Survoler Paris en jetpack grâce à la VR

Category: 
Survoler Paris en jetpack grâce à la VR
30 Août, 2018

Grâce à la réalité virtuelle, il est désormais possible de se prendre pour un oiseau. Chez FlyView, notre journaliste a enfilé son réacteur dorsal et voyagé dans les airs.

 

Le soleil brille et je me sens pousser des ailes. Un coup d’œil aux deux sublimes statues dorées surplombant la majestueuse façade du palais Garnier, La Poésie et L’Harmonie, de Charles Gumery, et je franchis le seuil de FlyView, à deux pas. 

 

Le seuil, ou plutôt le terminal d’embarcation, tant je me sens immédiatement téléportée dans un hall d’aéroport. Ça me plaît ! Cela veut dire que « c’est pour de vrai ». Dans quelques minutes, je vais voler au-dessus de Paris… Mon billet en main, une hôtesse m’invite à descendre l’escalator qui mène à la salle d’embarquement. Mais avant, place aux consignes de sécurité pour mes partenaires de vol et moi – cinquante personnes peuvent « décoller » en même temps. Pas de gilet de sauvetage prévu, pas de masque à oxygène, mais tout de même des ceintures de sécurité.

 

Enfin, le grand moment. Chaque passager monte à bord de son jetpack, sorte de machine volante avec réacteur dorsal. Au-dessus de ma tête, un silo que je dois emprunter pour traverser le toit et rejoindre les nuages. J’enfile mon casque de réalité virtuelle (le HTC Vive), je retiens mon souffle, 5,4,3,2,1… c’est parti ! Un bruit assourdissant et des vibrations sous mes pieds me donnent vraiment la sensation de décoller. Ça monte, et j’aperçois la tour Eiffel, une multitude de toits de zinc : Paris vu d’en haut, j’en ai déjà fait l’expérience, mais là, je crois me déplacer, je frôle les monuments emblématiques de la ville. Dans mon viseur, non pas des images en 3D modélisées, mais des vues réelles de la capitale. Voici la grande roue de la Concorde, et l’obélisque : jamais je n’ai vu les hiéroglyphes d’aussi près.

FLYVIEW PARIS (X 3)

 

J’approche bientôt des Champs-Elysées, ma machine volante accélère : je rase la plus belle avenue du monde à toute allure, ça décoiffe ! Je tourne la tête : de chaque côté de mon champ de vision, je peux discerner les réacteurs latéraux de mon jetpack. Drôle d’impression. Bientôt l’Arc de triomphe et ses bas-reliefs, détaillés à 180°, le pont Alexandre-III, tellement majestueux au petit matin.

 

Puis, je vogue sur la Seine jusqu’au pont des Arts, où, bien sûr, deux amoureux s’embrassent. Dans mes oreilles, Edith Piaf chante à tue-tête Sous le ciel de Paris… 

Vous avez dit cliché ? Je plane dans un Paris rêvé, ce Paris « magnifique », fantasmé par les touristes du monde entier. Evidemment, c’est beau, et je m’émerveille. Je passe entre les piliers de la tour Eiffel, sur la musique de Test Drive, la bande-son du film Dragons. Le signal d’alarme retentit. Décélération subite. Je redescends les trois étages en une poignée de secondes : ce n’est plus Paris, c’est Hollywood ! Comme dans tous les shows à l’américaine, il faut un clou du spectacle : ce sera le survol de Notre-Dame.

FLYVIEW PARIS (X 3)

 

Magique. Avec des vues complètement inédites : rappelons que c’est un drone, flanqué de sept caméras, et piloté par une équipe de soixante-dix personnes, qui a filmé toute la séquence.

 J’explore chaque arc-boutant, chaque gargouille, et la musique grandiloquente de Händel (Messiah) me fait sentir l’exceptionnel de la situation. Mais voilà que mon jetpack s’élève et que je me retrouve avec une vue aérienne de la capitale. C’est peut-être le moment que je préfère, parce que je prends la mesure de la beauté de la ville… et que je me rêve en cosmonaute. Pas pour très longtemps. C’est déjà la fin du voyage : le jetpack regagne les toits de Paris, se faufile lentement dans son silo : retour à la salle d’embarquement. Game over !

 

Treize minutes de survol virtuel fantastique mais pas aussi ébouriffant qu’espéré. Sans doute parce que le créateur de FlyView, Arnaud Houette, ingénieur passionné d’histoire et de nouvelles technologies, a un peu trop « markété » son attraction – on est proche de l’univers du Futuroscope ou de Disneyland. Et choisi le compromis : FlyView, c’est un peu d’adrénaline pour plaire aux ados, mais pas trop afin de ne pas bousculer leurs aînés.

 

Ce sont quelques belles images inédites, qui séduiront les Franciliens, mais surtout un Paris idéalisé à l’intention des touristes. 

On rêve d’embarquer pour un itinéraire bis, au-delà de la rive gauche parisienne. En attendant, le voyage a de l’allure, les sensations sont crédibles, et l’expérience mérite vraiment d’être tentée ! Comme tous mes compagnons de vol, avant de quitter les lieux, je m’arrête à la cabine photo et me fais immortaliser dans mon jetpack au-dessus de la capitale. C’est mon Instagram qui va adorer…

 

Infos pratiques

TARIFS Tarif unique : 15 €. Pack famille (deux adultes, deux enfants) : 50 €. 
À SAVOIR Taille minimum : 1,20 mètre. Accès interdit aux enfants de moins de 12 ans. 
CONTACT Ouvert tous les jours. 30, rue du 4-Septembre, Paris 2e. Métro Opéra. 01 83 62 12 36.
flyview360.com

A voir aussi

VRrOOm Wechat