La VR n’échappera pas à la chaîne culturelle Arte

Category: 
La VR n’échappera pas à la chaîne culturelle Arte
25 Août, 2017

Chatbot, replay « anticipé », réalité virtuelle, la chaîne culturelle multiplie les nouveautés. 

 

Arte ne souhaite négliger aucun support. La chaîne franco-allemande, dont l'audience est restée stable cette année à 2,3% de part de marché, a présenté ses programmes pour la saison à venir, lors de sa réunion de rentrée, jeudi, à l'auditorium du Grand Palais. Mais elle a surtout mis l'accent sur son offre numérique, avec quelques nouveautés à la clé.

 

Parmi elles, figure la mise en place d'un chatbot sur son site. Cet assistant virtuel «permettra de trouver les programmes de façon plus ludique, grâce à l'intelligence artificielle », explique Alain Le Diberder. Le directeur des programmes a également souligné la possiblité, depuis peu, de visionner les contenus avant qu'ils ne soient diffusés sur le petit écran. 

 

« Dès cinq heures du matin, les internautes peuvent accéder à tous les programmes de la journée », précise-t-il, en dehors des journaux et des émissions d'actualité. Une offre qualifiée de « télévision de rattrapage anticipée ». Sur arte.tv, certains contenus en replay sont disponibles jusqu'à un mois (documentaires et magazines). Certains peuvent aussi être appréciés sous la forme de playlists thématiques.

 

Sixième langue

La chaîne franco-allemande veut renforcer sa dimension européenne. « Notre objectif en matière d'audience dépasse les frontières de la France et de l'Allemagne », a déclaré Véronique Cayla, la présidente d'Arte France. 

 

Les deux tiers de ses programmes à l'antenne sont déjà accessibles sur son site et ses applications ailleurs en Europe, en anglais, en espagnol et depuis novembre 2016 en polonais, en plus de l'allemand et du français. En 2018, Arte promet d'ajouter une sixième langue : l'italien. La chaîne, dont la grille est constituée à 54% de documentaires, s'inscrit dans une stratégie « d'hyperdistribution » de ses contenus. C'est pourquoi elle a désormais décidé de proposer toutes ses fictions à la plateforme américaine Netflix.

 

Séries courtes, Instagram, VR

Arte, dont les programmes représentent un budget de 146 millions d'euros, mise aussi sur les séries courtes, comme « 50 nuances de Grecs » ou encore « Amusez-vous, Amusez-moi », qui revisitera dix tableaux en trente épisodes. Des formats qui, au-delà de la télévision, conviennent bien à une diffusion sur Internet. « La délinéarisation est sans aucun doute l'avenir », estime Véronique Cayla, alors que le public de la télévision est vieillisant - les téléspectateurs d'Arte avoisinent les 60 ans de moyenne d'âge.

 

Arte investit aussi dans des programmes exclusivement en ligne, comme la web-série « Loulou », qui sera déclinée en onze épisodes. « Nous ne faisons pas de hiérarchie entre les écrans. Ils sont tous nobles », assure Bruno Patino, le directeur éditorial. En juillet-août, la chaîne avait proposé sur le réseau social Instagram sa première série BD, baptisée « Eté ». Un moyen d'atteindre un public plus jeune. Elle propose « également depuis quelques temps des programmes en réalité virtuelle, via son application pour smartphone Arte360. Et ambitionne de renouveler l'expérience de la « 4K » (ultra haute définition) utilisée lors de la retransmission de l'opéra Carmen cet été.

A voir aussi

VRrOOm Wechat