Pluto veut devenir la référence du chat en VR

Category: 
Pluto veut devenir la référence du chat en VR
06 Mars, 2018

La start-up américaine Pluto tente une approche différente de la discussion en réalité virtuelle. Au lieu de rassembler les utilisateurs au sein d'un même environnement dans lequel ils peuvent partager des activités, elle agit comme une surcouche et les connecte quelle que soit l'application utilisée. Un concept prometteur, proche d'applications de chat comme Discord, mais qui se voit limité pour le moment par la séparation des écosystèmes VR.

 

La start-up américaine Pluto veut devenir la référence du chat en réalité virtuelle. Basée à Seattle, la jeune pousse fondée en 2015 emploie 17 personnes et a levé 13,9 millions de dollars en avril 2017. Elle a lancé son application éponyme en accès anticipé sur Steam le 23 février. Cette dernière permet de créer des chatrooms en réalité virtuelle dans lesquelles les utilisateurs apparaissent sous forme d'avatars personnalisables.

 

UN CHAT INDÉPENDANT DES APPLICATIONS

Ce qui la distingue de la concurrence, c'est que les chatrooms persistent peu importe l'application dans laquelle se trouve chacun des utilisateurs. Elle est en ce sens similaire aux logiciels de chat vocal utilisés habituellement pour le jeu par ordinateur, comme Discord ou Teamspeak. De la même manière, cela la différencie d'autres applications "sociales" en VR, comme Bigscreen, Facebook Spaces ou Altspace VR. Ces dernières cherchent au contraire à faire vivre des expériences communes au sein de leur propre environnement.

 

Son fonctionnement est assez similaire à une application de discussion classique. On crée un compte, on le personnalise (notamment l'apparence de son avatar), on ajoute des contacts et c'est parti. Il suffit ensuite de créer une session à laquelle on peut inviter divers utilisateurs. Comme avec la vidéo sur Skype, cela peut être avec avatars ou juste en audio. Une fois l'application lancée, son menu est disponible depuis le tableau de bord de SteamVR avec, par exemple, la possibilité de modifier la transparence des avatars ou d'inviter de nouveaux utilisateurs dans le chat.

 

UN PARTAGE D'EXPÉRIENCE LIMITÉ

A noter que si les différents utilisateurs peuvent se voir et interagir entre eux, ils ne voient en revanche pas les environnements dans lesquels se trouvent les autres. Il est néanmoins possible de facilement partager une capture d'écran. Pluto travaille pour améliorer son intégration avec les applications au-dessus desquelles elle tourne. L'idée est de pouvoir à terme personnaliser l'expérience ou l'avatar en fonction de l'application utilisée.

 

UN OBJECTIF D'UNIVERSALITÉ DIFFICILE À ATTEINDRE DANS LES FAITS

D'après des déclarations à Road to VR, Pluto a comme ambition ultime d'être un pont entre toutes les applications, même celles en réalité augmentée. Un objectif louable, mais qui risque d'être bien difficile à réaliser. Il faudrait pour cela que chaque écosystème se mette d'accord pour être compatible avec les autres... et qu'il ne développe pas sa propre solution de chat intégrée, ce qui risque pourtant fort d'être le cas.

 

C'est d'ailleurs déjà l'une des limitations majeures de Pluto. S'il a l'avantage par rapport aux solutions conventionnelles comme Discord de pouvoir afficher des avatars et de fournir un son spatialisé en fonction de leur position, sa limitation aux seules applications SteamVR (et pas celles d'autres boutiques ou qui sont indépendantes) nuit à sa mission d'universalité.

A voir aussi

VRrOOm Wechat