Vers une labellisation des meilleures applis jeunesse

Category: 
Vers une labellisation des meilleures applis jeunesse
27 Novembre, 2017

Trop d'écrans pour nos enfants ? Quels choix faire pour eux alors qu'ils ne peuvent pas y échapper. L'équipe du Salon du livre et de la presse jeunesse de Seine-Saint-Denis espère la création d'un label pour mettre en valeur les meilleures créations.

 

La conférence From Paper to Screen 2017 présentera lors du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, une série de success stories internationales, des projets éditoriaux en réalité augmentée,  en réalité virtuelle et des applications à destination du jeune public.

 

Les professionnels, éditeurs, auteurs, artistes, continuent d'explorer les meilleures formes de création numérique pour stimuler le langage et l'imagination des enfants. Pour l'instant les usages changent peu. Dans le domaine de la littérature jeunesse, le papier occupe toujours le devant de la scène. 

 

Stimuler la création

Dans la vie des enfants, lorsque les écrans se présentent sous leurs yeux, ils montrent rarement le meilleur de la création. Les parents et les enfants ont beaucoup d’écrans à disposition, mais in fine, ce sont Amazon, Google et Apple qui concentrent les canaux de diffusions. Ces stores proposent des choses  très basiques. Le secteur de la création pour les enfants est balbutiant et donc peu connu, même pour des choses très créatives. Elles ne sont jamais mises en avant par les diffuseurs. 

 

Raison pour laquelle l'équipe du Salon du livre et de la presse jeunesse, Slpj, s'est associée à d'autres partenaires européens, autour du projet Transbook

 

Sylvie Vassalo, directrice du Slpj, espère fédérer les acteurs de la création numérique dans le domaine de la littérature jeunesse.  "On s’est associé à des festivals des artistes et des éditeurs norvégiens ou britanniques qui réfléchissent à la manière dont le savoir faire de littérature jeunesse peut s’adapter aux écrans. On peut avoir des projets  poétiques justement parce qu'ils sont développés sur écran. On a un organismes qui fait une veille collective sur cette littérature, d'une part, et d'autre part, il faut inventer les bons modèles de production et de diffusion, pour  créer une économie viable pour ce secteur". 

 

Ces nouvelles formes d'écriture pour les enfants, pour l'instant, personne ne les maîtrisent complètement. Soit parce qu'elles ne trouvent pas de modèles économiques, soit parce que les éditeurs ne peuvent les endosser. Elles sont au croisement de savoir-faire dans le domaine de la littérature traditionnelle, du jeu vidéo et du cinéma d’animation. Elles nécessiteraient donc des systèmes de production hybrides. C'est tout un circuit qui est à construire. 

 

L'écran, un lieu commun pour toute la famille

Les professionnels réunis autour du projet Transbook espèrent pouvoir créer un label  européen qui  permettrait d’avoir des espaces de promotion de ces œuvres dans les festivals. Ce serait un moyen pour le public d'être conseillé vers les créations les plus poétiques, ou les plus inventives. Cela permettrait peut-être aussi de faire le poids dans les discussions avec les diffuseurs.

 

Cette démarche est sous-tendue par le souci de faire des écrans un lieu de création et de d'échange en famille. 

 

Sylvie Vassalo : Je pense qu'il faut toujours être avec son enfant quand il est sur un écran.  Quand ils ont des applis dans les mains, il faut que ce soit un objet de dialogue, l’écran doit un être un lieu commun pour la famille

 

4 applis à partager

Voici donc quelques conseils d'applis à acheter ou télécharger. 

 

The oldman’s journey

The oldman’s journey, est une très intéressante façon de jouer, car ce qui compte c'est l'exploration et l'observation des paysages traversés par un vieil homme. Il a reçu une lettre et se met en route. Il faut le suivre pour connaître l'objet de ce voyage.  Il  parcourt les campagnes, les villes, les montagnes, et même les océans. Le lecteur plante des flèches pour guider ses pas. C'est lent et cela incite à prendre son temps. Il faut modeler le décor pour que le chemin se poursuive.

 

Agent A : Casse tête d'espion

Agent A : Casse tête d'espion, conçu par Yak & Co, c'est une  sorte de James Bond au féminin, pour les jeunes ados,  très bien ficelé, très crédible, avec un graphisme année 60. Il s'agit d’empêcher une certaine Ruby la Rouge d'éliminer tous les espions de votre équipe. C'est à la fois un jeu et une histoire, des missions et des casse-têtes à résoudre. Ce qui fait la qualité de cette expérience c'est la qualité du dessin et du scénario. Dans chaque pièce de la maison de Ruby la Rouge, il faut résoudre des énigmes.

 

La véritable histoire de Casse-Noisette

La véritable histoire de Casse-Noisette a le mérite d'être à la fois documentaire et ludique. Sonic Solveig qui s'est déjà illustré par une création autour de Peer Gynt, reprend ici un conte d'Alexandre Dumas, et la musique de Tchaïkovski. Sublime graphisme, animé du bout du doigt par une luciole, et de surcroît des jeux musicaux. Ce Casse -Noisette est l'une des créations les plus précieuses du moment. 

 

Under leaves

Under leaves est un jeu étonnant qui consiste à repérer dans des paysages touffus de minuscules motifs. les petits s'en sortent beaucoup mieux que les grands ! Avec leurs yeux de lynxs  ils distinguent les lézards tapis dans les feuillages. Il s'agit de choisir sur une carte du monde une destination pour se retrouver immerger dans sa végétation. Là encore, observation et lenteur son au programme. 

A voir aussi

VRrOOm Wechat