Zeiss VR One Plus: Il est toujours trop cher ... (Test)

Category: 
Zeiss VR One Plus: Il est toujours trop cher ... (Test)
26 Novembre, 2016

Après s’être lancé dans la réalité virtuelle avec le Zeiss VR One, le spécialiste allemand de l’optique Carl Zeiss a pris compte des critiques pour proposer le Zeiss VR One Plus.

Plusieurs fabricants se sont lancés dans la course de la réalité virtuelle mobile. Parmi eux, on compte des géants de l’industrie technologique comme Samsung, des challengers français comme Homido et des experts de l’optique comme Carl ZeissDans le cadre de son entrée dans le marché de la VR, ce dernier sort en 2015 le Zeiss VR One, un casque de réalité virtuelle au prix élevé, mais qui n’était pas justifié par sa qualité. De nombreux défauts, comme sa qualité d’image, sa pauvre compatibilité et son prix venaient ternir l’expérience de l’utilisateur. En 2016, le constructeur revient avec une version améliorée de sa première itération, le Zeiss VR One Plus, décrit comme plus léger, plus pratique et plus compatible, mais pas moins cher que les 129€ du précédent modèle.

 

Unboxing du Zeiss VR One Plus​

La boîte du Zeiss VR One Plus est très sobre. D’un blanc éclatant, on retrouve l’univers du spécialiste de l’optique allemand. Une fois ouverte, elle dévoile le casque de réalité virtuelle dans un filme de protection. En le soulevant, on retrouve les différents accessoires qui l’accompagnent. Le casque n’est pas immédiatement disponible à l’utilisation, car il vous faudra l’assembler dans un premier temps avant de pouvoir profiter d’expériences en réalité virtuelle.

Il vous faudra donc monter votre Zeiss VR One Plus, mais son installation est très simple. Les lanières s’insèrent parfaitement, mieux que le Samsung Gear VR par exemple où il faut forcer un petit peu. Un tiroir coulissant servant à installer votre smartphone est également présent. Petite surprise, un cube a monté est également présent dans l’emballage. Nous vous expliquerons son utilité plus tard. En résumé, dans l’emballage du Zeiss VR One Plus, vous pourrez trouver :

  • Le casque Zeiss VR One Plus
  • Le tiroir pour smartphone universel
  • Deux bandeaux de tête
  • Un cube AR en carton
  • Un manuel d’utilisation

 

Design et ergonomie du Zeiss VR One Plus

Cette nouvelle version du Zeiss VR est visuellement très similaire à la version précédente. Ceux qui avaient pu s’essayer au modèle précédent ne seront donc pas dépaysés. Sa couleur blanche fait que son design est très similaire à celui du Samsung Gear VR, ce qui ne permet pas vraiment de différencier la marque d’un point de vue esthétique par rapport à son concurrent.

Une vitre en plastique où se dessine le logo Zeiss VR One Plus (le Plus apparaît sur cette nouvelle version) protège le smartphone et empêche tout risque de voir votre appareil s’écraser sur le sol, contrairement à d’autres modèles de casques qui dont appel à un clapet. Malheureusement, les traces de doigts tendent à vite apparaître sur la face avant du casque.

Plus léger que l’ancien modèle, il pèsera bien moins sur le nez de l’utilisateur, ce qui rend son utilisation encore plus confortable. Le tiroir bénéficie de plus d’ouvertures qui ventilent l’utilisateur, si bien que ce dernier peut ce servir plus longtemps du Zeiss VR One Plus avant d’avoir à le retirer pour faire une pause. De plus, la chaleur n’étant pas emmagasinée dans le casque, il n’y a pas de buée sur les lentilles contrairement au Samsung Gear VR.

 

Prise en main du Zeiss VR One Plus

 

Un casque de réalité virtuelle…

 

Avant d’utiliser le Zeiss VR One Plus, il faut l’assembler. La manœuvre est simple à effectuer et parfaitement expliquée dans le manuel d’utilisation fourni avec le casque. Insérer tout simplement les sangles dans les emplacements prévus à cet effet, puis installer votre téléphone dans le tiroir avant de le glisser dans le casque par l’une des fentes présentes sur les tranches de l’appareil.

Sur ce tiroir, capable d’accueillir tous les smartphones dotés d’un écran allant de 4,7 à 5,5 pouces, figure une mousse centrale qui évite d’abîmer le téléphone à force de l’utiliser. Une petite marque en forme de « v » permet d’aligner la délimitation verticale des expériences VR, afin de permettre la compatibilité avec une large variété d’écrans.

Malheureusement, ce nouveau casque estampillé Carl Zeiss ne bénéficie pas de contrôles manuels sur l’appareil, contrairement au constructeur Homido qui avec le Homido V2 a compris que cette donnée constituait un facteur de décision pour le consommateur. Il vous faudra donc retirer votre Zeiss VR One Plus à chaque fois que vous voudrez changer d’expérience ou interagir avec celle en cours. Bien entendu, vous pourrez toujours utiliser une manette Bluetooth, comme avec la majorité des casques, pour jouer à des jeux en réalité virtuelle.

 

… mais aussi de réalité augmentée

Revenons maintenant au petit cube en carton fourni dans l’emballage du casque. Certains l’auront assemblé immédiatement, pensant qu’il s’agissait juste là d’un support de promotion. Ce cube est en réalité destiné à la réalité augmentée. En effet, l’intérêt de la vitre avant réside également dans le souhait du constructeur de faire de son casque un dispositif de réalité virtuelle et de réalité augmentée.

En téléchargeant l’application dédiée, VR ONE AR, vous pourrez voir de petits avatars apparaître selon la face du cube que vous regardez. Cette fonctionnalité, même si elle reste très limitée constitue tout de même un atout pour le Zeiss VR One. Peut-être qu’à terme, d’autres applications AR devraient être disponibles pour tirer vraiment avantage de cette fonctionnalité.

Toutefois, nous avons remarqué que le smartphone, lorsqu’il utilise la réalité augmentée au sein du casque tend à chauffer dangereusement. Nous vous conseillons donc d’en limiter l’utilisation.

 

Graphismes du Zeiss VR One Plus

Carl Zeiss se devait de proposer une résolution d’image de qualité en tant que spécialiste de l’optique. C’est réussi. En effet, la qualité des expériences que vous visionnerez avec le Zeiss VR One Plus sera au rendez-vous. Mais ceci concerne seulement les images que vous visionnerez de façon statique. Lorsqu’on tourne la tête pour admirer les environnements proposés à 360°, l’image qui se floute et donne une sensation désagréable. Sans aller jusqu’à parler de motion sickness, cette impression de latence nuit quelque peu à l’expérience en réalité virtuelle.

Le FOV (champ de vision), qui est censé être 100°, comme le Homido est tout de même restreint. En effet, l’immersion est quelque peu brisée par le sentiment d’assister aux différentes expériences à travers un hublot. Dommage, car l’utilisateur peut éprouver des difficultés à s’évader du monde réel pour plonger pleinement dans la réalité virtuelle.

 

Le Zeiss VR One Plus par rapport à la concurrence

 

Le Zeiss VR One Plus, toujours proposé à 129€ n’a pas de quoi justifier son prix plus élevé que la concurrence. Pour une résolution d’image similaire qui démontre quelques carences lors des mouvements de tête, il ne surclasse pas les autres modèles de casques VR mobiles.

Même si l’idée du tiroir est plus pratique et sécurisante que celle d’Homido qui propose un clapet, l’idée d’Homido d’intégrer dans son Homido V2 une gâchette de navigation et une molette d’ajustement de la vision constitue un argument plus intéressant que la plateforme d’accueil du smartphone.

Une seule véritable application accompagne le casque VR : Zeiss Cinema. Celle-ci permet de visionner ses propres contenus dans une salle de cinéma en réalité virtuelle. Encore un désavantage par rapport au Samsung Gear VR qui possède l’interface Oculus ou Homido qui propose une bibliothèque d’expériences exhaustives dans son application Homido Home.

 

Notre avis sur le Zeiss VR One Plus

Malgré ses fonctionnalités de réalité augmentée sous exploitées, le Zeiss VR One Plus ne propose rien qui vaille la peine de dépenser entre 30 et 60 euros de plus que pour un autre casque de réalité virtuelle mobile. Quelques améliorations ont été apportées au modèle précédent, mais l’appareil se situe toujours en dessous de la concurrence en termes de graphismes, de confort et surtout, de fonctionnalités. Seule sa haute compatibilité peut être évoquée comme un réel avantage pour ce deuxième essai du constructeur allemand. Ce casque est donc meilleur que sa première version, mais pas meilleurs que les autres solutions VR mobiles.

 

Points Positifs

  • Le tiroir pour insérer le smartphone
  • Ses fonctionnalités AR
  • Sa haute compatibilité

 

Points Négatifs

  • Son prix
  • Mauvaise image lors des mouvements de tête
  • Aucune interactivité entre le casque et le téléphone
  • Aucune application dédiée intéressante

A voir aussi

VRrOOm Wechat