Le Neuro Traker: A quoi sert-il?

Category: 
Le Neuro Traker: A quoi sert-il?
18 Février, 2017
Le système de réalité virtuelle en 3D de Neurotracker permet d’améliorer notamment la concentration, la mémoire et la vitesse d’exécution.
Le NeuroTracker, une technologie mise au point au Québec par le Dr Jocelyn Faubert après une vingtaine d’années de recherche, est maintenant disponible en Abitibi. Utilisée souvent par les sportifs pour améliorer leurs performances, elle peut aussi aider les gens ayant vécu un AVC, une commotion cérébrale ou même souffrant d’Alzheimer et de Parkinson.
 
Disponible à la clinique Neuroption d’Amos depuis 2014, NeuroTracker est en quelque sorte un système révolutionnaire d’entraînement immersif en 3D créé par le Dr Faubert, un Québécois largement réputé pour ses travaux en neuroscience.
Testé sur une large population au fil des ans, NeuroTracker est utilisé par de nombreux praticiens pour améliorer entre autres l’attention, la mémoire de travail et la vitesse de traitement.
En gros, il s’agit d’un système de réalité virtuelle relié à un grand écran en trois dimensions sur lequel apparaissent huit balles jaunes en mouvement et qui changent de couleur.
Au cours de l’entraînement, qui est constitué de trois périodes de 5 à 8 minutes, le participant doit suivre les balles et identifier celles qui ont changé de couleur au cours du processus. Le programme peut varier de vitesse, selon la capacité du participant à identifier les balles.
 
Comme un entraînement
Pour être efficace, un entraînement au NeuroTracker doit se faire sur une certaine période.
Une fois ne suffit pas, explique Patricia Jolin, présidente de Neuroption.
«Le protocole d’entraînement de base est de 21 sessions.
Chaque rencontre est d’une durée d’une heure environ, incluant trois sessions de Neurotracker entrecroisées de trois séances de 10 minutes de technique spécialisée personnalisée aux besoins de la personne.
Comme l’entraînement sérieux et discipliné, le NeuroTracker exige minimalement deux rencontres par semaines, idéalement trois», mentionne-t-elle.
 
Bien que pouvant ressembler à un jeu vidéo, Neurotracker est bien différent.
«Le Neurotracker n’est pas comparable avec un autre système ou jeu de stimulation du cerveau. 
Il se différencie totalement en développant des acquis qui seront réellement utiles dans le monde du sport ou dans la vie quotidienne.
Il y a donc généralisation des apprentissages dans la vie de tous les jours, indique Mme Jolin.
«Le fait de jouer à la Xbox NHL 2017 n’améliorera en rien vos habiletés, compétences ou stratégies recherchées comme hockeyeur sur la glace en situation de jeu. Par contre, le NeuroTracker permet un transfert des acquis, comme de réfléchir et d’agir plus vite, d’améliorer le champ de vision périphérique, d’anticiper plus efficacement les menaces, d’améliorer la résistance à la fatigue et de maintenir sa concentration sur une plus longue durée.
De plus, le NeuroTracker améliore la prise de décision en situation de stress», fait-elle valoir.
Le Neurotracker peut être combiné avec d’autres techniques, selon les besoins de la personne.
Les personnes désireuses de savoir si l’entraînement avec cette technologie peut les aider sont invitées à communiquer avec Patricia Jolin chez Neuroption d’Amos.
Il est possible de réserver une seule rencontre pour faire l’essai du système.
La technologie est aussi disponible auprès de Murielle Angers-Turpin, d’Art-thérapeute, également à Amos.
 
NeuroTracker, c’est pour qui?
Les sportifs, les militaires, agents de la paix, premiers répondants ou toute personne devant faire face à des situations d’urgence.
TDA-TDAH
Trouble d’apprentissage
AVC
Autisme
Commotion cérébrale
Alzheimer/Parkinson
Conduite automobile
La technologie est contre-indiquée pour les personnes ayant un handicap visuel important ou étant dans l’incapacité de visualiser l’environnement 3D.
 
Bénéfique en éducation
Selon un article paru en janvier dans le journal Le Soleil, une expérience tentée dans une école secondaire de Beauport avec NeuroTracker a permis à des élèves d’augmenter de façon significative leur capacité d’attention.
En partenariat avec une équipe de chercheurs de l'Université McGill et la compagnie qui commercialise le NeuroTracker, 70 élèves en difficulté d'apprentissage qui fréquentent les classes de langage et d'adaptation scolaire de Samuel-de-Champlain, utilisent le logiciel à raison de trois séances de 10 minutes chaque semaine, depuis environ trois ans.
L’expérience a été concluante, selon les chercheurs impliqués, car les élèves qui s’entraînent avec le NeuroTracker améliorent leur capacité d'attention dans une autre tâche par la suite.

A voir aussi

VRrOOm Wechat