TEST - Razer ManO'War : le confort n'est pas son fort

Category: 
TEST - Razer ManO'War : le confort n'est pas son fort
20 Novembre, 2016

Ni la polyvalence d'ailleurs.

Le Man'OWar de Razer nous a (un peu) déçus lors de ce test.

 

Dernier casque né de la patte de Razer, le ManO'War est déjà disponible depuis quelques mois sur le marché des périphériques pour ordinateurs et consoles de salon, mais le modèle, compatible PC et PlayStation 4, divise quelque peu.

Le ManO'War est un imposant casque pour joueurs qui propose un son virtualisé en 7.1 sur ordinateurs grâce au logiciel Synapse de Razer, mais également de ce qui a déjà fait ses preuves chez le constructeur, notamment de larges oreillettes et un microphone rétractable. Mais là où le casque innove par rapport à la majorité des autres modèles de la marque (le Chimaera étant lui aussi sans fil, mais date déjà de 2011), c'est par sa connectivité sans fil et sa grande autonomie, du moins selon Razer. Alors, le ManO'War est-il un bon casque pour gamers ?

Réponse dans ce test (Note : test réalisé sur un PC sous Windows 10 en 64 bits. Sur PS4, le Razer ManO'War reste en stéréo et ne simule pas le son en 7.1.)

Le ManO'War n'est pas très confortable.

Tout en plastique noir, mat ou brillant, le casque est à première vue solide, mais l'arceau sur le crâne a de quoi rebuter. Si l'armature principale est solide, c'est surtout la partie rembourrée au centre et simplement retenue par quatre fins morceaux de plastique qui fait peur, avec cette impression qu'en forçant un peu trop, la casse va survenir. D'ailleurs, le rembourrage au niveau du crâne est très mince et c'est plutôt le plastique qui se fait sentir au lieu du revêtement en similicuir. De même pour les oreillettes, cette fois allègrement rembourrées et recouvertes de similicuir, mais pas suffisamment, les oreilles de l'utilisateur pouvant souvent toucher l'intérieur du casque, une sensation très désagréable. Bon point cependant, il est possible de les retirer très facilement pour les nettoyer (les oreillettes, pas les oreilles de l'utilisateur !).

Globalement, le ManO'War n'est pas très confortable. En plus de ces deux soucis, le casque pèse son poids (près de 350 g mine de rien) et serre la tête du joueur, même après plusieurs jours d'utilisation intensive. Autre point noir, les oreillettes font vite chauffer les oreilles et n'aident pas vraiment à la dissipation de la chaleur crânienne. Il faut tout de même reconnaître que le casque est visuellement sympathique, avec son côté massif rassurant (mais faussé malheureusement) et la sobriété chère à Razer, le modèle étant intégralement noir, sauf au niveau de l'extérieur des oreillettes où le logo s'illumine avec la technologie Chroma.

La connectivité sans fil va souvent avec un branchement un peu particulier et une ergonomie différente des modèles filaires. Ici, le ManO'War utilise un petit émetteur-récepteur USB qui peut se brancher directement sur un port de l'ordinateur (pratique avec un portable) où sur un dock doté d'un câble tressé de deux mètres (pratique avec une tour). Ce petit dock sert également à augmenter la portée du signal, le passant ainsi de 12 à 14 mètres. Un gain négligeable et, de toute façon, la réception avec la bande 2,4 GHz n'est pas vraiment optimale, le signal se perdant dès le moindre mur entre le casque et l'émetteur-récepteur. Concernant les boutons situés sur les oreillettes, c'est assez classique, avec une molette pour régler le volume audio (ou le couper avec une pression), une autre pour moduler le gain du microphone (ou le couper avec une pression), un bouton d'alimentation, un port micro-USB pour le recharger (avec un câble d'un mètre fourni, mais un poil court pour que le casque soit utilisé pendant la charge) et un renfoncement qui accueille l'émetteur-récepteur USB en cas de transport. Si la possibilité de modifier le gain du micro est louable, le ManO'War manque tout de même de boutons pour le multimédia, bien pratiques sur un casque sans fil. Enfin, question batterie, Razer promet une semaine d'utilisation sans charge, mais précise en tout petit qu'il s'agit d'une « estimation sur la base d'une durée de jeu moyenne de 2 heures par jour ». Alors oui, le casque tient bien ses 14h d'autonomie si l'éclairage Chroma est désactivé (comptez entre 11 et 12h sinon), mais pendant les week-ends de jeu intensifs, ces 14h passent très vite et l'absence d'un dock de chargement comme celui du Chimaera se fait ressentir.

Et le son dans tout cela ? 

Razer ne change pas ses habitudes et propose avec le ManO'War un rendu puissant grâce aux haut-parleurs de 50 mm, mais encore une fois, ce sont les basses qui prédominent. Ainsi, il est difficile d'écouter de la musique (sauf du Rock/Heavy Metal ou de l'Electro) ou de visionner des films sans se sentir attaqué par des sonorités trop graves, qui dénaturent un peu la qualité du son. Par contre, en plein jeu, cette puissance et cette intensité sont les bienvenues et renforcent le côté impactant des jeux vidéo, que ce soit des FPS ou des MMO. En stéréo, le casque de Razer reste tout à fait classique et ce n'est vraiment pas pour cela qu'il a été pensé, mais en virtualisant du 7.1, les ambiances ressortent mieux (un vrai bonheur dans des jeux en monde ouvert comme The Elder Scrolls Online), tandis que dans un jeu de tir tel Overwatch, la spatialisation des sons (tirs, pas, etc.) se fait plus précise. Il s'agit là d'un petit plus très agréable, mais qui n'offre pas vraiment un avantage non négligeable pendant une partie, il faut bien l'avouer. Enfin, le microphone fait son boulot de microphone intégré, avec une qualité de voix claire et bien audible, qui évite les sons métalliques et reste ainsi de très bonne facture.

A voir aussi

VRrOOm Wechat