L'après PSVR chez Sony

Category: 
L'après PSVR chez Sony
23 Mai, 2018

En fin d’année, la PlayStation 4 de Sony fêtera déjà ses 5 ans. Un chiffre qui nous rappelle que la console a déjà vécu la majeure partie de son cycle de vie, et ce n’est pas le CEO de SIE, John Tsuyoshi Kodera qui dira le contraire.

 

C’est à l’occasion du Sony IR Day (Sony Investor Relations Day) que le CEO de la firme niponne s’est exprimée à propos de la PS4, du PS VR, mais aussi des jeux exclusifs à la console de Sony. Grâce à Takashi Mochizuki, journalist au Wall Street Journal et ayant assisté à l’événement, nous avons pu avoir quelques sons de cloche de ce qui s’est dit, et force est de constater qu’il s’y est dit des choses très intéressantes quant à l’avenir de la PS4. 

 

En effet, John Kodera a annoncé sans détour que la PS4 vit actuellement la dernière phase de son cycle de vie. Difficile d’estimer la durée de cette dernière, mais on peut imaginer sans trop de difficultés que la PS4 aura encore le champ libre jusqu’à l’aube de 2020, puisque Sony n’a pour l’instant dévoilé aucune information concernant la petite soeur de cette dernière qui est sans aucun doute en cours de conception. D’ailleurs, des rumeurs évoqueraient la participation de Mark Cerny quant à l’architecture de cette console, comme ce fut le cas pour la PS4.

 

Mais ce n’est pas tout, puisque l’on a également appris que malgré des résultats loin d’être décevants, le PS VR ne se vend finalement pas aussi bien que les prévisions de marché l’espéraient. Le constructeur n’a pas l’intention de laisser tomber la VR pour autant et va revoir ses objectifs, tout en continuant de soutenir l’accessoire. Quant à la stratégie qui va dicter la façon d’agir du constructeur pour cette année, elle sera simple : Continuer à développer et améliorer les titres exclusifs à la PS4. Mais les investissements ne porteront pas uniquement sur des nouvelles franchises puisque l’éditeur veut continuer de mettre en avant des licences récentes.

 

Enfin, il a été fait mention de ForwardWorks, la filiale consacrée au jeu mobile. Le géant nippon annonce avoir tiré beaucoup d’enseignements l’année dernière, malgré de nombreux reports et des améliorations à apporter sur les projets en cours. En se basant sur des licences déjà existantes dans l’univers de PlayStation, Forward Works implantera ses bases mais devrait également proposer de nouvelles franchises. Créer de nouvelles IPs est un véritable défi selon le monsieur, mais le savoir faire de Sony devrait permettre à la filiale de s’engager sur cette voie-là.

 

Forcément, les propos de John Kodera se veulent rassurants, puisqu’il n’est surtout pas question d’inquiéter les investisseurs, bien au contraire. Évoquer la fin de la vie de la PS4, c’est une raison pour les investisseurs de s’attendre à ce que le géant nippon fasse parler de lui d’ici la fin d’année prochaine avec une nouvelle console, qui sera sans doute révolutionnaire sur plusieurs points et qui devraient permettre au constructeur de continuer à s’imposer dans le domaine du jeu vidéo.

 

Sans oublier que la PS4 est actuellement bien implantée parmi les joueurs et qu’une nouvelle PlayStation pourrait permettre une nouvelle baisse de prix de la PS4. Ceci entraînerait vers le haut les ventes d’une console en fin de vie tout en abordant l’avenir avec sérénité grâce à un parc de consoles relativement important. Néanmoins, lorsqu’il mentionne que durant la période allant jusqu’à 2021, il n’hésite pas à avouer que Sony risque probablement de poser le genou à terre pour mieux se relever. On imagine probablement qu’il fait allusion à la sortie de la console prochaine, qui sera probablement vendue à perte au début, comme ce fut le cas avec la PS4.

 

La réalité virtuelle sera probablement encore plus mise en avant avec la future console de Sony, ce qui rendra sans nul doute le jeu en VR encore plus attractif et devrait permettre à la réalité virtuelle d’atteindre des objectifs plus importants par la suite. Rappelons que Sony a tout de même réussi le tour de force d’offrir un casque de réalité virtuelle à prix relativement abordable face à une concurrence parfois plus de deux fois plus chère, pour un produit tout à fait correct et aux expériences de jeu convaincantes.

 

Reste à voir si du côté de ForwardWorks, les choses se décanteront un peu, car pour l’instant la filiale dédiée au jeu mobile n’a pas vraiment de quoi convaincre. Sur un marché du jeu sur smartphone hyper-concurrentiel, il se pourrait que Sony éprouve quelques difficultés pour s’imposer. Evidemment, les dés sont loin d’être jetés et seul l’avenir nous dira si le constructeur a eu raison de continuer à croire en sa branche dédiée. Qui plus est, Nintendo a bien réussi à tirer son épingle du jeu, mais le cas de Big N s’avère être légèrement différent, avec une avance certaine et des licences qui parlent énormément aux joueurs.

A voir aussi

VRrOOm Wechat