La première promotion de Belgian Heroes

Category: 
La première promotion de Belgian Heroes
13 Mars, 2018
©Belgian Heroes

 

Créé par le Groupe Média Participations, la RTBF et la Région wallonne pour initier de nouveaux univers et personnages transmédias, l’incubateur public-privé carolo a bouclé sa première année d’activité.

 

Officiellement lancé fin 2015, Belgian Heroes, l’incubateur créé, entre autres, par le Groupe Media Participations (Dupuis, Dargaud-Lombard), la Région wallonne et la RTBF afin de faire émerger les héros de fiction de demain au travers de projets transmédias (BD, animation, séries, jeux vidéo, applications….) avait un peu disparu des radars. Il est pourtant devenu pleinement opérationnel.

 

Pour rappel, Belgian Heroes comprend trois niveaux. D’abord, l'ASBL R/O Institute (R/O pour héros…), une école de formation artistique; ensuite R/O Lab, qui met à disposition des artistes des outils technologiques les plus sophistiqués; enfin la SA Belgian Heroes qui finance l’ensemble en échange des droits d’exploitation sur les œuvres incubées dans R/O Institute.

 

"Nous avons démarré nos activités début 2017 et, à l’issue de cette année, une première promotion a vu le jour avec neuf projets soutenus, indique François Pernot, président de Belgian Heroes et architecte du projet ; ils ont été sélectionnés via appel à projets avant de suivre six mois de cursus en résidence à Charleroi (siège des éditions Dupuis, NDLR) durant lesquels ils ont pu développer leur projet, coachés par des spécialistes du scénario, de la réalité augmentée, de la musique, du design, etc.

 

Casting international

Les heureux élus venaient de France, de Belgique, des Etats-Unis, d’Irlande, d’Israël et d’Italie. Sélectionnés via appels à candidatures, des castings dans des festivals, les réseaux sociaux, etc., les projets devaient être disruptifs, c’est-à-dire être adaptés au marché actuel qui est à la fois mondial et digital, le but étant de casser les silos afin de créer de nouveaux personnages et de nouveaux univers créatifs.

 

L’idée vient du constat que le marché de la BD franco-belge est saturé et a tendance à fléchir en terme de ventes. Il convient donc de s’adapter à la réalité des lecteurs d’aujourd’hui, de plus en plus connectés et interactifs. "Il s’agit dès-lors de créer des univers déclinables dans plusieurs médias, explique François Pernot; le premier projet sélectionné, qui vient d’Israël, répond parfaitement à ces critères, puisqu’il est basé sur de la musique une application gaming et le manga."

 

Le deuxième, créé par un italo-britannique, est aux antipodes du premier puisqu’on part d’un documentaire sur une prison-ville au Pérou qui a son propre écosystème. Il est articulé autour d’une BD, d’une application sous forme de jeu et d’un web série. "L’intérêt de Belgian Heroes, c’est aussi d’amener vers la BD des gens davantage attirés par d’autres univers, comme le jeu vidéo, et vice-versa", relève Vanessa Dupaix, operation manager de Belgian Heroes. Un deuxième session vient d’entamer son parcours. Elle est composée de sept Français et de Belges venus de différents genres artistiques: série télé, théâtre, musique, etc.

 

Augmentation de capital

Côté financement, Belgian Heroes vient de bénéficier d’une augmentation de capital à hauteur de 2,138 millions d’euros. Il s’agit en réalité du capital initialement prévu qui vient d’être libéré. Cet actionnariat est public à 61,5%. Wallimage Entreprises, la filiale de Wallimage qui investit dans le secteur audiovisuel, détient 23,4%, idem pour le holding public Sambrinvest, la RTBF détenant près de 16%. Côté privé, le Groupe Média Participations possède 23,8, François Pernot détient à titre personnel 4,9%, le dernier actionnaire étant Strictly Songs, éditeur musical détenu par deux actionnaires de la maison de disques PIAS et par Pierre Mossiat. "Notre but est d’intégrer les  auteurs-compositeurs dans les projets car la musique n’est pas l’élément le plus évident dans ce genre de création transmédias", explique ce dernier.

 

Ce capital devrait augmenter de 50% d’ici la fin de l’année et doubler en 2019 pour être porté à près de 4,3 millions. "Nous sommes encore à la recherche de nouveaux actionnairesindique François Pernot, mais nous sommes très regardants, nous souhaitons attirer soit des gens du métiers, soit des gens prêts à investir à long terme, mais pas des financiers en quête de return rapide à 3 ou 4 ans car la création est un processus qui demande du temps et des moyens."

 

Chaque projet incubé est en outre amené à devenir lui-même une entreprise avec des investisseurs à même de le produire et de le développer (animation, série télé, etc.), Belgian Heroes leur cédant les droits sur les univers créés en son sein. Les premières cessions de droits sont déjà prévues cette année. Pour le grand public, les premiers héros et univers devraient voir le jour en 2020.

A voir aussi

VRrOOm Wechat