Les lunettes AR Meta 2: Pour toucher le "Virtual World"

Category: 
Les lunettes AR Meta 2: Pour toucher le "Virtual World"
26 Décembre, 2016

Il faut des années pour que les constructeurs passent de la conception à la réalisation. Mais lorsque les concepteurs voient leurs nouveaux projet en « chair et en os », il est souvent trop tard pour y apporter des modifications majeures.

Et s'il existait un moyen de faire évoluer cette dynamique, en permettant aux concepteurs de voir et d'interagir avec les versions numériques à grande échelle de leurs œuvres en cours de réalisation ?

C'est essentiellement l'objectif du nouveau kit de développement Meta 2, nouvelles lunettes de réalité augmentée. Le système, qui a finalement été lancé après de nombreux mois d'essais du prototype, offre un champ de vision de 90 degrés dans un écran haute résolution et fonctionne en se connectant à un ordinateur portable. Il est donc techniquement « mobile »- enfin, tout aussi longtemps que vous serez prêt à vous déplacer avec votre ordinateur portable dans les lieux où vous voudrez utiliser vos lunettes.

Destiné pour le moment aux développeurs (avec l'espoir qu'ils vont rapidement créer de nombreuses nouvelles applications AR), le Meta 2 est facile à utiliser et offre une imagerie holographique 3D attrayante, que vous pouvez manipuler avec vos mains. Cette dernière caractéristique pourrait certainement être utile pour les concepteurs de voitures.

Le prix de pré-commande de la Meta 2 est de 949 $ jusqu'à la fin de l'année, après quoi il sera probablement au-dessus de 1000 $.

Meta est basée à San Mateo, en Californie, et compte environ 130 employés. Elle a recueilli 75 millions de dollars de financement, a travaillé sur le Meta 2 pendant plusieurs mois. Mais le système, qui semble concurrencer à la fois HoloLens de Microsoft et Magic Leap, est maintenant un produit à part entière.

Est-il entièrement terminé ? Pas du tout. Dans la démo de la version de vente du casque, l'imagerie était encore un peu tremblante et pas aussi interactive que cela aurait dû être.

En revanche, le point fort c'est le balayage. Je pouvais sans aucun problème ou trouble technique, interagir avec des objets numériques, comme un cube fait de cubes plus petits, ou un globe, ou même un modèle 3D d'un cerveau humain, et tout cela avec mes propres mains sans contrôleurs.

Les systèmes de réalité virtuelle tels que l'Oculus Rift (avec Touch) ou le HTC Vive offrent de merveilleuses simulations 3D avec la possibilité de déplacer les objets avec vos mains, mais ces systèmes nécessitent des contrôleurs.

Ryan Pamplin, vice-président des ventes chez Meta, a insisté pour que, pour l'instant, sa société considère HoloLens et Magic Leap comme des partenaires efficaces afin de «convaincre ensemble le monde que le prochain paradigme de l'informatique sera une réalité augmentée». Mais il ne fait aucun doute que Meta positionne son casque comme un rival.

Pour exemple, Pamplin a soutenu que le Meta 2 offre deux fois le champ de vision des HoloLens, et à un tiers du prix. Cela essentiel pour la communauté des développeurs, dit-il, qui est «sensible au prix».

En outre, il a soutenu que la motivation de Microsoft pour le HoloLens est de «maintenir une part de marché», alors que Magic Leap veut «transformer votre monde en celui d'Harry Potter». Mais Meta, dit-il, vise quant à lui à ajouter une couche numérique sur le monde réel, ce qui est dans le contexte actuel, très pertinent.

Et ça marche. Avec cet objectif, Meta 2 a atteint une «quantité massive de pré-commandes», a-t-il indiqué, créant un écosystème de développeurs AR qui compte des «dizaines de milliers de participants».

REGARDEZ A L'INTÉRIEUR DU CERVEAU

Lors d'une démo que j'ai visionnée – et que Meta a l'intention de dévoiler au CES le mois prochain – l'une des démonstration principales était de pouvoir littéralement regarder à l'intérieur d'une représentation 3D d'un cerveau humain et d'y regarder toute son activité neuronale en action. Ce genre d moyen technique serait idéal pour les scientifiques, d'autant plus qu'il est possible d'utiliser vos mains pour saisir, et élargir un objet ou un organe.

Pamplin a également indiqué qu'il n'existe pas un seul constructeur de voiture qui ne lui ait pas commandé son casque, tout comme pour les grandes sociétés d'imagerie 3D. Et même, si vous compariez la liste des 500 plus grosses compagnies à la liste de client de Meta, vous trouveriez une similarité quasi exacte ! Parmi d'autres industries qui adoptent avec enthousiasme ce système, se trouvent celles d'Hollywood, celles touchant l'exploration spatiale, et plus encore. Les entreprises qui avaient acheté un seul casque Meta 1, achètent maintenant 10 Meta 2 ou plus, dit-il.

Et pourquoi pas? Avec les bonnes applications, le casque semble être plus économique pour les concepteurs de voitures, par exemple, pour avoir un rendu plein format d'un nouveau véhicule beaucoup plus tôt dans le processus - et donc être capable de faire des changements avant que ce ne soit trop tard.

En fait, a déclaré Pamplin, il s'attend à ce que la popularité de son casque conduise même à des pénuries temporaires de stock en 2017. En 2018, a-t-il ajouté, Meta sera capable d'augmenter sa production de l'ordre de centaines de milliers d'unités.

«Si nous le faisons bien, cela nous donnera la possibilité de nous relier au monde numérique et à nos environnements d'une manière beaucoup plus profonde que tout ce qui nous a jamais été permis de faire auparavant».

Il n'est pas surprenant que le dirigeant d'une société comme Meta annonce de telles choses - surtout lui qui a exprimé un tel son enthousiasme pour le produit lors de notre réunion qu'il nous a lâché un secret en parlant de ses patrons "Ils ne le savent pas, mais ils n'auraient même pas à me payer pour mon travail, je le ferai quand même. »

Et il ne fait aucun doute que le Meta 2 est un appareil fantastique, capable de faire des choses que peu peuvent faire, surtout à son prix. Pourtant, il n'est pas parfait, et sans bonnes applications, il ne sera pas si utile. Et c'est bien pour cela que Meta vise l'adhésion des développeurs pour l'instant, et on peut ainsi s'attendre à ce que des démos passionnantes soient à bientôt proposées.

Au final, Meta est en concurrence non-pas avec d'autres dispositifs de réalité augmentée, comme le soutient Pamplin, mais plutôt avec les écrans traditionnels 2D. «Chaque écran dans le monde est finalement [notre] concurrent», dit-il. Le défi maintenant est de rendre le Meta 2 assez utile pour que les utilisateurs ne puisse jamais imaginer y revenir. »

A voir aussi

VRrOOm Wechat