Ses carènes sont capables d’encaisser de gros chocs. Par sécurité, les moteurs se coupent en cas de heurts trop puissants contre un obstacle. De plus, en vitesse lente, le Tello est vraiment peu véloce. Mais je ne suis pas sûr qu’il survive à des chocs en vitesse rapide où il est vraiment très véloce étant donné sa taille.

 

Qualité vidéo

L’un des gros avantages du Tello est sa caméra 720p embarquée dans le nez. Dotée d’un capteur de 5 MP, cette dernière peut envoyer les images en temps réel au smartphone via WiFi. Comme dit précédemment, le procédé présente quelques gels, empêchant un pilotage efficace avec cette caméra. Ce n’est d’ailleurs pas son but principal.

 

Dotée d’une stabilisation électronique, la caméra du Tello servira avant tout à prendre des prises de vue aériennes grâce aux divers modes de vol proposés par l’application. Je vous recommande vivement le mode grand angle qui va éloigner progressivement le Tello de sa cible en le faisant reculer et monter simultanément. L’effet est bien entendu moins saisissant que sur un Mavic, mais ça reste sympa pour débuter !

Au total, on dénombre quatre modes vidéo en plus du lancement depuis la main et les flips dans 8 sens différents. Tout s’exécute avec un minimum d’appui sur l’écran. Les pilotes débutants apprécieront cette simplicité.

 

Programmation Scratch

Vous aimez mettre les mains dans le cambouis ? DJI a pensé à vous en rendant son Tello compatible avec le langage de programmation Scratch. En téléchargeant le SDK et les fichiers adéquats, vous pourrez programmer des instructions basiques pour votre multirotor. Je n’ai pas eu le temps de tester cette fonction en profondeur, mais elle permet cependant de démarquer le Tello de ses concurrents, sans pour autant en faire un argument majeur pour l’achat.

 

Autonomie

La batterie LiPo 2S de 1 100 mAh du DJI Ryze Tello est donnée pour une autonomie de 13 minutes. Comme pour beaucoup de concurrents, ce temps est surestimé, à moins de rester en vol stationnaire sans les carènes et en intérieur. Avec les carènes équipées et en effectuant des manœuvres incessantes dont diverses prises de vue, comptez une autonomie diminuée par deux (en vitesse lente). Les pilotes aimant la vitesse auront probablement du mal à faire tenir le mini-drone en l’air plus de cinq minutes en mode rapide.

Pour profiter au maximum de votre expérience, je vous recommande vivement de rester en vitesse lente, de retirer les carènes et de voler par temps sans vent. Faites des manœuvres douces et vous devriez pouvoir jouer ainsi pas loin de 10 minutes, ce qui n’est déjà pas si mal pour un multirotor de ce gabarit !

 

Du côté de la charge, comptez environ 1h pour remettre la batterie à flot après l’avoir complètement vidée. Notez qu’en vol, une fois le niveau de courant trop faible, le drone se posera seul afin de ne pas endommager les cellules en les vidant trop. Le Ryze Tello s’en sort donc dans le haut du panier niveau autonomie.

 

Conclusion

Un mini-drone taillé pour les vues aériennes à petit budget

Sans grande surprise, le DJI Ryze Tello est un très bon drone. Il écrase tous ses concurrents chinois moins onéreux, mais moins bien équipés. Très stable, facile à prendre en main, faisant de belles photos et vidéos, il a presque tout pour lui. Malgré tout, il écope de quelques petits défauts, à commencer par une application parfois mal traduite et laissant peu de place à des réglages plus poussés. La transmission WiFi est souvent de mauvaise qualité, les commandes présentant une petite latence. De plus, les manettes compatibles sont peu nombreuses. Je vous le recommande si vous cherchez un mini-drone pour débuter dans les photos aériennes ou plus simplement le pilotage. Son côté ludique me semble cependant -un peu - moins présent que sur le Parrot Mambo, son seul concurrent valable actuellement.

 

PROS

- Bon rapport qualité/prix

- Simplicité de prise en main

- Excellente stabilité en vol

- Caméra HD de bonne qualité

- Bonne autonomie

 

CONS

- Latence du WiFi dans les commandes et le retour vidéo

- Pas de port micro-SD sur le drone

- Application un peu décevante

- Manque de réglages (mode 3 et 4 absents)

- Peu de manettes compatibles

A voir aussi

VRrOOm Wechat