Match en AR au Kinepolis de Lomme

Category: 
Match en AR au Kinepolis de Lomme
17 Juillet, 2017

Au Kinepolis, le public de «Cars 3» a joué en réalité augmentée

Ce n’est pas la première fois qu’au Kinepolis les spectateurs jouent avec ce que l’on appelle la réalité augmentée. Mais c’était la première fois, ce dimanche matin, qu’un match opposait la Belgique, les Pays-Bas et la France dans le cadre des animations de l’avant-première du film « Cars 3 » de Disney et Pixar.

 

Près de 2 040 personnes pour un dimanche matin de juillet : Anne-sophie Le Guiader, directrice pour la France du géant Kinepolis, savoure la jauge. «  En décembre, nous avions organisé une course de pirogues pour le film Vaiana. Et déjà plus d’un millier de spectateurs répartis entre deux salles s’étaient affrontés en réalité augmentée pour faire avancer leur pirogue le plus rapidement possible.  »

 

L’expérience inédite a été renouvelée ce dimanche. Cette fois, trois salles étaient en lice. À Bruxelles, Breda et Lomme. Une petite performance technique de plus, puisqu’il a fallu à chaque fois coordonner les manches de ce match en quatre épreuves.

 

En préambule du top départ, le speaker chauffe la salle en faisant répéter le public. À vrai dire, les quelque 650 enfants et adultes qui ont pris place pour cette séance sont déjà bien vifs. Sur le vaste écran, des cercles blancs témoignent de l’activité des caméras placées dans la salle qui repèrent les mouvements des spectateurs. Pour jouer, rien de plus simple : il suffit d’agiter les bras en cadence et de plus en plus vite pour accumuler des points. Le bolide Flash McQueen, l’un des héros du film de Disney apparaît sur l’écran de cinéma. Il devient ainsi un élément sur lequel le public va intervenir. Et tout cela sans équipement technologique particulier pour le spectateur.

Le cinéma interactif est un moyen de séduire les familles à l’heure où la concurrence des écrans, la dispersion de l’attention et le coût des tickets auraient tendance à les en écarter, explique Angélique Okuzumi chef de projets chez Publicis.

 

Dans la salle obscure, enfants et parents s’en donnent à cœur joie. Les mouvements sont perçus par des caméras, à la technicité augmentée elle aussi, puisque dotées de capteurs et qui sont placées en haut de la salle de cinéma. Les images qui sont captées par la caméra sont transmises ensuite à la régie qui va traiter les signaux qui en ressortent. En gros la gestuelle (et le son) est interprétée par un logiciel conçu par une start-up belge : la société Skemmi conceptrice de la première expérience réalisée en décembre.

 

C’est à peu près ainsi que le réel intervient dans le virtuel. La vraie vie dans la fiction : voilà tout l’enjeu de cette animation qui propose au public une expérience collective amusante. Lors de la première épreuve contre Bruxelles et Breda, Lomme affichait 4 355 points, la Belgique 4 362 et la Hollande 4 140.

«  Encore trois manches pour reprendre la main  » a lancé le speaker.

A voir aussi

VRrOOm Wechat