Comment Microsoft veut nous faire toucher la VR

Category: 
Comment Microsoft veut nous faire toucher la VR
12 Mars, 2018

Microsoft est arrivé en retard sur le marché de la VR... Mais ses ingénieurs travaillent activement à développer des accessoires destinés à renforcer l’immersion des utilisateurs. En s'attaquant à un sens complexe à retranscrire : le toucher

La réalité virtuelle est une promesse, celle de milliers de voyages dans le temps et l’espace. Un pari seulement en partie tenu : les casques commercialisés à l'heure actuelle offrent bien un début d’illusion visuelle et auditive. Mais ça s'arrête là : généralement, la magie de la VR s'arrête lorsqu'il s'agit de se servir de nos mains.

©Microsoft - La Claw, de Microsoft, permet de sentir quand vous saisissez des objets...

 

Les griffes de la VR

Voilà pourquoi des ingénieurs de Microsoft Research se penchent sur la question des interactions manuelles. Et ont imaginé plusieurs interfaces haptiques surprenantes, censées nous aider à toucher en réalité virtuelle.

 

Leur premier projet, Claw, est une drôle de manette : à première vue, on dirait un croisement entre un joystick, une perche mobile stabilisée et un vaporisateur de produit lave-vitres ! La main de l’utilisateur saisit la base verticale, le pouce épouse la partie supérieure où se trouvent les boutons et l’index active une sorte de gâchette motorisée qui permet de saisir un objet dans la réalité virtuelle. Comment ? Grâce à un retour de force, elle peut retranscrire l’élasticité d’une balle qu’on écraserait entre ses doigts ou la résistance de la gâchette d’un pistolet que l’on presserait.

 

Par ailleurs, à l’intérieur de la gâchette, les ingénieurs de Microsoft ont placé une petite surface qui vibre différemment en fonction de le texture des objets virtuels. Elle renforce ainsi la sensation de toucher.

Réinventer la roue

Autre drôle d'invention de Microsoft Research : haptic wheel. Une roue motorisée, qui en tournant et touchant l’index permet de ressentir les irrégularités d’une surface dentelées ou de donner l’impression que notre doigt glisse sur une table. Un tapis roulant pour votre index, en quelque sorte. Pour l’instant, il faut encore changer la surface collée à la roue pour passer d’un rendu à un autre, et l’appareil mérite d’être miniaturisé : il est aussi intéressant... qu’encombrant.

©Microsoft - L'haptic wheel, de Microsoft.

 

Des liens à retour de force

Enfin, troisième accessoire destiné à donner corps à la réalité virtuelle, les Haptic Links. Il s’agit en l’occurrence d’un périphérique qu’on fixerait à la base de deux manettes de réalité virtuelle, comme celles du HTC Vive, par exemple.
Les trois engin réunis permettent de créer une contrainte similaire à celle que génèrerait un objet tenu à deux mains. Ainsi, on pourrait jouer du trombone à coulisse, tirer à l’arc ou tenir une perceuse en ayant l’impression de sentir la résistance de l’instrument, la tension de la corde, ou les vibrations de l’outil. Les chercheurs de Microsoft aimeraient qu’à terme ces liens haptiques deviennent totalement souples quand ils sont inactifs et puissent tout à coup se raidir.

A voir aussi

VRrOOm Wechat