Une expérience immersive pour les parfums Prada

Category: 
Une expérience immersive pour les parfums Prada
07 Février, 2017
Prada crée un film immersif en 3D pour faire vivre ses parfums
Comment montrer qu'on est une marque de luxe innovante quand on lance un parfum ?  Prada et son agence Mazarine ont trouvé une réponse originale en développant un film immersif en 3D pour faire découvrir les valeurs de la nouvelle fragance. Mais pas question de revenir sur ce qui fait le coeur de la marque, et notamment l'excellence de l'exécution.
"Avec cette opération, nous sommes passés du stroytelling au storyliving", résume Olivier Cadinot, directeur conseil de l’agence de publicité Mazarine.
Au-delà du franglais, il exprime comment Prada a choisi de faire vivre une histoire à certains de ses clients potentiels, plutôt que de la leur raconter, en ayant pour cela recours à la réalité virtuelle.
 
Imaginez que vous vous approchez d’un stand Prada dans un magasin d’aéroport ou une enseigne multi-marques et que le vendeur avant même de vous le faire sentir, vous propose de revêtir un casque de réalité virtuelle pour vous immerger dans l’univers de la marque.
 
Du calme, de la volupté et du luxe évidemment
Vous vous retrouvez alors propulsé dans un monde où tout n’est que luxe forcément, calme et volupté.
Dans un décor néo-classique avec colonnes et sol en damier, vous voyagerez dans un dédale où il faut trouver les passages secrets et découvrir des personnages forcément habillées en Prada qui arpentent d’élégantes galeries. 
En quelques minutes vous aurez été immergé dans l’univers d’un parfum sans l’avoir jamais senti.
C’est à l’issue de cette découverte que le vendeur vous proposera de le faire.
 
Pour obtenir ce résultat, il a fallu beaucoup travailler, assurent chacun de leur côté Olivier Cadinot et Julien Abbou, directeur des opérations de DVMobile.
Car pour réaliser et produire le film, il a fallu combiner trois technologies : la 3D stéréoscopique qui offre une qualité d’image remarquable pour un casque, le son spatialisé et un système d’interaction entre l’homme et le film qui utilise les déplacements de l’œil. Chez DVMobile, on assure que six mois ont été nécessaire pour produire le film et autant en avant-vente et on assure qu’une trentaine de personnes ont travaillé dessus (toujours chez DVMobile).
Pour gagner du temps et optimiser le travail des uns et des autres, l’entreprise a intégré des développeurs qui pouvaient travailler en direct avec les équipes de réalisation.
Pour le son, Olivier Cadinot qu’ "il a fallu trouver à Londres des experts du son interactif qui travaillaient jusque-là plutôt pour le monde du jeu vidéo".
 
Des validations tous azimuts
Car cette opération a lieu dans l’univers du luxe, où on n’est pas vraiment laxiste avec les questions d’image.
Tous les visuels sont habituellement validés pour une campagne classique.
Pour un film 3D, il fallait faire approuver les maquettes, avant de lancer la production, le moindre remord pouvant coûter très cher (comme on est aussi très discret sur l’argent dans le monde du luxe, on ne saura pas combien a coûté cette opération).
 
L’interactivité est telle que 466 parcours différents sont possibles en fonction des choix faits par l’utilisateur, ce qui donne une idée du nombre de "visuels" qu’il a fallu produire au préalable : "il fallait faire valider tous les tableaux et tous les éléments de transition" se souvient Julien Abbou.
L’utilisation en magasin impliquait certaines contraintes de durée et de simplicité dans les interactions entre les clients potentiels et le film.
Et pour être sûr d’avoir un produit à la hauteur des ambitions du luxe, la réalisation a été confiée à un des réalisateurs les plus talentueux dans ces nouveaux formats : Mathias Chelebourg.
 
Un outil pour les vendeurs
Le résultat a satisfait les potentiels clients de Prada. "Tous ceux qui ont fait l’expérience ont été satisfaits" assure Olivier Cadinot de Mazarine.
Pour les forces de vente, le film était une occasion de créer une relation particulière avec le client, en l’aidant à s’accaparer la technologie mais aussi en lui exposant les différents éléments que l’on trouve dans le film.
L’expérimentation a d’abord été lancé dans un point de vente de l’aéroport de Heathrow à Londres puis chez Macy et devrait se développer.
Aujourd’hui, la vidéo est disponible sur les principales plateformes et peut être regardé depuis son domicile. Mais pour Olivier Cadinot "c’est avant tout un outil de point de vente pour enrichir la relation".
Et pour Prada l’occasion de montrer qu’elle est une marque de luxe à la pointe de l’innovation, qui propose des expériences pour la première fois. 

A voir aussi

VRrOOm Wechat