À Fougères, une réalité virtuelle plus vraie que nature

Category: 
À Fougères, une réalité virtuelle plus vraie que nature
17 Septembre, 2017

À l’occasion des journées du patrimoine, les visiteurs du château de Fougères ont pu découvrir les premiers tests de réalité virtuelle réalisés dans le cadre du projet Vista AR. Une expérience bluffante.

 

Maxime, 9 ans, s’avance seul dans la cour du château de Fougères, le pas légèrement hésitant. Il lève la tête au ciel et admire les tours de pierre majestueuses qui s’élancent dans un ciel azur. Soudain, il se retrouve au pied de l’un des remparts. Sa main se tend pour toucher la muraille mais elle se perd dans le vide.

 

Le petit garçon retire le casque de réalité virtuelle, ébahi : « j’avais vraiment l’impression que je pourrai atteindre le mur ! » Maxime est l’un des nombreux visiteurs à avoir testé lors des journées du patrimoine la première ébauche du projet de réalité augmentée et virtuelle Vista AR.

 

Cet ambitieux programme franco-britannique a été lancé le 7 septembre dernier à Exeter, en Angleterre. Il vise d’ici quatre ans à reconstituer entièrement le château en 3D et à permettre au visiteur de s’immerger dans ce décor à différentes périodes historiques, depuis l’an 1 000 jusqu’à nos jours.

 

10 000 photos

Ainsi, le public pourra se figurer des éléments architecturaux aujourd’hui disparus comme le logis du seigneur, la première enceinte du château ou la porte de Rillé par la magie de la technologie.

 

La numérisation de la forteresse a été réalisée par l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB) à partir de 10 000 photographies, dont certaines prises par un drone. « Cela fait six mois que l’on planche sur cette première version mais à terme on pourra fournir en quinze jours une technologie clé en main peu onéreuse aux monuments qui le souhaitent », explique Erwan Mahé de l’EESAB.

 

Une image « incroyablement nette »

À l’institution culturelle d’imaginer ensuite un scénario pour séduire le public. « À Fougères, on pourrait imaginer par exemple un banquet du XVIe siècle où le visiteur serait convié à la table du seigneur », avance Erwan Mahé.

 

Les premiers résultats sont déjà bluffants. « L’image est incroyablement nette », témoigne Gaëlle Perrin, une Fougeraise. « Je suis impressionnée de ce bond dans le futur qui va nous permettre de découvrir notre passé », complète-t-elle.

A voir aussi

VRrOOm Wechat