Clay VR transcende la reconnaissance gestuelle

Category: 
Clay VR transcende la reconnaissance gestuelle
01 Janvier, 2018

Les nouvelles technologies constituent à elles seules tout un monde. En leur sein, le smartphone est un objet de plus en plus répandu, concernant aujourd’hui près de deux tiers des Français. Il aura réussi à détrôner l’ordinateur puis la tablette en raison de sa facilité de transport. C’est donc fort judicieusement que la start-up bordelaise HINS-Clay a misé dessus en développant une « application intuitive ».

 

Une start-up au profil particulier

Le reconnaissance gestuelle de l’appli Clay est le fruit d’une rencontre et d’une collaboration. Ces dernières concernent un pianiste, Thomas Amilien, et un chef d’orchestre compositeur, Jean-Baptiste Guignard. C’est en effet grâce au domaine de la musique que le concept innovant de la start-up HINS a été forgé puis développé.

 

Les prémices du projet remontent à 2005 : il a donc bénéficié d’une longue maturation. En fait, ils avaient d’abord voulu monter des spectacles mettant en œuvre des systèmes de reconnaissance gestuelle pour mieux moduler les musiques. À l’origine, il s’agissait pour le chef d’orchestre de faire intervenir lors d’un récital un violoncelle… mais sans présence de l’instrument dans la salle. L’idée était lancée, et le ton donné !

 

C’est en 2013-2015 que l’entreprise HINS a vu le jour à Paris, expressément pour développer l’application qui devait recevoir le nom de Clay, dénomination qui a détrôné la précédente. En mai 2016, cette app a été élue « meilleure application de la semaine » par Maddyness. Cette consécration n’a été rendue possible qu’après une incubation réussie au sein de Créatis, une « résidence d’entrepreneurs » liés à l’univers de la culture.

 

En 2016, 2 millions d’euros ont été levés et une filiale a été créée à Los Angeles. En juin 2017, on annonçait le recrutement par la start-up de 20 collaborateurs. Son chiffre d’affaires de l’année est estimé à 1,5 million d’euros. Avec une communication anglophone, il s’agit de partir à la conquête de la planète ! En effet, l’accent est mis sur les États-Unis, l’aspect commercial et le service R&D. De nouveaux investisseurs devraient être recherchés d’ici peu pour aller encore plus loin.

 

La reconnaissance gestuelle proposée par Clay

Il suffit d’un smartphone ou d’une tablette avec caméra intégrée pour utiliser l’application Clay. Ou d’un ordinateur avec webcam par exemple – de la 2D basique suffit. De là, votre appareil saura reconnaître certains de vos gestes pour réguler un volume sonore en direct ou changer de piste. L’enregistrement issu de cette modulation technique peut aussitôt être partagé sur les médias sociaux. Ce système de reconnaissance gestuelle devrait révolutionner l’interprétation musicale. Chanteurs en herbe aussi bien que professionnels et stars planétaires s’y mettent peu à peu.

 

Plus encore, le développement de cette reconnaissance gestuelle peut être appliqué à bien des domaines. C’est déjà le cas, ne serait-ce que partiellement, pour l’automobile et pour les jeux vidéo en réalité virtuelle ou augmentée. Renault s’y est intéressé de près pour l’ouverture de ses coffres ou l’utilisation des GPS. Les implications quant à l’utilisation des gadgets électroniques sont en cours de développement. On pourrait par exemple se servir de son smartphone à la place de sa souris de PC. Le tactile pourrait donc déjà être dépassé ! Sans parler de tous les usages ménagers pour la domotique : fermer les volets, allumer la lumière, monter le son de sa chaîne… Cette souplesse nous fait mieux comprendre le sens du nom de l’application, clay – de l’anglais – signifiant « argile » !

 

Voici une démonstration générale de tout ce que promet Clay :

A voir aussi

VRrOOm Wechat