Le Tout Garni: projet jeunesse numérique interactif qui inclut la VR

Category: 
Le Tout Garni: projet jeunesse numérique interactif qui inclut la VR
29 Janvier, 2017
Les Éditions La Pastèque viennent de lancer un projet jeunesse numérique interactif.
Intitulé Tout garni, le projet dont il est possible de suivre l'évolution via le toutgarni.telequebec.tv, s'étalera sur les 12 mois de l'année en cours.
Chaque mois, un illustrateur proposera un épisode des aventures d'Arthur le livreur de pizza, une histoire écrite par André Marois. Chaque fois, le projet prendra une forme distincte: bande dessinée défilante, animation, interactions, réalité virtuelle, mini jeu, etc.
Des 12 illustrateurs choisis pour donner vie au personnage, l'un d'entre eux utilisera le 360°.
Rémy Simard, originaire de Desbiens, a profité de l'invitation des éditions La Pastèque pour explorer l'univers numérique.
Arthur le vendeur de pizza tel qu'imaginé par Rémy Simard sur la photo suivante:
Rémy Simard
Les lecteurs du Quotidien sont bien familiers avec les dessins de Rémy Simard.
Son petit Boris a occupé bien des cases de bandes dessinées de nos pages au cours des dernières années.
Avec Tout garni, c'est tout autrement qu'il sera possible de découvrir l'illustrateur originaire de Roberval. 
Rémy Simard a opté pour une réalisation en 360 degrés dans le cadre du projet initié par les éditions La Pastèque.
Les ours sera disponible en mars. 
«Je suis peu familier avec le monde numérique, mais c'est un univers qui m'intéresse, qui me fascine. Travailler avec l'ordinateur et l'aspect interactif me titille. C'est la première fois que je fais quelque chose du genre. Ça me permet d'essayer de nouvelles choses.» 
Rémy Simard a construit son épisode en fonction du fait que le visiteur puisse découvrir tous les angles du dessin. 
«Le lecteur, ou plutôt l'internaute avec sa tablette ou son téléphone intelligent pourra se promener à travers mon univers. En pivotant sur lui-même, le jeune va découvrir tout un univers. Tout se passe en rond. Il y aura de petites animations. Les personnages pourront bouger», décrit-il.
Pour l'illustrateur, la création s'est déroulée rondement. 
«Le plus gros défi, c'était le temps, pas la réalisation graphique. Par contre, il fallait aussi penser au plafond puisque le 360 degrés est aussi valide en hauteur. Il fallait aussi prendre compte du fait qu'on ne peut pas contrôler le nombre de temps que les gens vont prendre pour découvrir l'univers.» 

A voir aussi

VRrOOm Wechat