Caro et Jeunet : une expo à Paris et des projets VR

Category: 
Caro et Jeunet : une expo à Paris et des projets VR
08 Septembre, 2017

Le cahier de photomaton d'Amélie Poulain, le cochon de "Delicatessen" ou les machines de "La Cité des enfants perdus"... Une exposition aux allures de cabinet de curiosités fait revivre à partir de ce jeudi à Paris l'univers unique et étrange du tandem Caro et Jeunet.

 

Cette exposition résolument visuelle fait la part belle aux objets qui égrènent les films des deux compères et propose de revoir les extraits dans lesquels ils apparaissent. Des objets qu'ils ont pour la plupart fabriqués eux-mêmes, notamment des marionnettes pour des films d'animation, les figures d'Alien ou encore les peintures de Marc Caro. A cela s'ajoutent les costumes de films notamment les tenues de Jean Paul Gaultier, les storyboards et les dessins de décors.

 

 A la Halle Saint-Pierre

L'exposition offre également un aperçu des projets qui n'ont pas vu le jour, comme cette « Histoire de Pi » sur laquelle a travaillé Jean-Pierre Jeunet pendant deux ans et une série « Casanova », arrêtée au stade du pilote. « C'est un cabinet de curiosités dans un musée singulier, c'est cohérent », souligne Marc Caro, la Halle Saint Pierre, où se tient l'exposition, étant spécialisée dans l'art brut.

 

« Beaucoup des objets exposés étaient dans mon bureau », confie Jean-Pierre Jeunet, le collectionneur des deux, qui a signé avec son acolyte « Le bunker de la dernière rafale », un court-métrage de science-fiction en 1981 puis « Delicatessen » en 1990 et « La Cité des enfants perdus » en 1995.

Les deux hommes issus de la bande dessinée (Caro) et de l'animation (Jeunet) se sont rencontrés au milieu des années 70 au festival d'Annecy. Ensemble, ils ont créé une esthétique proche du fantastique et du conte noir, évoquant souvent le monde de l'enfance, avant de prendre des chemins différents.

 

Pas de nouveaux projets communs

Jean-Pierre Jeunet a ensuite traversé l'Atlantique pour tourner « Alien, la résurrection » en 1997, puis « Le fabuleux destin d'Amélie Poulain » (2001) et « Un long dimanche de fiançailles » (2004), tous deux avec Audrey Tautou.

 

Pendant ce temps, son ex-complice assurait une partie du design de « Blueberry » et les animations de « Vidocq ». Il est revenu seul derrière la caméra en 2007 dans un film de science-fiction « Dante 01 ».

Malgré cette exposition, l'idée de collaborer à nouveau ne semble pas d'actualité. « Refaire un long métrage, je ne pense pas », souligne Jean-Pierre Jeunet. « On a déjà fait deux films et demi ensemble, c'est pas mal! » Les deux hommes travaillent actuellement chacun de leur côté à un projet en réalité virtuelle (VR). « Ça apporte une dimension supplémentaire à la narration. C'est un cinéma qui va devenir plus perceptif », estime Caro. Un intérêt partagé par Jeunet même s'il déplore « la qualité de l'image » obtenue jusqu'ici avec cette nouvelle technologie.

 

Exposition jusqu'au 31 juillet 2018 à la Halle Saint Pierre, 2, rue Ronsard à Paris.

A voir aussi

VRrOOm Wechat