Zeiss VR One: Test

Category: 
Zeiss VR One: Test
23 Octobre, 2016

La réalité virtuelle semble s’imposer comme la nouvelle vague sur laquelle surfent tous les fabricants de hardware. Mais face au flot de nouveaux casques arrivant sur le marché, comment faire son choix? Quels sont les critères de différenciation? J’ai testé plusieurs modèles de tous budgets afin d’identifier leurs points forts et points faibles. Aujourd’hui, le VR One de Zeiss, testé avec 4 autres volontaires et un iPhone 6S. 
 
Un fabriquant historique
 
Si vous êtes vidéaste ou photographe, amateur de produits Sony, vous connaissez probablement le nom de ce fabriquant allemand spécialiste des optiques pour appareils photos et des lentilles pour smartphones. La réputation de Carl Zeiss n’est plus à faire mais le marché du casque de réalité virtuelle lui est inconnu. Le VR One relève donc d’un beau challenge pour la marque, dont j’attendais une fabrication d’optique irréprochable. 
 
Le choix de la VR pour smartphones
 
En vente aux alentours de 110 euros, le VR One vient directement concurrencer le Gear VR de Samsung en annonçant sa compatibilité avec Apple (c’est le premier casque à le faire). Le VR One rentre dans la catégorie des accessoires pour smartphones et ne sera donc compatible avec aucun logiciel pour ordinateur, à la différence des casques de réalité virtuelle “stand-alone”. L’inconvénient? Une puissance de rendu et un taux de rafraichissement moindres. L’avantage? Pas de câble à connecter au casque donc plus de mobilité et, bien sûr, un prix de vente revu à la baisse, ce qui rend la technologie accessible à plus de consommateurs.
 
Ne nous leurrons pas, la réalité virtuelle n’en est qu’à ses balbutiements et les casques pour smartphones n’en sont qu’une déclinaison bon marché, privilégiant la facilité d’utilisation et un prix bas au détriment des performances. Un bon moyen de s’initier à la technologie et de mieux comprendre son potentiel mais certainement pas un canal pérenne pour l’expérimenter au quotidien. De plus, même si ces équipements fonctionnent parfaitement, les migraines feront rapidement leur apparition car la technologie est trop gourmande en puissance pour les configurations actuelles des téléphones.
 
Ergonomie et finition très soignées
 
Dès sa prise en main, le constat est clair. Le VR One offre un design solide, soigné et épuré, qui m’a tout de suite séduit. Sa vitre avant en plastique fumé est parfaitement intégrée aux courbes du casque.
 
Autre point positif, il offre un excellent confort visuel lorsqu’on le pose sur le visage. Oubliez les gênes ressenties avec certaines versions évoluées du Google Cardboard. On dispose ici d’une collerette épaisse en mousse et d’une sangle pour la tête, à deux axes, qui permet de maintenir le casque à la bonne hauteur sur tous les visages malgré le poids du téléphone logé à l’avant. 

Dommage qu’il n’y ait pas de boutons de contrôle déportés pour le smartphone. Il sont disponibles sur un modèle similaire de Zeiss, le VR One GX, compatible Cardboard grâce à un bouton magnétique, mais sans sangle d’accroche pour la tête. En bref, il faut choisir entre deux finition imparfaites.
 
Pour naviguer dans les applications sans sortir chaque fois le tiroir de votre téléphone, privilégiez les applications dont la navigation se fait avec le mouvement de votre tête. Pour les autres, il fait acquérir une manette Bluetooth.
 
Compatibilité (trop) limitée 
 
Le VR One s’adresse exclusivement aux propriétaires du Galaxy S5 et de l’iPhone 6 (pas le modèle Plus, trop grand), car il impose à l’utilisateur de placer (ou plutôt de “clipper”) son smartphone dans un tiroir coulissant en plastique. Cela a quelques avantages: on place son téléphone plus rapidement dans le casque, il est très stable et l’alignement de sa position est optimal.
 
Deux modèles de tiroirs sont disponibles, vendus à part (environ 10 euros pièce), chacun moulé aux dimensions exactes des best-sellers d’Apple et de Samsung. Zeiss a annoncé la sortie future à la vente de couloirs compatibles avec d’autres marques, ce qui inclut que le casque va pouvoir évoluer avec les nouveautés mobiles, un bon point. Mais rien n’est garantit à l’heure actuelle, pour quelque modèle que ce soit.
 
Carl Zeiss présente le VR One comme un casque universel, entendez par là sans réglage d’écartement entre les optiques ou de la distance aux yeux. La technologie de fabrication des lentilles Zeiss garantie un confort de vision adapté à 90% des utilisateurs. Pour les autres, l’image s’affichera dédoublée. Mon conseil: si l’écartement de vos yeux est plutôt faible, pensez à faire le test avant de l’acheter.
 
En revanche, le VR One est compatible avec toutes les applications de réalité augmentée et sa fenêtre avant dispose d’une ouverture vitrée devant la caméra du téléphone.
 
Très bonnes optiques mais immersion décevante 
 
Un atout majeur du VR One sont ses lentilles, plus grandes et distantes des yeux que sur les appareils concurrents, permettent d’utiliser le casque avec des lunettes de vue. L’image est très nette (même si la trame matricielle de l’écran de votre téléphone ressort aussi plus clairement). J’ai observé une légère distorsion optique sur les bords mais cela restait moins marqué qu’avec la seconde version de développement du casque Oculus Rift (un comble, lorsqu’on compare les prix et les marchés cibles de ces deux appareils).

Le champ de vision est aussi assez réduit. Avec l’iPhone 6, j’observait un léger rognage de l’image sur les bords, peut être évitable avec un support de projection plus grand et placé à plus grande distance. Le champ de vue n’est pas le meilleur. Oculus Rift fait clairement mieux, bien sur, mais aussi le casque d’Homido, qui annonce pourtant le même angle de 100°.
 
Dommage également que Zeiss ne règle pas le problème de buée, classique avec les casques de réalité virtuelle. Privilégiant une expérience immersive avec un moulage enveloppant le visage, le design du VR One ne ventile pas assez le visage. L’effet se remarque déjà après une dizaine de minutes.
 
Pour quelles applications?
 
Il existe une quantité croissante d’applications Android et iOS de réalité virtuelle. C’est l’avantage des casques accessoires de smartphone: ils donnent accès à toutes les expériences téléchargeables dans les stores dédiés.
 
Comme Samsung, Zeiss propose ses propres applications dont une de réalité augmentée compatible avec un cube en carton à monter soi-même, fourni dans l’emballage du casque. De petits personnages prendrons alors vie sur chaque face du cube, selon le sens dans lequel vous l’orientez. Il s’agit en fait plus de démos que d’expériences immersives. L’application de cinéma qui vous permet de regarder vos contenus vidéos avec un avant plan de public n’a aucun intérêt.
 
Globalement, l’offre du fabricant (tant pour Android que pour iOS) reste décevante et on lui préférera celle du New York Times, de Vrse, de Jaunt ou encore de Cardboard, compatible avec le VR One. 
 
Verdict: le must pour les utilisateurs d’iPhone 6 et 6S
 
Malgré un confort optimal et le plus beau design que nous ayons constaté à ce jour pour les accessoires VR, le casque pour smartphone VR One de Zeiss ne détrône pas Homido qui, pour 40 euros de moins, offre plus de compatibilité et une meilleure immersion.
 
En revanche, si vous êtes utilisateur d’iPhone 6 ou 6S et que vous voulez faire vos premières pas avec la VR, n’hésitez plus: ce modèle est le plus adapté à vos besoins.
 
On espère que le fabriquant nous proposera rapidement des contenus à la hauteur du Rift et du Samsung Gear VR.

A voir aussi

VRrOOm Wechat