Le tombeau du Christ bientôt en VR

Category: 
Le tombeau du Christ bientôt en VR
07 Décembre, 2016
L’espace saint, contenu dans l’édicule de la Résurrection, se révèle à la recherche scientifique du fait de sa restauration : il sera bientôt accessible à tous grâce à la réalité virtuelle.

Fin octobre, des travaux de restauration ont été engagés dans l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem : l’édicule de la Résurrection abritant le tombeau du Christ manquait en effet de s’effondrer. Une formidable opportunité pour les chercheurs d’accéder, après 200 ans d’attente, à ce que des millions de pèlerin considèrent comme le tombeau de Jésus de Nazareth : un lit funéraire taillé dans le roc, où avait été déposé son corps après sa crucifixion et avant sa résurrection, au cœur d’une ancienne carrière de pierre désaffectée, trois jours avant qu’il ne disparaisse.

En 335, l’empereur Constantin fit restaurer le tombeau et construire la première église du Saint-Sépulcre. La roche originelle fut recouverte de marbre : ce fut le premier édicule. Un édicule endommagé par les Perses et qui fût remplacé par un édicule de facture romane vers 1014, puis d’influence gothique en 1555 : ce dernier ne résista pas à l’incendie de 1808 et fut remplacé par l’actuel édicule. Depuis personnes n’y avait accédé.

« Il n’y aura jamais de preuve scientifique de la résurrection de Jésus, car cela appartient au registre de la foi, précise l’historien des religions Jean-François Colosimo au Parisien. Mais peut-être que des analyses radiographiques et de datation permettront de savoir à quelle période précise cette pierre a été taillée et s’il s’agit vraisemblablement du lieu identifié comme étant celui où le corps du Christ a été posé après sa mort. »

Aujourd’hui, et pendant toute la durée des travaux, les chercheurs vont pouvoir étudier la roche et collecter des informations précieuses sur son histoire.Ce lit funéraire est protégé par une plaque de marbre depuis le XVIe siècle pour éviter son usure et dissuader les voleurs de relique. Mais, en la soulevant, les chercheurs, selon le Daily Mirror, ont trouvé une deuxième dalle de marbre, gravée d’une croix et qui pourrait dater des croisades du XIIe siècle. La présence de cette dalle est une preuve, selon eux, qu’il s’agit bien de la même tombe que celle que les croisés ont vénérée. Une découverte étonnante et dont pourront bientôt profiter croyants ou tout simplement curieux puisque les scientifiques ont l’intention d’utiliser les données collectées pour créer ensuite une reconstruction virtuelle de la tombe, accessible à tous.

A voir aussi

VRrOOm Wechat