Leap Motion : les mains dans la VR

Category: 
Leap Motion : les mains dans la VR
09 Décembre, 2016
Arrivé en février dernier, le projet Orion visait jusqu’à présent à intégrer la technologie de reconnaissance des mains aux HTC Vive ou à l’Oculus Rift. Désormais, Leap Motion veut s’attaquer aux casques de réalité virtuelle mobile.

Si le mal de la réalité virtuelle est un obstacle indéniable à une immersion prolongée, un des problèmes bien plus gênant en définitive tient à l’interaction de l’explorateur avec son environnement virtuel. Jusqu’à présent les solutions les plus efficaces, que ce soit pour le HTC Vive ou l’Oculus Rift, passaient par des manettes qui permettaient de détecter les mouvements des mains et des doigts, pour le casque de Facebook.

Depuis le début d’année, Leap Motion tente de changer la donne avec son projet Orion. Une technologie qui repose sur son capteur, à fixer à l’avant des casques de réalité virtuelle existants, et qui permet de détecter les mains et les doigts dans l’espace pour reproduire leurs déplacements dans la réalité virtuelle. Désormais, l'entreprise s’attaque à un marché, bien plus populaire car abordable : la réalité virtuelle mobile. La plate-forme matérielle est identique à celle proposée pour les Vive et Rift mais a été très légèrement adaptée pour fonctionner avec des casques mobiles, ceux qui fonctionnent grâce à un smartphone qu’on glisse devant des lentilles.

Le champ de vision de la caméra est ainsi de 180°x180° contre 140°x120° pour le modèle pour PC et Mac tandis que le taux de rafraîchissement du nouveau module est 10 fois supérieur. Pour preuve de concept, Leap Motion a conçu un design de référence qui se fixe à l’avant de la dernière génération de Gear VR, de Samsung, et qui se connecte grâce à un port USB Type-C.

L’objectif de Leap Motion n’est pas de créer son propre casque mais bien de montrer à ceux qui en conçoivent, dont Samsung et Google, que sa technologie s’intègre facilement à leurs produits, avec l’espoir que ces acteurs s'offrent la licence.

D’après Raymong Wong, de Mashable, qui a eu la chance d’utiliser ce concept, le temps de latence est quasi inexistant et le suivi des mains très précis. Il va même jusqu’à dire que l’approche de Leap Motion est l’avenir de la réalité virtuelle.

Il est clair que se déplacer dans un monde avec lequel on ne peut pas interagir comme dans le monde réel n’a pas beaucoup de sens. Restera alors le problème du retour haptique. Mais ce sera pour une prochaine étape.

A voir aussi

VRrOOm Wechat