Le rocher de Carlat comme au XVe avec l'AR

Category: 
Le rocher de Carlat comme au XVe avec l'AR
30 Avril, 2018
Les pieds dans le XXIe siècle et la tête dans le XVe siècle?! C’est permis avec la visite du rocher de Carlat par immersion virtuelle. © christian stavel

 

Emprunter les couloirs du temps… y compris quand les couloirs en question n’y sont plus ! Bien campés sur leurs pieds, à près de 900 mètres d’altitude, sur le plateau du rocher de Carlat, les visiteurs en prennent plein la vue. Le site haut perché y invite déjà franchement, tant l’environnement est fascinant. Fermez les yeux, ou plutôt non : ouvrez les grand mais après avoir enfilé le masque de réalité augmentée. Là, c’est une autre dimension qui va se profiler !

 

Vous n’en croirez peut-être pas vos yeux… Et pourtant, la forteresse se dresse là ! Un château immense qui, au temps de sa splendeur, était réputé comme étant « la plus formidable citadelle de tout le midi de la France ».

 

Vous ne la voyez pas ? Et pour cause ! La forteresse qui, après avoir atteint son apogée au XVe siècle, alors propriété de Jacques d’Armagnac et de son épouse Louise d’Anjou, et qui accueillit la reine Margot, au XVIe, fut tout simplement démolie, en 1603. Abattue, rasée, sur ordre d’Henri IV.

 

Entièrement détruit, le château ? Pratiquement. Il n’en reste que de rares et épars vestiges, sur le plateau minéral de deux hectares qui domine le village de Carlat. Ici, une fosse, qui accueillait la citerne de la citadelle ; là un mur bas, presque entièrement écroulé, mais qui est bel et bien un reste et un témoignage de l’édifice qui rayonnait là. Il y a plus six siècles.

 

Plus de 400 ans après la démolition de la forteresse, et avec l’accord de Son Altesse Sérénissime le prince Albert II de Monaco, propriétaire du rocher, la Communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac (Caba) a entrepris de redonner vie au site (*). Mieux : de lui donner une nouvelle dimension, en offrant aux visiteurs une expérience à 360°, et la découverte de la forteresse reconstituée en 3D.

 

Les QR codes à la rescousse

Équipés d’un masque de réalité augmentée, sur les yeux, les visiteurs s’offrent plus qu’un tour d’horizon de ce majestueux site. Grâce à la technologie du QR code, il leur suffit de « flasher » la balise, située à leurs pieds, et la forteresse médiévale apparaît, telle qu’elle se dressait jadis.

Pas tout à fait de la science-fiction, presqu’un jeu de rôle ou une partie de jeu vidéo, la visite prend un tout autre sens ! Et elle est fascinante.

 

De minutieuses recherches historiques

Spectaculaire, mais grand public, cette visite originale n’a pas fait l’économie de l’authenticité. Basée sur de minutieuses recherches historiques, elle a pour ambition de plonger le visiteur dans la reconstitution la plus réaliste de l’édifice et de son histoire.

Forteresse de Carlat : image reconstituée

 

Une expérience inédite, puisqu’elle s’articule autour d’un grand écart : un saut dans le passé, à travers l’histoire du rocher de Carlat mais déjà un bond dans le futur rendu possible grâce aux nouvelles technologies.

 

En plus des masques de réalité augmentée, proposés aux visiteurs, des panneaux d’information et écrans vidéos retracent la chronologie des lieux et les événements clés qui s’y sont produits. Au plus fort de son importance, 300 personnes vivaient dans la forteresse : seigneurs, personnes de compagnie, chevaliers… C’est toute une petite société qui s’y animait. Grâce aux visites « 2.0 » le rocher pourrait bien fourmiller de la même fréquentation… plus de 600 ans après ! 

 

(*) La visite en réalité augmentée a été lancée en août 2017, à Carlat. En cinq semaines seulement d’exercice 1.500 visiteurs avaient déjà glissé leurs pas dans ceux de Jacques d’Armagnac et Louise d’Anjou.

 

Pratique.  Le rocher de Carlat déploie son pont-levis (virtuel) et est à nouveau accessible au public à partir de ce samedi 28 avril.

 

Calendrier. Du 28 avril au 28 mai : samedi, dimanche, lundi, jours fériés et tous les jours, du 5 au 14 mai, en visite libre de 14 heures à 18 heures. Du 2 juin au 6 juillet et du 27 août au 30 septembre : samedi, dimanche et lundi, en visite libre de 14 heures à 18 heures ou en visite accompagnée à 14 heures et à 16 heures. Du 7 juillet au 26 août : tous les jours en visite libre de 10 heures à 19 heures ou en visite accompagnée à 10 heures, 14 heures, 15 heures, 16 heures et 17 heures.

 

Tarifs.  Individuels : adulte et enfant de plus de 12 ans : 7 € (visite accompagnée avec prêt d’un masque de réalité augmentée) ; 5 € (visite libre). Enfant de 6 à 12 ans : 4 € en visite accompagnée ; 3 € en visite libre. Gratuit pour les moins de 6 ans.
Groupes (visite accompagnée, 15 participants minimum) : adultes et enfants de plus de 12 ans : 5 €/personne. Scolaires et centres de loisirs : 3 €/enfant.

 

Renseignements. Scolaires et groupes : réservation à l’office de tourisme du Pays d’Aurillac : 04.71.48.46.58. Renseignements sur Internet : www.rocherdecarlat.fr ou par téléphone au 04.71.43.65.08.

 

La réalité augmentée au service de reconstitutions réalistes

Si elle est grand public et invite toutes les générations à la découverte du site et de son histoire, la visite du rocher de Carlat, grâce à la réalité augmentée, n’en est pas moins rigoureuse.

 

Un groupe de travail composé de représentants de la Caba, de la commune de Carlat, de l’office de tourisme du Pays d’Aurillac, de la Société de Haute-Auvergne, des services des archives du Cantal, monégasques et enfin d’historiens a travaillé sur ce projet, dès 2016. Le développement de l’outil informatique a été confié à deux cabinets spécialisés en réalité augmentée et en histoire : REOVIZ et Vox Historiae. Grâce à la soixantaine de QR codes, disposés le long du parcours, c’est une immersion dans et autour de la forteresse reconstituée qui est possible.

 

Saynètes intégrées, applications développées

La reconstitution virtuelle a d’ailleurs été affinée cette année : les masques de réalité augmentée, ces lunettes qui permettent de voyager dans le temps, permettront, maintenant, de suivre des saynètes, introduites dans le cheminement des visiteurs.

 

Déjà présents l’an dernier, les écrans pivotants à 360° sont des sortes, eux, des fenêtres sur le XVe siècle. Ils permettent de resituer, dans le contexte, les édifices qui étaient érigés alors : tours, moulins, murs d’enceinte, etc.

 

Le développement d’une application pour smartphone et tablettes individuels est actuellement en cours. À terme, les visiteurs pourront télécharger sur leur propre équipement une application dédiée et scanner les QR codes disposés le long du parcours de visite.

 

Des visites pour tous les âges.

visite en réalité virtuelle et argumentée de la forteresse du rocher de Carlat

 

Le Moyen Âge, l’époque des chevaliers et des seigneurs passionne les grands et intrigue les plus jeunes. Ou l’inverse… La Caba et l’office de tourisme du Pays d’Aurillac ont construit une visite guidée sur-mesure, incluant des outils pédagogiques et ludiques pour les scolaires et les centres de loisirs. En fonction de leur âge (un livret pour les élèves de primaire, un autre pour les collégiens), les scolaires pourront suivre la visite, masque sur les yeux (ou pas) et livret pédagogique en main, à mi-chemin entre la carte aux trésors et le cahier de vacances.

 

Au programme : des repères historiques, de la Préhistoire à l’époque contemporaine, et des questions et énigmes, auxquelles ils doivent répondre au fil de leur visite.

A voir aussi

VRrOOm Wechat