"Altération" est la première fiction en VR filmée directement avec trois caméras à 120°

Category: 
"Altération" est la première fiction en VR filmée directement avec trois caméras à 120°
01 Juillet, 2017

Le court-métrage du réalisateur français Jérôme Blanquet est le premier à avoir été tourné avec 3 caméras à 120° montées ensemble. Il est visible sur smarthphone, ou avec un casque de réalité virtuelle.

D'habitude, les scènes de fiction en réalité virtuelle sont filmées en "parts de camembert", l'une après l'autre, puis réassemblées. Mais "Altération" fait exception à la règle : le nouveau court-métrage de 17 minutes du réalisateur Jérôme Blanquet a été tourné directement à 360°.

Un tournage qui a nécessité une plateforme avec trois paires de caméras à 120°, appelées flares, pour couvrir tout l'espace. Au delà de la performance technique, Jérôme Blanquet précise les raisons de sa décision : « Il y avait beaucoup de tournage en extérieur. Et les lumières de l'hiver changent vite. J'ai préféré filmer les scènes en une fois à 360°. »

Résultat : une succession de plans-séquences en immersion avec des scènes qui durent jusqu'à 4 minutes sans coupure. « La difficulté est d'avoir de bons comédiens, précise Jérôme Blanquet. Si une erreur est commise à la fin de la scène, on doit la refaire.» Le spectateur étant libre de regarder où il veut, l'acteur doit comprendre que tout son corps joue : ses bras et ses jambes autant que son visage. « C'est vraiment très proche du théâtre. » Autre contrainte imposée au comédien par les trois paires de caméras à 120° : au risque de se voir déformé, il doit veiller à rester éloigné des zones de raccord entre les images.

Les trois paires de caméras à 120° rendent caduque la notion de hors-champ

D'un point de vue technique, qu'implique le tournage à 360° ? Éclairage, prise de son... rien n'est laissé au hasard. « La notion de hors-champ n'existe pas. Il faut être astucieux », s'amuse le réalisateur. Avec plus d'images par seconde et une résolution plus grande, la post-production et les effets visuels demandent également plus de travail que pour un film classique. D'autant que les outils de montage n'existent pas.

Mais pour Antoine Cayrol, le producteur d' "Altération", les contraintes méritent d'être surmontées pour exploiter les possibilités qu'offre ce nouveau support : « En plus de raconter une histoire, le réalisateur a l'occasion de vous la faire vivre comme si vous y étiez. »

 

"Altération" sera disponible gratuitement à partir du 6 Juillet

 

A voir aussi

VRrOOm Wechat