Gaîté Lyrique : I Love Transmedia met le cap sur la VR

Category: 
Gaîté Lyrique : I Love Transmedia met le cap sur la VR
06 Octobre, 2017

Les dérivés numériques des grandes séries télé ont-ils rencontré leur public ? C'est à l'une des ses questions que répond la 6e édition du festival I Love Transmedia.

 

Cette année I Love Transmedia met le cap sur la réalité virtuelle. Ce rendez-vous international et annuel de la création numérique à Paris, la Gaîté Lyrique accueille le grand public et les enfants pendant 4 jours, dont la nuit de la Nuit Blanche.

 

Une exposition montre les 11 projets qui se sont démarqués lors des derniers mois dans les principaux festivals. Ces projets en réalité virtuelle, fiction ou jeu, sont ainsi réunis en un seul lieu.

 

En se tournant vers la réalité virtuelle, I Love Transmedia fait un focus sur une forme de création qui a le devant de la scène en ce moment, mais pas forcément les plus belles parts de marché et la préférence des usagers. Où est le public de la réalité virtuelle ? " Il y a des incertitudes liées au développement d’un marché du divertissement spécifique, mais la réalité virtuelle n’en reste pas moins un terrain de créativité passionnant. Les raconteurs d’histoires ont depuis toujours cherché à plonger les publics dans leurs univers. La réalité virtuelle tente de se présenter comme le degré ultime de l’immersion. Les onze projets que vous pourrez découvrir cette année offrent un panorama incontournable de la scène internationale" explique le comité éditorial du festival, présidé par Jérémy Pouilloux.

 

L'un des projets les plus représentatifs de cette créativité est l'expérience onirique d'Alteration. Il a été vu sur la plateforme Arte 360 depuis le 25 juin, présenté dans de nombreux festival et les producteurs, OKIO Studio, annoncent que désormais le projet est disponible gratuitement sur l’Oculus Store. Une invitation à le voir pour tous ceux qui ont un Oculus. Le casque coûte environ 600 euros.

 

C'est un des écueils du marché. A ce jour, il y a 350 000 Oculus Rift et 3 000 000 de Samsung Gear en circulation dans le monde. Prudemment, Okio ne communique pas quand on lui demande combien de personnes ont finalement fait l'expérience d'Alteration depuis le 25 juin. Tous les producteurs adoptent en général ce type de réponse, mettant en avant la créativité et les prouesses technologiques.

 

L’intérêt d’I Love Transmedia par rapport aux autres rendez-vous du même genre, c’est qu’il n’est pas en partie consacré à la réalité virtuelle, mais comme son nom l’indique il s'intéresse aussi au transmédia en général, c’est-à-dire toutes les formes de déclinaisons numériques pour un même projet. Ainsi l’une des rencontres les plus intéressantes concerne le développement de dérivés numériques des séries télé, comme Braquo ou Le bureau des légendes. 

 

Imaginez Jean-Pierre Darroussin vous souhaiter la bienvenue et vous demander sur le champ d'aller poser un mouchard sur un ordinateur portable. Voilà vous êtes devenu un espion, à l'image de Malotru, le personnage principal du Bureau des Légendes. Cette expérience, vous la faites dans un parcours scénarisé et immersif dans une image à 360 degrés.

 

Pour Jérémy Pouilloux,"il est clair que ce genre de produits fonctionnent beaucoup mieux dans le monde anglo-saxons ou dans le nord de l'Europe. Les producteurs y investissent beaucoup plus d'argent et le public a une vraie culture du jeu de rôle et de l'expérience communautaire. En France et en Europe en général, les producteurs n'ont pas encore assez travaillé ces communautés. Cela dit l'engouement et la déferlante de ces productions transmédia est telle dans le reste du monde, que je pense qu'elle finira bien par arriver jusqu'à nous". Pour les mois qui viennent, la généralisation de la réalité augmentée dans les dispositifs de jeu notamment suscite beaucoup d'espoir chez les professionnels.

 

L'an dernier I Love Transmedia proclamait "le transmédia est mort, vive le transmédia". Cette année de l'avis des professionnels l'industrie n'est guère plus vaillante, mais elle a bon espoir d'être emmenée par une vague. On voit à la Gaieté lyrique de très belles réalisations : Les Histoires animées de l'éditeur Albin Michel pour les enfants, le très beau court-métrage animé Arden's Wake (Penrose Studio), le jeu Dark Days (Parallel Studios) et encore plus fort le jeu de tir à la première personne Superhot.

 

Y ALLER ► I Love Transmedia du 5 au 8 octobre à la Gaîté Lyrique, à Paris

A voir aussi

VRrOOm Wechat